Vélo Mag
Le cercle de feu du Pacifique Le cercle de feu du Pacifique
Untitled Document
SUR LA ROUTE
LE PROJET
DIAPORAMAS
ÉQUIPEMENT
VOLCANISME
LES VOLCANS
SUR GOOGLE EARTH
PORTRAIT
NOS PARTENAIRES
CONTACTEZ-NOUS

 

 

Liste de sites spécialisés sur
les volcans


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Toutes les communications

Suivre le périple
à la carte

Facebook   twitter


 

Les volcans
sur Google Earth

Le Programme de Volcanisme Global de la Smithsonian Institute (GVP), doté du plus grand portail dédié à la connaissance des volcans actifs de notre planète, a intégré sa base de données au logiciel Google Earth. Il s'agit d'une couche qui s'ajoute à la section « Lieux » de Google Earth. L'information est en anglais mais les images sont éloquentes et les liens proposés conduisent à des observatoires volcanologiques et autres sites d'agences locales de volcanologie. Avant de télécharger la base de données du GVP, il faut avoir déjà installé le logiciel Google Earth.

Pour télécharger la base de données du Programme de Volcanisme Global de la Smithsonian Institute, cliquez ici.


 
Qu'est-ce qu'un volcan?
Une ballade sur le cercle de feu de Pacifique

Un volcan est à la fois le point de contact sur la croûte terrestre où surgit à la surface le magma, cette «soupe» de minéraux en fusion qui compose la plus grande partie de l'intérieur de notre planète, et le résultat des dépôts de ce matériel désormais solidifié et appelé lave, prenant souvent la forme d'une montagne, un cône. On retrouve les volcans à la frontière de plaques tectoniques divergentes (rifts et dorsales médio-océaniques), convergentes (subduction) et là où une source de chaleur particulièrement intense et fixe du manteau perfore la croûte (les fameux «points chauds»). Dépendamment de la composition chimique du magma et forces souterraines en présence, on obtient des volcans de divers types dotés de comportements distincts: volcans-boucliers, cônes de scories, dômes de lave ou cumulo-volcans et strato-volcans.

Étude des volcans et prévention des risques liés à leurs éruptions:
Bien qu'il soit encore impossible de prédire avec exactitude le moment et la magnitude d'une éruption volcanique, on peut toutefois établir un pronostic qui permet d'en diminuer les risques. Il faut d'abord identifier les zones à risques. L'étude des dépôts d'éruptions antérieures renseigne sur l'âge, le type et les cycles des phases de repos et activité du volcan. On cartographie alors ces zones en déterminant quels secteurs particuliers sont exposés aux risques liés à une éruption. Les résultats obtenus sont soumis aux autorités concernées qui règlementent l'utilisation du territoire en fonction des dangers associés au voisinage du volcan.

Cliquez sur la carte pour aggrandir

On peut ainsi procéder à la vigilance des volcans qu'on considère menaçants. Le principe sous-tendant cette entreprise s'énonce ainsi: l'activité associée à une éruption volcanique débute bien avant que celle-ci se manifeste car le transport de magma du manteau vers la croûte terrestre est accompagné de toute une série de changements qui, si détectés à temps, peuvent constituer des avertissements de son avènement. On a premièrement remarqué que le mouvement de magma entraîne nombreux séismes d'un certain type, toujours brefs et de faible magnitude. On observe aussi que le terrain sous lequel se construit la chambre magmatique se déforme habituellement. Finalement, on s'est rendu compte que la proximité du magma altère la composition et la température des gaz qui émanent du cratère, fumerolles des alentours et réseau hydrographique associé au volcan où le «sang de la Terre» tente une percée.

Par l'analyse systématique de ces données d'ordres géophysique, géologique et géochimique que procurent appareils sophistiqués tels séismographes et inclinomètres, en plus de méthodes d'analyse en laboratoire élaborées, on arrive à pouvoir juger la necessité d'évacuer des populations et ainsi éviter des catastrophes humaines où ne l'emporte que la démesure... on estime que plus de 300 000 personnes ont péri lors d'éruptions volcaniques survenues sur notre planète depuis l'an 1600 seulement! Leurs manifestations les plus meurtrières sont les coulées pyroclastiques, qu'on appelle aussi nuées ardentes, avalanches de débris volcaniques brûlants, cendres et gaz qui dévalent à des vitesses dépassant les 150 km/h..., et les coulées de boue, ou «lahars» (mot indonésien pour coulée de boue volcanique), mélange de débris volcaniques et eau provenant de pluies ou fonte de neige, glace, qui possèdent la puissance d'étendre au sol et ensevelir tout sur leur passage tel raz-de-marée de ciment naturel!

Montrail Ryders MEC Boréale OR Le Pédalier Cyclo Nord-Sud SUUNTO Montrail

  
Copyright © 2001-2010 velomag.com - Tous droits réservés