Banc d'essai

Cervélo S3 Shimano Ultegra (4350 $)

Mathieu Fagnan - 22/05/2015
-
Difficile de passer à côté de Cervélo lorsqu’on pense aérodynamisme. La marque canadienne – maintenant propriété d’un groupe néerlandais – a d’ailleurs fait figure de précurseure dans le développement des vélos de route aéro il y a plus d’une décennie.

Descendant direct du Soloist, le S3 avait fait son entrée en grande pompe en conduisant Thor Hushovd au titre de champion du monde en 2010. Temporairement abandonné lors du lancement du S5, le modèle a été réintroduit en 2014 en version améliorée, aspirant à être à la fois plus efficace et surtout plus confortable que son prédécesseur.

À première vue, il n’y a aucun doute que nous ayons affaire à un Cervélo : le design du cadre est fluide, quasi organique, et il est facile d’imaginer le vélo fendre l’air. Cervélo reste fidèle au profil en forme de goutte d’eau, particulièrement évident sur le devant du vélo et le tube diagonal. On profite toutefois de l’élargissement substantiel de celui-ci au boîtier de pédalier pour aplanir la section qui reçoit le porte-bidon, optimisant ainsi l’aérodynamisme lorsqu’un bidon est en place. Afin d’accroître le confort du nouveau S3, Cervélo fait appel à des bases réduites, à des haubans tout en finesse et à un tube horizontal aux angles plus accentués (concept Squoval) développés pour le R5, son vélo route haut de gamme. Optimisés pour leur rôle mécanique, tous ces tubes sont de dimensions tout à fait classiques.

Nous avons testé le vélo équipé d’un groupe Shimano Ultegra mécanique, fiable et efficace comme à son habitude, et d’un pédalier Rotor. Celui-ci s’adapte au boîtier de pédalier BBright, développé par Cervélo, dont le concept est à mi-chemin entre un boîtier BB30 et BB86/90 et repose sur l’asymétrie de la position des roulements. Le boîtier est de largeur standard à droite, afin d’assurer le dégagement nécessaire aux plateaux, et plus large à gauche, profitant de l’espace libre pour rigidifier la zone du pédalier. Dans la même veine, Cervélo y va de sa propre recette pour la fourche du S3 avec un pivot conique dont la base fait 1⅜, toujours à mi-chemin entre les deux standards courants de 1¼ et 1½. Dans la foulée de la mode actuelle d’utilisation de pneus plus volumineux, la fourche tout comme le triangle arrière accommodent des pneus jusqu’à 25 mm de section. La tête de la tige de selle du S3 permet une grande plage d’ajustement, tant avant-arrière qu’angulaire, mais son mécanisme parfois capricieux rend le fignolage de précision fastidieux. Le cadre, dont le poids est estimé à 1100 g, laisse place au passage interne de tous les types de câblage, y compris les lignes de frein hydraulique, grâce à une série d’inserts pratiques baptisés Future-Proof Cable Management.

Cervélo élabore la géométrie de ses vélos de route selon une progression linéaire de l’allongement (reach) et de la hauteur (stack). Il est donc facile de s’y retrouver parmi les six tailles offertes. On remarque toutefois que les vélos sont légèrement plus courts et plus hauts qu’un typique vélo de « course ».

Sur la route

Dès les premiers coups de pédale, il est évident qu’on a affaire à un pur-sang qui ne demande qu’à être piloté à fond de train. Le vélo est très rigide et répond promptement à toutes les sollicitations, tant les relances en montée que les sprints les plus rapides. La direction vive est en droite ligne avec le tempérament fougueux du S3 et permet des changements de trajectoire rapides et précis, caractéristique parfaite pour se faufiler dans un peloton ou corriger sa ligne dans une descente sinueuse. Le confort est adéquat lors des efforts soutenus, mais expose ses limites lorsqu’on relâche la pression et qu’on se retrouve avec plus de poids sur la selle que sur les pédales.

Le S3 se révèle donc, tel un typique vélo de course, efficace et incisif, parfait pour les pilotes engagés. Le vélo est proposé en Shimano Ultegra mécanique (4350 $) ou Di2 (5700 $) ainsi qu’en cadre seul (2500 $).

Cervélo S3 en quatre notes
Confort : 2
Réactivité : 4
Agilité : 5
Stabilité : 3


Les critères de notation

Confort : La notion de confort prend en considération la capacité du cadre à amortir les impacts et à absorber les vibrations telles que perçues à la selle et au guidon. Si le cycliste est capable de rester en position et de soutenir son effort peu importent les conditions de la route, le vélo est confortable.

Réactivité : La réactivité est un amalgame de la rigidité et de la légèreté du cadre, mais aussi, dans une certaine mesure, du mode de transition des vibrations. Elle dépend de la perception de vitesse et d’efficacité du vélo qu’a le cycliste.

Agilité : L’agilité caractérise la facilité avec laquelle le cycliste peut exécuter des changements de direction, la capacité du vélo à suivre le parcours désiré. Un vélo agile a une direction plus sensible, qui réagit plus rapidement.

Stabilité : La stabilité est une caractéristique globale qui décrit le sentiment de sécurité que fait éprouver le comportement du vélo sur tout type de surface, peu importe la vitesse. Un vélo stable colle à la route et assure un pilotage prévisible.



motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: