Québec

Sagan exclu du Tour: c'est n'importe quoi

David Desjardins - 04/07/2017

Peter Sagan a-t-il commis un geste discutable en levant le coude sur Mark Cavendish? Le débat aurait pu être ouvert. Mais le Tour de France a choisi d'y mettre fin en excluant le Slovaque de la course. Une décision démesurée, qui présume des intentions malveillantes du coureur, alors que les images ne permettent pas de le faire.


Le Tour vient de commettre une erreur. Une grosse.

Parce qu’il est loin d’être évident que Peter Sagan a vu venir Mark Cavendish à sa droite.  Du moins, pas avant qu’il ne soit trop tard, et que ce coude levé ne lui serve de rempart pour éviter d’être bousculé, et de chuter.

Plusieurs points de vue suggèrent que Cavendish a tenté de passer dans un espace si étroit, donc, que le coude levé du Slovaque était donc bien plus une défense qu'une attaque.Si vous avez disputé un sprint dans votre vie, vous comprenez très bien que c'est tout à fait possible. Que Sagan a peut-être voulu éviter la catastrophe, d'être la victime d'un geste téméraire.

Ou pas. Mais rien dans les images n'indiquent une intention. Pas vraiment.

« Je n’ai pas compris le coude », a répété Cavendish devant le parterre de journalistes.

Moi, comme plusieurs, je ne comprends pas cette disqualification. On dit que Sagan aurait provoqué un autre crash plus tôt , que Greipel est furieux contre lui? C’est possible. Mais le règlement stipule que, pour qu’un coureur soit disqualifié de la sorte, il ait sciemment mis en danger la sécurité des autres.

Or, si le geste de Sagan porte à l’interprétation, on a déjà un motif pour douter de la validité de la décision du jury du Tour. Parce qu’il aurait fallu que l'intention soit claire pour ainsi mettre un terme à la course d’un coureur.

Dans cette vue de haut, on peut avoir l’impression que le champion du monde se donne un élan vers la droite pour bloquer Cavendish. Mais il pourrait tout aussi aussi bien lancer son attaque en s’éloignant du chaos qui règne alors devant lui. Tout cela se produit en même temps. C’est foutrement difficile de faire la part des choses.



Est-il en train de faire tomber Cav, ou de l'éloigner de lui pour éviter qu'il ne l'entraîne alors qu'il tombe déjà?

Cette autre prise de vue au ralenti est intéressante, même si les commentaires influencent notre jugement : on a un peu le sentiment que Cavendish est simplement poussé par Sagan, comme je le disais plus haut, afin d’éviter la collision qui semble alors inévitable vu l’accélération du Missile de l’Ile de Mans.
 


Ça n’est peut-être pas très propre. C’est peut-être louche. On peut argumenter en masse sur les intentions de Sagan. Mais voilà, si ce n’est pas clair, on peut difficilement, et encore moins aussi sommairement, exclure du Tour de France l’une de ses plus populaires figures.

Les commissaires viennent ici de créer un précédent en faisant porter une faute grave à un coureur, malgré les doutes que laissent planer toutes les images qui circulent en ce moment.

Encore une fois, disons-le: il ne s'agit pas de déterminer qui est en faute ou ne l'est pas. Mais l'exclusion du Tour nécessite bien plus de certitudes sur les intentions de celui qu'on pénalise que ce que laissent entendre ces images.

-AJOUT-
Plusieurs choses intéressantes se trament depuis la chute de Cavendish et l'exclusion de Peter Sagan du Tour de France.

D'abord, on apprend que son équipe fera appel... même si aucun n'appel n'est possible.

Ensuite, plusieurs anciens sprinters se portent à la défense de Sagan.

Enfin, cette analyse de l'ancien coureur Robbie McEwen est sans doute celle qui rallie la vaste majorité de l'opinion publique. Et le gros bon sens. 


motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: