Publicité
En test

Beau, bon, pas cher

04-06-2018

Un érudit de vélo de montagne ne s’y trompera pas. Tous les éléments essentiels sont là, en commençant par les 120 mm de suspension à air à l’avant et à l’arrière, respectivement RockShox Recon RL et X Fusion 02 Pro R – il n’aurait pourtant pas été étonnant à ce niveau de prix de se retrouver doté d’une fourche à ressort hélicoïdal. Les pneus sont pareillement d’excellente facture : des Schwalbe Hans Dampf, parfaits partenaires de toute une variété de conditions, montés sur des jantes de 27,5 po assez larges pour supporter les pneus de 2,35 po de section. Le cockpit est aussi une bonne affaire, sa largeur assurant de solides points d’appui, bien que la longueur de la potence (60mm) soit un peu longue à mon goût, la tendance étant plutôt à des longueurs en dessous de 50 mm qui favorisent un positionnement plus centré. Enfin, le dernier élé- ment significatif mais non le moindre, un pédalier monoplateau de série combiné à une cassette 11-42 et à un plateau de 32 dents formant une transmission 1 x 10, ce qui devrait convenir à la plupart des pratiquants; sinon, l’utilisation judicieuse d’un diamètre de plateau de 76 mm permettra le montage de 30 dents, voire 28. La modification du système de transmission de multiplateau à monoplateau est probablement l’amélioration la plus commune par les temps qui courent – chapeau à Marin qui le fournit d’emblée sur son modèle d’entrée de gamme

Hawkhill 2

On aime
• Les cinq tailles, de XS à XL
• L’excellent rapport qualité/prix pour un double suspension
• La géométrie adéquate

On aime moins
• Le réglage limité de la fourche (quoique normal à ce prix !)
• Les roues pas assez nerveuses

marinbikes.com

Une revue de la géométrie nous révèle que le Hawk Hill a été conçu selon les récents standards d’un bon trail bike. Malgré que la tige de selle télescopique ne soit pas offerte de série (le prix total grimperait alors à au-dessus de 2000 $), le passage du câble nécessaire est prévu.

Hawkhill 3

Le réglage de la suspension est assez facile si on suit les recommandations de pression de départ. Marin conseille la réduction de l’affaissement (sag) à 25% à l’avant comme à l’arrière. Sinon, du côté de la fourche, on a tout simplement créé cinq clics de variations du rebond et de la compression, et l’amortisseur possède quant à lui dix clics de contrôle du rebond. L’impact des réglages est assez évident, ce qui est un atout pour un débutant désirant expérimenter.

Sur les sentiers Une fois bien en selle, on apprécie la géométrie équilibrée, et les montées en position debout sont encouragées afin de limiter la sensation de légèreté de l’avant lorsque la pente s’accentue. Les pneus Hans Dampf procurent une bonne traction dans la mesure où le terrain reste sec (les pneus de gammes supérieures, Evolution et Performance, seront un meilleur choix si on rencontre racines et roches mouillées – à considérer lorsqu’un changement de pneus sera requis). La suspension travaille efficacement, encore qu’on atteigne rapidement le fond de la fourche quand viennent des envies de sauter; un peaufinement du réglage sera nécessaire si vous vous rendez là. Sinon, le support est adéquat et garantit traction et amortissement, particulièrement en ascension. Les passages techniques à haute vitesse sont légèrement moins précis, le vélo ayant tendance à dévier de la trajectoire prévue, ce qui augmente la fréquence des réglages requis. Une potence raccourcie améliorerait le contrôle actif exercé par le pilote

Hawkhill 4

Sur les sentiers

Une fois bien en selle, on apprécie la géométrie équilibrée, et les montées en position debout sont encouragées afin de limiter la sensation de légèreté de l’avant lorsque la pente s’accentue. Les pneus Hans Dampf procurent une bonne traction dans la mesure où le terrain reste sec (les pneus de gammes supérieures, Evolution et Performance, seront un meilleur choix si on rencontre racines et roches mouillées – à considérer lorsqu’un changement de pneus sera requis). La suspension travaille efficacement, encore qu’on atteigne rapidement le fond de la fourche quand viennent des envies de sauter; un peaufinement du réglage sera nécessaire si vous vous rendez là. Sinon, le support est adéquat et garantit traction et amortissement, particulièrement en ascension. Les passages techniques à haute vitesse sont légèrement moins précis, le vélo ayant tendance à dévier de la trajectoire prévue, ce qui augmente la fréquence des réglages requis. Une potence raccourcie améliorerait le contrôle actif exercé par le pilote.

Le poids du Hawk Hill, d’environ 14 kg, rebutera les obsessifs de poids plume; le pilote moins exigeant ne sera toutefois pas limité dans ses performances. Les acheteurs au budget restreint qui hésitent à choisir un double suspension efficace trouveront ici leur bonheur. C’est un vélo qui constitue une bonne base, laissant la possibilité de l’améliorer suivant l’évolution des performances du pilote et offrant un rapport qualité/prix très concurrentiel dans cette gamme de vélos.

Publicité

À lire aussi

En test, Vélos et accessoires

Du cousu main pour les sentiers et les routes du Québec

C’est au tour de Cannondale de concrétiser sa vision du gravel bike. Avec le Slate, le concept est de proposer un vélo à la fois à l’aise hors du...
Luc Belley 13-06-2018
En test

Look 765: Souplesse et fluidité

Peu de marques de vélos peuvent se vanter d’avoir une histoire aussi riche que celle de Look. Le 765 est un des modèles les plus abordables de...
En test, Vélos et accessoires

8 FATBIKES TESTÉS POUR VOUS

Voici quelques notes inspirées par les grosses bécanes chevauchées dans toutes les conditions l’hiver dernier et qui nous ont fait vivre de beaux...
Vélo Mag 02-11-2014