Destinations

Nord du Nouveau-Brunswick • Plein la panse!

Quatre destinations, quatre manières de pédaler, quatre aventures bien distinctes : le nord du Nouveau-Brunswick vous convie à un véritable buffet sur deux roues ! Avis aux cyclistes gourmands : la terre des Brayons et des Acadiens contient une bonne dose de « r’venez-y » et une grosse pincée de « wow ».


Maxime Bilodeau - 30/09/2017

Edmundston

Vélo de montagne • Sentiers Madawaska

« Tu vas voir, c’est du calibre de Vallée Bras-du-Nord », affirme sans broncher mon guide, Marco Lévesque, lorsqu’il me vend l’idée d’étrenner la quarantaine de kilomètres des Sentiers Madawaska.

Première réaction ? Le scepticisme. C’est que le cycliste de 42 ans est un des piliers de l’association Vélo Edmundston, qui entretient et développe depuis 2003 ce réseau de dix-sept sentiers situé à un jet de pierre du centre-ville de la municipalité néo-brunswickoise de 16 000 âmes. Traduction : personne ne parle en mal de son bébé, surtout lorsqu’on s’en occupe bénévolement.

Pourtant, le topo de ce fier Brayon – habitant francophone du comté de Madawaska – pique ma curiosité. Est-ce la mention du terrain bosselé niché au sommet de la chaîne des Appalaches ? ou l’évocation des circuits roulants qui sillonnent une forêt verdoyante ? À moins que ce ne soit l’élan d’enthousiasme manifesté par une certaine vététiste canadienne, Catharine Pendrel, lorsqu’elle y a posé ses crampons ? Quoi qu’il en soit, je suis intrigué.

À raison. Dès ses premiers tours de manivelle dans le dédale de pistes nommées selon les cours d’eau environnants (Saint-Jean, Ristigouche, Kedgwick, etc.), le routier en moi est sous le charme : c’est que je suis capable de piloter mon vélo de montagne, un Rocky Mountain Altitude, et – chose rare – de pousser la machine ! Marco m’explique que les sentiers ont précisément été conçus dans un esprit d’accessibilité. « La difficulté, c’est toi qui la génères par le rythme et la vitesse que tu décides de tenir », note-t-il.

Au bout de notre sortie de 20 kilomètres, je suis convaincu : les Sentiers Madawaska
méritent considération, ne serait-ce qu’à cause des points de vue imprenables sur la ville d’Edmundston ou l’omniprésence de la nature sauvage qui vous garantit (presque) de croiser, comme nous, un orignal au détour d’un virage. Bref, vous trouverez là de quoi susciter les passions chez les cyclistes de toutes les allégeances, le tout à trois heures de route de Québec.

À savoir
L’accès journalier de 10 $ peut être acquitté au magasin Jessome’s La Source du sport, à l’hôtel Four Points by Sheraton ou directement sur le site internet de Vélo Edmundston.
veloedmundston.ca
 

Campbellton

Vélo de descente • Parc-vélo du mont Sugarloaf

Alors que je tente tant bien que mal de me dérober à une initiation à la descente, Jean-Luc Martin, premier répondant et pisteur du parc-vélo Sugarloaf, souligne le ridicule de la situation. « Ben voyons, tu n’es pas venu jusqu’ici pour ne pas faire de vélo! » s’exclame le Québécois âgé de soixante ans – mais qui en fait à peine cinquante. Bon point.

Ne faisant ni une ni deux, je mets de côté mes idées reçues sur ce sport dit « de casse-cou », j’enfile l’équipement de gladiateur typique du descendeur et je m’assois dans le télésiège de ce centre qui a obtenu, en 2015, le titre de meilleur parc-vélo dans l’est du pays, devant le mont Sainte-Anne. Direction : le haut d’une montagne dont la dénivellation totale ne dépasse pas 160 mètres.

Une fois au sommet, Jean-Luc me remémore les quelques notions abordées précédemment. « Regarde dans la direction dans laquelle tu désires te diriger et non dans celle que tu veux éviter, utilise l’ensemble de ton corps pour tourner et absorber les impacts, et pompe les freins au lieu de les barrer », énumère-t-il. Si vous avez déjà piloté un vélo, vous serez OK ; l’instinct se chargera du reste.

Pendant la prochaine heure et demie, nous dévalons tour à tour la Sugar Mama, un sentier large et roulant à l’intention des néophytes, la Sugar Daddy, un tracé de niveau intermédiaire parsemé de petits sauts, ainsi que la toute nouvelle Ridgeline, une véritable piste de bobsleigh pour deux roues. À aucun moment je ne me sentirai à un cheveu de la tétraplégie. Vlan dans les dents de mes préjugés.
Et ce n’est là qu’un échantillon ; au total, le parc provincial Sugarloaf compte dix pistes, dont la moitié est réservée aux junkies de l’adrénaline.

À savoir
« La descente souffre de sa réputation, regrette Greg Dion, directeur du parc provincial Sugarloaf. Le gros défi, c’est le premier essai. » Pour surmonter cette barrière, Sugarloaf offre gratuitement son programme Défiez la gravité 101 les jeudis et vendredis après-midi dès 15 h. Le forfait inclut une carte d’entrée d’une journée dans le parc-vélo, la location pendant deux heures d’un vélo, d’un casque intégral, de jambières et de protège-coudes, ainsi que deux heures d’instructions guidées. Voilà, vous n’avez plus d’excuses.
parcsugarloafpark.ca/bikepark
 

Péninsule acadienne

Vélo de route • Véloroute de la Péninsule acadienne

Au pays des Acadiens, le vélo est roi, a-t-on envie de s’exclamer à la vue des tracés de la Véloroute de la Péninsule acadienne. Depuis 2013, une vingtaine de kilomètres de portions aménagées en site propre ont été inaugurées autour des villes de Caraquet, Shippagan et Lamèque. Les 300 kilomètres restants du réseau sont composés en parts égales de routes avec et sans accotement considérées comme sécuritaires. « D’ici quelques années, la Péninsule sera dotée d’un parcours cyclable complet répondant aux normes d’une véloroute », annonce l’organisme Véloroute de la Péninsule acadienne.

Sur le terrain, on saisit bien tout le potentiel du projet. Le trajet Shippagan-Lamèque-Miscou, constitué de routes côtières, marécageuses et forestières, vaut particulièrement le détour. Plat à 98 %, cet itinéraire ne présente aucune difficulté véritable, si ce n’est la distance d’environ 110 kilomètres et le vent, omniprésent en Acadie. Les mollets moins affûtés réduiront le parcours de 42 kilomètres en omettant l’aller-retour jusqu’au phare de l’île Miscou. C’est un pensez-y-bien : cet ouvrage construit en 1856 est l’un des plus vieux du genre au Nouveau-Brunswick.

Vélo Mag ne saurait trop vous conseiller d’explorer la région pendant la première moitié du mois d’août, période de célébration de la culture acadienne qui culmine le
15 août, avec la Fête nationale du lieu. Vous constaterez alors que tout, littéralement, est décoré aux couleurs du drapeau bleu, blanc, rouge et étoilé. Voitures, maisons, commerces : nous avons même croisé un vélo peinturé de cette manière !

À savoir
Quatorze circuits cyclables distincts peuvent être consultés et téléchargés sur le site de la Péninsule acadienne, sous l’onglet « Itinéraires », puis « Circuits cyclables ».
peninsuleacadienne.ca
 

Bathurst

Vélo urbain • Sentiers verts Chaleur

C’est officiel : Samuel Daigle est hyperactif. À peine le sympathique médecin de famille vient-il de finir son quart de travail de nuit à l’hôpital régional Chaleur qu’il enfourche sa bécane de ville afin de me servir de guide. Direction : les Sentiers verts, un réseau urbain de sentiers gravelés d’une vingtaine de kilomètres qui sillonne Bathurst de long en large.

Mais devrais-je plutôt dire « ses » Sentiers verts ? Car, en plus d’être médecin et père de famille, Samuel est aussi politicien. Nommé échevin en 2015 – « ça a été facile, je suis sans le savoir en campagne dans la région depuis 16 ans ! » –, il consacre depuis beaucoup de son temps à faire bouger ses concitoyens. Officiellement inauguré l’année de son élection, ce réseau est donc en quelque sorte le fruit de sa vision de la prévention par l’activité physique.

Alors que nous multiplions les points de vue uniques sur le havre de Bathurst et les environs, Samuel me raconte les chaudes luttes menées afin de rendre possibles les Sentiers verts. Son récit émaillé d’anecdotes savoureuses n’est interrompu que par les salutations des nombreux cyclistes et coureurs que nous croisons. « Merci, docteur ! » lui lance-t-on d’ailleurs parfois.

Chemin faisant, nous en profitons pour nous engager sur des segments qui devraient ouvrir sous peu. « C’est une question de quelques corvées de bénévoles », indique celui qui est passé maître dans l’art de mobiliser ces derniers. Au passage, il me mentionne porter à bout de bras d’autres projets, comme celui d’un jardin communautaire ainsi que d’une course d’aventure reliant le mont Carleton à Bathurst. Hyperactif, je vous dis.

À savoir
Vous l’aurez compris : les Sentiers verts Chaleur se développent à grande vitesse. Résultat : les cartes officielles, aisément accessibles sur le site internet des Sentiers, ne sont pas nécessairement à jour. N’hésitez donc pas à contacter l’office du tourisme local afin d’obtenir un portrait actualisé de la situation.
sentiersvertschaleurgreentrails.ca
 


motCle_url:
motCle_url2:
souscategorie:
type_activite:
type:
saison: