Banc d'essai

Felt AR2 Ultegra Di2 (6499 $)

Mathieu Fagnan - 22/05/2015
-
La feuille de route des innovations et développements aérodynamiques réalisés par Felt nous ramène aux débuts de l’entreprise, à la fin des années 1980. Jim Felt était alors un fabricant artisanal qui agissait comme testeur bêta des nouvelles générations de tubes d’aluminium ultraléger fabriqués par Easton.

Son entreprise s’est rapidement fait connaître dans le milieu du triathlon, notamment par la victoire, sur un Felt, à l’Ironman d’Hawaï de 1991, de Paula Newby-Fraser, en voie de devenir une légende. Vingt ans plus tard, la série de vélos de route AR est l’héritière de l’expertise de Felt et reprend les concepts d’aérodynamisme mis de l’avant sur l’impressionnant DA, une bête de contre-la-montre à la fine pointe.

Le design de l’AR2 place en opposition un triangle principal massif, voire intimidant, avec une fourche et des haubans effilés. Felt y est allé d’une interprétation novatrice de ses observations en soufflerie en donnant aux tubes principaux une forme ovale symétrique, présentant un net contraste avec les profils en goutte d’eau ou tronqués, à la mode du jour. Selon Felt, cette forme optimise la performance aérodynamique dans un plus large éventail de conditions, jusqu’à exercer dans certains cas une certaine poussée, à la manière d’une voile. En positionnant le frein arrière sous les bases, on a octroyé à l’AR2 un léger avantage aérodynamique et, surtout, un important gain en confort en s’autorisant des haubans plus flexibles. Évidemment, le cadre est compatible tant avec les transmissions mécanique qu’électrique et permet le passage de câbles internes dans tous les cas. La série AR est déclinée en quatre modèles partageant un design similaire, mais dont le type de composite varie selon la gamme. Le cadre de l’AR2 est annoncé à 900 g et offert en six tailles.

C’est lorsqu’on s’attarde à la tige de selle qu’on prend mesure de l’ampleur de l’exercice de design qui a été réalisé pour accoucher du AR. Typiquement, une tige de selle profilée est plaquée contre les parois du cadre par une cale qui la comprime. Afin d’éviter de se déformer ou, pire, de se fendre, elle se doit d’être épaisse, donc lourde et rigide. Felt a réfléchi au problème et propose une solution archisimple : le serrage de la tige se fait, de part et d’autre du cadre, par deux vis qui viennent coincer individuellement chacune des parois de la tige. Le concept baptisé VariMount est brillant, car la tige peut maintenant être mince et légère, donc plus amortissante. Tout comme les tubes du cadre, la tige est symétrique et peut être inversée de manière à offrir une plage d’angles de selle de 72,5 à 78,5o.

Sur la route

Dès les premiers tours de roue, on comprend qu’on a affaire à un vélo exceptionnel. L’AR2 réussit là où la grande majorité de ses compétiteurs doivent se contenter de revendications marketing. Le vélo est totalement rigide tout en donnant l’impression de flotter sur la route, y compris à pleine vitesse sur une chaussée en piteux état. Nous n’avons jamais expérimenté un tel niveau de confort sur un vélo aussi rigide. Il semble évident que le design unique de la tige de selle y participe grandement. La direction est tout autant symbiotique, fluide et prévisible, et permet d’attaquer avec grande confiance les trajectoires les plus serrées.

Felt frappe un grand coup avec son AR2. Le vélo est polyvalent, agréable à piloter et redoutablement efficace. Tant les coureurs que les cyclosportifs sauront apprécier cette bête de performance capable de relever leur niveau de pratique. Bref, ce bolide sans contre-indication est idéal pour tous ceux qui aiment aller vite.

Felt AR2 en quatre notes
Confort : 4
Réactivité : 5
Agilité : 4
Stabilité : 4

Les critères de notation

Confort : La notion de confort prend en considération la capacité du cadre à amortir les impacts et à absorber les vibrations telles que perçues à la selle et au guidon. Si le cycliste est capable de rester en position et de soutenir son effort peu importent les conditions de la route, le vélo est confortable.

Réactivité : La réactivité est un amalgame de la rigidité et de la légèreté du cadre, mais aussi, dans une certaine mesure, du mode de transition des vibrations. Elle dépend de la perception de vitesse et d’efficacité du vélo qu’a le cycliste.

Agilité : L’agilité caractérise la facilité avec laquelle le cycliste peut exécuter des changements de direction, la capacité du vélo à suivre le parcours désiré. Un vélo agile a une direction plus sensible, qui réagit plus rapidement.

Stabilité : La stabilité est une caractéristique globale qui décrit le sentiment de sécurité que fait éprouver le comportement du vélo sur tout type de surface, peu importe la vitesse. Un vélo stable colle à la route et assure un pilotage prévisible.


Aéro
Un petit rappel

Pour un cycliste typique roulant à bonne vitesse, 80 % de la résistance à l’air provient du cycliste lui-même, 15 % des roues et autres composantes, et 5 % du cadre. La part du cadre, bien que minimale, reste le seul élément tangible sur lequel les manufacturiers peuvent se différencier. Selon les données théoriques, un cadre aérodynamique vous fera économiser au mieux une dizaine de watts… à 50 km/h ! Ce gain équivaut à une seconde au kilomètre, toujours à 50 km/h. Coupez le gain de 60 % à 30 km/h. Serez-vous plus rapide sur un vélo de route au cadre aérodynamique ? La réponse est oui, mais nous vous suggérons tout de même de continuer à vous entraîner si vous voulez lâcher vos partenaires d’entraînement…



motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: