Vélo Mag
Le cercle de feu du Pacifique Le cercle de feu du Pacifique
Untitled Document
SUR LA ROUTE
LE PROJET
DIAPORAMAS
ÉQUIPEMENT
VOLCANISME
LES VOLCANS
SUR GOOGLE EARTH
PORTRAIT
NOS PARTENAIRES
CONTACTEZ-NOUS

 

 

Liste de sites spécialisés sur
les volcans


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Toutes les communications

Suivre le périple
à la carte

Facebook   twitter



83 | 01 mai 2006 | Manado |
«« 
Autres communications  »»

Le cercle de feu du Pacifique

Minahasa ou l'ultime tentacule



par Pierre Bouchard et Jannick Lemieux

Nous nous sommes réjouis à Gorontalo quand toutes les personnes interrogées répondaient d’une même voix que la petite route secondaire qui sort de l’agréable ville portuaire et épouse la côte sud de la péninsule de Minahasa, tentacule ultime de cette île céphalopode, était en bon état. Le tronçon de macadam coincé entre la mer des Moluques et parois sauvages frôlant les 2000 mètres nous permettrait de joindre Kotamobagu, centre agricole niché quelque 250 kilomètres plus à l’ouest au creux de l’une de ces fertiles vallées de l’intérieur. Mais nous étions loin de nous douter qu’il s’agirait de passer d’une anse à l’autre en gravissant des pentes de plus de 20% qui oscillent entre 0 et 300 mètres, une couple de caps qui exigent leurs propres petits cols aussi…se déployer ainsi moins d’un parallèle au nord de l’équateur!

En bas, entre les cocos et le ressac, la frénésie des pêcheurs et planteurs ne connaissait pas de borne. Des orages de risées et d’Hellllo Misteurrrrrrrrrre s’abattent sur nous et les villages se vident sur la route à notre passage. On nous suit même jusqu’à la sortie du village, à coup sûr l’amorce d’une autre côte ridiculement abrupte, pour assister au spectacle de notre grimpée. Des jeunes en scooters se dépêchent pour aller s’installer dans les premières loges, un palier ou une courbe, et se divertir à nos dépens. Au terme de la première journée, la main sanglante et une jambe couverte de contusions par une mauvaise chute, je n’en peux plus et songe à embarquer sur un motorisé vers Kotamobagu. Quand Janick me confie anticiper la randonnée qui nous hissera hors de cette fournaise vers les zones plus tempérées de l’intérieur et fait valoir la splendeur des paysages, faisant fi des tortures qu’il nous fallait encore subir le lendemain avant d’entreprendre l’ascension «normale» vers la vallée Dumonga, je me ressaisis, reprends courage et renonce à mon plan d’urgence…

Dans la vallée Dumonga l’intensité monte d’un cran maintenant que nous sommes en territoire majoritairement chrétien et que Vendredi Saint sévit sur toute la planète. Des petites troupes endimanchées défilent sur la route, sortant de l’une des nombreuses églises que compte chaque village, une demi-douzaine et même plus souvent! Ces petits cortèges et les sermons endiablés s’échappant des maisons de culte en blocs de béton nous tiennent compagnie jusqu’à Kotamobagu. Ici, grand centre de production du café, les appels à la prière des imams diluent ces impressions pascales familières. Suivant une session sur Internet, quittons la ville en remontant un faux plat rectiligne d’une dizaine de kilomètres qui se transforme en spirale nous étourdissant parmi plantations de café jusqu’à une altitude de plus de 1000 mètres, au cœur d’une grande caldeira qu’occupe le lac Moatt et le stratovolcan Ambang, la plus occidentale des montagnes de feu actives de Minahasa.

- Au village de Bongkudai Baru, on nous autorise à camper à l’intérieur de la salle communautaire et nous offre des produits du terroir qui poussent sans peine dans ce potager volcanique: patates, carottes, échalottes, tomates et gingembre. Pendant que nous «popotons» sur notre MSR, nos hôtes nous renseignent sur leurs patelin et volcan. Contemplons l’une des solfatares de l’Ambang depuis le balcon de notre Balai Desa (salle communautaire) en sirotant une grosse Bintang--faut bien célébrer Pâques!--et jouissons de la fraîcheur de la nuit sur ce plateau qui nous oblige à dormir à l’intérieur de nos sacs de couchage…une première depuis notre visite en pays Mamasa et Toraja!

Comme il n’y a pas de route directe vers le prochain volcan, il faut d’abord gagner la côte nord de la péninsule, baignée par les eaux de la mer de Célèbes, à Amurang—par un beau dimanche de Pâques dans une Minahasa désormais chrétienne à 90%...—, puis nous hisser à nouveau vers les hauts plateaux de l’intérieur de cette île au relief tourmenté, dans les alentours de la caldeira de Tondano cette fois. Ce spectaculaire affaissement de 600 kilomètres carrés qui abrite un lac éponyme blotti le long de ses flancs orientaux comprend des dizaines d’évents, cônes, maars et champs géothermiques dont les très actifs Soputan, Lokon-Empung et Mahawu…le pied, quoi!

Après avoir pédalé jusqu’aux abords du socle du Soputan et l’observer expirer de grosses puffs, avons longé la côte ouest du lac jusqu’à la petite ville de Tondano où nous avons bifurqué vers Tomohon et Kakaskasen, un village perché sur un plateau unissant le Lokon-Empung et Mahawu. Y avons établi nos quartiers le temps de nous familiariser avec les cratères sulfureux de ces deux membres illustres du Cercle de feu.

La date d’échéance de nos visas approchant à grands pas, il nous fallait encore trouver un moyen pour regagner les Philippines. Croisant les doigts, nous souhaitions ardemment pouvoir nous embarquer à bord d’un navire vers General Santos, port de mer au sud de Mindanao. Sommes donc descendus vers Manado, «capitale du nord» et deuxième plus grande ville sur Sulawesi, où nous avons réservé deux billets à bord du vol hebdomadaire vers Davao, plus grande agglomération de Mindanao…petit filet de sécurité!

Traversons la péninsule côté mer des Moluques pour aller traîner sur les quais de Bitung, parc industriel et port de Manado. Pas de chance, aucun départ n’est prévu pour les Philippines. Effectuons une boucle parmi les extrémités du «tentacule ultime» qui nous ramène à Manado et, chemin faisant, sympathisons avec les volcans Klabat, point culminant de Minahasa, Dua Saudara et Tongkoko, site de l’une des réserves fauniques les plus importantes d’Indonésie.

Restant encore quelques jours dans le «sablier», nous embarquons vers l’archipel Sangihe, à mi-chemin entre Sulawesi et Mindanao. Notre objectif est double: prendre le pouls des volcans Karangetang et Awu et…dénicher un bateau pour les Philippines! Débarquons d’abord sur Siau où nous n’en sortons pas si bredouilles même si on a fait main basse sur mes sandales Shimano: le Karangetang vient d’entrer en éruption et fume allègrement. Des rumeurs nous encouragent à poursuivre plus au nord vers Sangihe Besar, à Tahuna, où se trouveraient un bureau d’immigration et des commerçants locaux d’origine chinoise possédant des petites flottes pour leurs business d’import-export. Trouvons une petite goélette mais les autorités—il y avait bien un bureau d’immigration…—nous ont refusé l’estampe de sortie. On invoquait que Tahuna ne figure pas sur la liste des ports d’entrée pour étrangers. Tant pis, retournons sur notre «pieuvre» et allons acheter nos billets pour le vol de demain…

Légende des photos
Photo 1: Gunung Klabat, volcan le plus élevé de Sulawesi, nous voit revenir bredouilles du port de Bitung. Photo 2: mini album d’une visite au marché de Tomohon, chef-lieu fort affairé perché sur la circonférence de la caldeira de Tondano. À travers toute la péninsule de Minahasa où le christianisme majoritaire ne proscrit aucun mets—il y a bien les Adventistes du Septième Jour qui, toujours exceptionnellement, ont élaboré un menu «santé»…plutôt sanctifiant!—et une influence chinoise très sentie favorisent une cuisine bien épicée et «variée», on retrouve sur les étalages du boucher toutes sortes de viandes et organes. De haut en bas: brochettes de rats, roussettes «fraîches» et tête flambée à la torche du «meilleur ami de l’homme»…

Info sur les volcans dans divers pays
En tout temps, le Ministère des affaires étrangères Canadien

Célèbes Wikipédia
Jakarta Post
Ambassade de la République d'Indonésie au Canada


Montrail Ryders MEC Boréale OR Le Pédalier Cyclo Nord-Sud SUUNTO Montrail

  
Copyright © 2001-2010 velomag.com - Tous droits réservés