Actualités

L’application Strava rend publics des secrets militaires sensibles

Christian Bolduc - 05/02/2018



Qu’on soit un adepte de cyclisme ou de course à pied, il y a de fortes chances que cette application, qui permet de faire un suivi exhaustif de ses activités sportives au quotidien, soit déjà connue et utilisée par une majorité d’entre vous. Grâce à un GPS intégré au téléphone cellulaire ou à une montre, Strava enregistre diverses données de performance, le parcours de l’individu en temps réel et les comparatifs avec les autres athlètes empruntant le même trajet.

En septembre 2017, l’entreprise a mis sur le marché une version améliorée de son programme Heatmap. Sa particularité est de rendre disponible sur un plan la localisation exacte des sportifs en action partout sur la planète.

Le nœud, car il y a un nœud ici, est que cette application révèle au grand jour l’emplacement de plusieurs bases militaires, les lieux géographiques où les exercices militaires se tiennent et les déplacements de soldats.

Or, il se trouve que plusieurs soldats déployés à l’étranger sont des sportifs qui utilisent Strava. « En activant leur GPS pour leur entraînement de jogging ou de vélo, les militaires indiquent clairement leurs positions sur le terrain, » dit l’analyste Nathan Ruser de l’Institute for United Conflict Analysts qui a découvert les lieux où sont localisées certaines bases militaires étasuniennes et britanniques.

C’est à ce moment-là que l’opération devient potentiellement périlleuse car, comme le mentionne Strava dans un article publié sur le site Internet du quotidien anglais The Guardian, Heatmap est capable de distinguer la route de bord de mer qu’on emprunte lors du Ironman d’Hawaii, à Kona, et un « kite surfer » à Mexico.

Ce qui veut dire que cette information sensible est maintenant publique et disponible à leurs ennemis.

 


motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: