Publicité
Actualités

Du bitume dans ma cour

09-10-2020
edito magazine automne hiver

Jamais une affaire de bitume tout neuf n’aura provoqué autant de débats. Le bitume en question, c’est celui qui est à la veille de tapisser le tronçon du P’tit Train du Nord entre Val-Morin et Sainte-Agathe-des-Monts. Une portion de 16 km qui augmentera la partie asphaltée de ce parcours cyclable de 234 km à 72%, soit un petit 7% supplémentaire. D’autres secteurs ont été asphaltés ces trois dernières années sans soulever d’aussi grandes vagues de protestations

Publicité

Jean-Sébastien Thibault, directeur général du parc linéaire Le P’tit Train du Nord, n’était pas un partisan du bitume. Comme bien d’autres, moi y compris, qui considèrent ce choix comme de la rectitude politique à saveur pétrolifère. Après un sondage réalisé sur le sujet par des partenaires comme l’UQAM et Vélo Québec auprès des utilisateurs, et considérant l’appui au projet de 72 municipalités, la décision s’est imposée naturellement dans la tête de celui qui pourrait être la version 2020 nettement plus moderne du curé Labelle. Parmi les arguments qui motivaient le choix d’un nouveau revêtement, trois pesaient une tonne d’asphalte dans la balance: de 20 à 40% d’usagers supplémentaires, une saison qui s’allongerait de trois à cinq semaines et une solution plus écologique que la criblure de pierre.

À l’annonce de cette décision, en juin dernier, les pétitions s’opposant au projet ont poussé comme des pissenlits dans les craques du bitume. Plus de 4000 signatures ont été recueillies contre le projet. Les signataires ont notamment mis à l’avant-plan la question environnementale.

De ce côté-là, les 50 mm d’épaisseur de poussière de pierre nécessaires ne sont pas ce qu’il y a de mieux en matière de protection environnementale pour la simple et bonne raison que ce matériau finit souvent par s’éparpiller dans la nature après cinq à sept ans. Il faut alors remettre 190 tonnes de criblure de pierre par kilomètre, ce qui est loin de se faire avec une brouette.

rouette. En ce qui concerne l’imperméabilisation, les gaz à effet de serre et les îlots de chaleur, il appert que l’asphaltage relativement étroit de la piste par rapport à un milieu urbain bitumé ne semble pas poser problème. Le Conseil régional de l’environnement des Laurentides (CRE), qui n’a pas l’habitude de fermer les yeux lorsqu’il s’agit de protection de l’environnement, a d’ailleurs appuyé la décision de l’asphaltage.

Un beau bitume bien lisse fait craindre aussi un envahissement de pelotons filant comme des flèches ou d’adeptes de vélo à assistance électrique. Ce problème existe déjà avec le revêtement actuel. Ce sera à la Corporation du parc linéaire Le P’tit Train du Nord de veiller à modérer les ardeurs et à modifier certains comportements. Déjà, on prévoit plus de patrouilleurs et de policiers sur le terrain. Dans le secteur de Val-David, la piste sera plus large, avec l’ajout d’une portion destinée spécifiquement aux piétons.

Tout est une question de poids dans la balance. Le côté «pour» semble, logiquement, plus pesant. On note cependant un argument «contre» à densité variable: l’atmosphère. Une piste en criblure de pierre est, pour certains, plus bucolique. Pour ma part, je n’ai jamais vu pousser une talle de criblure de pierre dans une clairière, pas plus que de l’asphalte, mais bon…

Pour toutes les raisons invoquées, je verrais sans problème une piste cyclable nouvellement asphaltée dans ma cour.


Tombé dans l’oeil

Montre multisport Grit X, de Polar

Cette robuste montre sportive à l’autonomie généreuse m’a accompagné tout l’été, me fournissant une foule de renseignements sur mon activité physique. En plus des caractéristiques classiques de ce type de produit (GPS, cardiofréquencemètre, altimètre, boussole, coach électronique, suivi du sommeil…), elle compte quelques nouveautés intéressantes. J’ai bien apprécié la fonction FuelWise, qui permet de gérer l’hydratation et l’alimentation avec précision. Aussi, la fonction Hill Splitter compare vos performances dans diverses sections montantes d’un parcours. Côté cartographie, il est possible d’afficher des cartes et même d’avoir les indications de retour à la maison. Elle vous informe aussi de la météo en se synchronisant avec l’application du fabricant, Polar Flow. Cette dernière vous fait un rapport détaillé (durée, itinéraire, consommation énergétique, dénivelés, zones de fréquence cardiaque…) de chacune de vos sorties. Cette montre n’est pas conçue spécifiquement pour le cyclisme, mais sera une aide précieuse dans vos activités sportives quotidiennes.

Publicité