Publicité
Destinations

La belle francophone

09-08-2018

La plus belle façon de rencontrer Bruxelles en pédalant est de commencer par aller faire un tour au 15, rue de Londres, afin de passer à la Maison des cyclistes. En compagnie de Serge, mon collègue journaliste lui aussi vénérable cycliste, j’entre dans la bâtisse qui accueille le Gracq, le Groupe de recherche et d’action des cyclistes quotidiens – c’est en quelque sorte le Vélo Québec belge, qui travaille assidûment à éduquer jeunes et moins jeunes à la pratique cycliste –, et Pro Vélo, un autre organisme qui agit comme prestataire de services en proposant notamment des visites à thème dans Bruxelles. Benoît est tout disposé à nous guider dans notre repérage de l’Art nouveau, un des (nombreux) atouts de Bruxelles.

Il y a longtemps que notre guide a abandonné ses réflexes d’automobiliste pour adopter ceux de cycliste. En un clin d’œil, il délaisse les grands axes encombrés pour des itinéraires pas mal plus efficaces… Il faut dire que les cyclistes, ici, font partie du paysage. Les vélos sont bien équipés en vue d’affronter la ville : éclairage, robustes pneus capables d’avaler les pavés, garde-boue, portebagages… Les automobilistes sont plutôt tolérants, et il y a peu de pistes cyclables, mais énormément de zones désignées. Aussi, depuis six ans, les cyclistes ont l’autorisation de circuler à contresens.

En quelques heures, Benoît nous dévoile l’architecture de l’Art nouveau de même que les vestiges de l’ancienne enceinte de Bruxelles, la modernité du quartier de l’Union européenne et quelques autres lieux incontournables. Une halte s’impose au milieu de la Grand-Place, bordée par les maisons de diverses corporations professionnelles. Mon coup de cœur va cependant au quartier Marolles et à sa place du Jeu de Balle. C’est dans ce quartier populaire qu’on trouve l’art de vivre à la bruxelloise. Le quartier a même son dialecte, le zwanze, ou marollien, teinté d’un certain humour gouailleur.

Bruxelle 1

Liège et les RAVeL

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’arrivée en train à Liège est impressionnante. La gare de Liège est signée par l’architecte espagnol Santiago Calavatra Valls, et c’est sans doute le monument le plus photographié de la ville. Sous le grand hall qui s’élance vers le ciel, des statues et des expositions. Bienvenue à Liège !

Nous quittons rapidement la ville pour filer vers Herve, en prévision de notre première escapade à l’extérieur de Bruxelles. Nous allons découvrir les RAVeL. Sous ce nom qui chante à nos oreilles se cachent les Réseaux autonomes des voies lentes, en fait des emprises ferroviaires désaffectées ou d’anciens chemins de halage qui ne reçoivent désormais que des déplacements non motorisés. Plutôt plats, ils offrent à travers la Belgique des parcours sécuritaires sur près de 1350 km. Histoire de s’y retrouver, Belges et Néerlandais utilisent les points-nœuds, un brillant système de signalisation (voir rubrique du même nom à la page suivante).

Ce ne sont pas les seuls endroits où pédaler. Les bénévoles du Gracq ont concocté quelques fabuleux trajets sur des routes tranquilles. Dans le coin, on s’est même payé le luxe de les identifier par thème : la pomme, la poire et la cerise. Le sureau et la fraise sont à venir. Nous empruntons le premier. Certes, on y verra quelques pommiers, mais aussi une magnifique campagne vallonnée, quelques villages endormis et l’abbaye du Val-Dieu, où se brasse une bière pareillement dénommée et où on produit du cidre ainsi que du fromage. Nombre de voitures croisées sur cette trentaine de kilomètres ? À peine une dizaine !

Bruxelle 2

Bienvenue dans les Cantons de l’Est

Comme son nom l’indique fort bien, cette région est à l’est de la Belgique, chatouillant les frontières du Luxembourg et de l’Allemagne. C’est l’occasion de se rendre compte qu’en outre de parler le flamand et le français, les Belges sont germanophones. Avant de pédaler, on visitera obligatoirement le château de Reinhardstein perché sur son rocher à Ovifat. Bâti en 1364, le temps ne lui a pas fait de cadeau avant sa reconstruction à la fin des années 1960. C’est maintenant un musée où il ne serait pas étonnant de croiser, au détour d’un couloir, quelque preux chevalier. Autour du château, les sentiers de vélo de montagne fleurissent entre les rochers et les haies des Hautes Fagnes. Il y a d’ailleurs près de 500 km de sentiers vallonnés dans les Cantons de l’Est.

Quant à nous, nous nous offrons une boucle du côté du lac de Bütgenbach. Encore une fois, une promenade bucolique au creux des vallons. Le regard porte loin, sur les champs très verts, les villages et quelques fermes. Qui veut prolonger le plaisir passera des frontières : les 125 km de la piste cyclable de la Vennbahn circulent en Allemagne, en Belgique et au Luxembourg sur d’anciennes voies ferrées.
Bruxelle 3

Les crêtes de Durbuy

En quittant Durbuy, dans le fond de la vallée, nous montons pendant 4 km avant d’arriver sur les crêtes. L’orage vient juste de se dissiper. Les rayons de soleil luttent à travers les nuages, allumant cette lumière si particulière d’après la pluie. Nous surplombons les collines ardennaises. L’œil embrasse simultanément de vastes champs cultivés, des fermes, quelques chemins de terre et des bosquets. Dans le lointain, le clocher de l’église romane de Chardeneux pointe vers le ciel. Le soin apporté à l’entretien des maisons qui l’entourent en fait un des plus beaux villages de Wallonie.

 Quelques vérités bonnes à dire sur la bière
Bruxelle bieres

• Les bières trappistes ne sont pas si nombreuses que ça. En Belgique, il n’y en a que six. C’est qu’elles doivent être brassées à l’intérieur de l’abbaye au bénéfice des moines. À ne pas confondre avec les bières d’abbaye, qui se contentent le plus souvent d’utiliser la saveur monastique sans nécessairement en dépendre.
• C’est Charlemagne qui a accordé un privilège de brasserie aux moines. Ces derniers ne s’en sont pas privés. Comme ils ne mangeaient pas beaucoup de viande, la bière était un excellent complément alimentaire.
• À l’origine, les bières n’étaient pas brassées dans le but de ravir le palais mais bien dans celui de rendre l’eau potable.
• Depuis 2016, la bière belge est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Il est vrai que le pays compte 1150 bières originales…

Un chouette circuit, qu’il est possible d’allonger à loisir avant de redescendre vers Durbuy. Là, on laisse son vélo pour emprunter les rues pavées de la « plus petite ville du monde », comme elle aime se qualifier selon une charte de franchise octroyée en 1331. La ville de poche est sise dans un écrin entouré de montagnes collées bien serré autour de son château. On s’arrêtera impérativement savourer une Marckloff à la microbrasserie La Ferme au Chêne. De toute façon, il n’y a que sur place qu’on a la possibilité de la déguster… Le Pays de Famenne, un territoire qui réunit en partie le massif des Ardennes et la région naturelle de Condroz, est généreux en matière de vélo : il déploie pas moins de 350 km de très diversifiées voies cyclables balisées. Grâce aux points-nœuds, c’est en outre fort simple de s’y retrouver.

Du château de Belœil au géant d’Ath

C’est le déluge sur le château de Belœil. Un homme en bottes et au langage châtié nous ouvre les portes pour une rapide visite. Il est de la famille de Ligne, propriétaire de l’endroit depuis 1394, et il connaît donc tous les recoins du château. Dans les grandes salles aux hauts plafonds, le mobilier et les peintures racontent des siècles de turbulences. En ce qui concerne le jardin, un élève de Le Nôtre y a mis sa patte à la française, puis il fut terminé à l’anglaise à la fin du XVIIIe siècle.

Le château est déjà loin quand nous arrivons à Aubechies, un autre des magnifiques villages de Wallonie. Déguster une Moinette à la taverne Saint Gery, juste en face de l’église homonyme, est indispensable. En terrasse et sur les murs, sur de vieilles publicités festives, la bière est ici à l’honneur

Reprenant les routes de campagne jusqu’à Moulbaix, nous croisons le moulin de la Marquise, encore en activité. Le meunier nous explique en ouvrant des sacs de grains qu’il continue le travail de son père. La fine farine blanche qui flotte partout ne nous permet pas d’en douter.

Ath pourrait s’appeler la ville des géants. Pas parce que ses habitants sont plus grands qu’ailleurs, mais en raison de la ducasse, cette fête qui depuis cinq siècles promène des géants décorés en procession à travers la ville. Géants sans l’ombre d’un doute : porter les 700 kg du cheval Bayard exige 16 personnes. Si vous n’avez pas la chance d’être de la prochaine ducasse en août 2017, ne vous empêchez pas d’en apprendre davantage en visitant la Maison des Géants.

En trois ou quatre sauts de puce, nous avons goûté à des parcours étonnants de diversité. Ce qui les rassemble, c’est qu’on y trouve chaque fois de multiples points d’intérêt et une incontestable notion de plaisir. Ne vous surprenez pas d’entendre au coin d’un virage, comme l’a dit notre guide dans les Cantons de l’Est : «Tiens, il y a un vélo qui s’est arrêté ici prendre une frite. »

REPÈRES

Où aller manger à Bruxelles ?

La quincaillerie, c’était le commerce précédent. Les petits tiroirs de rangement sont restés. Cuisine de brasserie goûteuse et truculente. quincaillerie.be/fr Chez Léon, c’est une bruxelloise friture (là où on mange la frite et tout ce qu’il l’accompagne) qui sévit depuis 1893. Je garde un souvenir ému des moules à la plancha (gambas, calamars, tomates…) dégustées là. chezleon.be

Le vélo idéal : vélo de cyclotourisme, de gravelle ou, pourquoi pas? hybride. Il est possible de louer sur place, y compris des vélos à assistance électrique.

Vélo et train : il est relativement facile d’embarquer son vélo dans les trains belges en achetant un billet vélo à 5 euros pour un trajet, ou un libre parcours d’une journée à 8 euros. La route cyclable interfrontalière allemande, belge et luxembourgeoise : vennbahn.eu/fr

Le Réseau autonome des voies lentes RAVeL : ravel.wallonie.be
Le réseau cyclable a même son émission radio et télé sur la RTBF (service public belge). Le beau vélo de RAVeL réunit chaque samedi d’été des cyclistes à seule fin de découvrir les superbes atours entre autres de la région Wallonie-Bruxelles. Cela donne une journée festive où le vélo est à l’honneur. Des propositions de parcours : www.tourismegps.be

Art nouveau
À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’Art nouveau ambitionne d’aborder tous les niveaux de l’activité quotidienne: architecture, mode vestimentaire, ameublement… Il se caractérise par l’éloge des courbes, la diversité des matériaux, les représentations de la nature, et ce, toujours avec le souci de lier le beau et l’utile en oubliant les références au passé. Côté architecture à Bruxelles, c’est Victor Horta et Paul Hankar qui ont été les porte-étendard. Le concept: bien analyser les désirs de l’acheteur afin de lui présenter une demeure 100% adaptée à ses besoins. On s’entend que tout est original et unique : fenêtres, meubles et même tapis, dans le cas d’Horta.

À écouter
Bruxelles, ma belle, de Dick Annegarn. La chanson du plus bruxellois des Néerlandais a connu une seconde jeunesse au moment des attentats de Bruxelles.

Points-nœuds
Cliquez sur les numéros afin d’établir votre itinéraire. Ensuite, sur le terrain, les points-nœuds sont les points de connexion entre les différentes boucles. Il vous suffit de suivre les numéros de votre trajet. points-noeuds.be

Faire le plein de bande dessinée
La BD est à la Belgique ce que le sirop d’érable est au Québec : le sang qui coule dans les veines. Le Centre belge de la bande dessinée, à Bruxelles, donne, sous ses dorures d’époque, une idée assez précise de cet art considéré comme neuvième. À Louvain-la-Neuve, la famille Hergé a créé un musée ultramoderne sur les aventures du journaliste publiées dans Le Petit Vingtième.

 

 

Publicité

À lire aussi

Destinations

Kamtchatka

Péninsule de...
Pierre Bouchard 06-11-2013
Destinations

De l’autre côté du pont

Un grand classique: de Point Diablo, le pont Golden Gate étend ses arabesques rouges en direction de San...
Destinations

Le vélo souverain

Une étoile blanche sur fond bleu s’est ajoutée aux lignes jaunes et rouges du drapeau catalan. Empruntée au drapeau cubain, elle marque...