Publicité
Le blogue de David Desjardins

Mes bébelles favorites de 2022

13-12-2022

Faire beaucoup de vélo, c’est expérimenter avec du nouveau matériel, souvent parce que le vieux mérite d’être remplacé, ou alors parce que la technologie -et la mise en marché, si je suis parfaitement honnête- m’ont poussé à adopter une tendance en émergence. Voici donc les trucs que j’ai achetés et qui ont contribué à améliorer mon expérience cycliste cette année.

Manteau Oro de 7Mesh

Après une mésaventure lors d’un voyage à Gérone où nous avons été surpris par un orage, une chute de mercure et une interminable série de crevaisons nous laissant greloter au bord de la route, mon ami Charles s’est promis qu’il ne partirait plus jamais sans manteau de pluie.

Transparence totale : il est représentant pour l’entreprise de Squamish 7Mesh qui conçoit d’excellents produits pour le vélo. J’en utilise plusieurs. Comme le manteau Oro dont nous nous sommes munis pour notre voyage dans les Alpes à la fin de l’été dernier.

7Mesh n’est pas la seule entreprise à fabriquer des manteaux de pluie parfaitement imperméables, VÉRITABLEMENT respirants, qui réfléchissent la lumière en cas de faible luminosité et qui se rangent facilement dans une petite poche. La membrane Gore-Tex Active avec Shakedry est aussi employée par Gore, Castelli et Rapha, pour ne nommer que ceux-là.

Mais à 93 grammes (pour une taille médium, comme le mien), facilement compacté dans une pochette si petite qu’elle ne remplit pas la moitié d’une poche arrière de maillot, vous ne trouverez pas de meilleur allié pour les changements de température et de météo.

En haut de chaque col, nous l’enfilions pour les descentes, sans jamais crever de chaleur une fois en bas. Si bien qu’après deux sorties, j’ai cessé de trimbaler des manches et une veste pour ne garder que ce manteau qui fait tout bien.

Pneus Enve

Je n’ai longtemps juré que par les Continental 4000 et 5000. Ils demeurent pour moi des pneus très intéressants en raison de leur ratio durabilité/résistance/performance/prix. Mais après avoir enfilé des Enve sur mes roues de la même compagnie (SES 3.4), je dois avouer que je ne me suis jamais senti aussi bien et en confiance sur mon vélo qu’avec ce combo.

Je roule des pneus de plus en plus gros et de plus en plus mous. Dans le cas des Enve, j’ai des 27mm, gonflés à 80PSI (je me fie à la charte de la compagnie). C’est confortable, performant et extraordinairement efficace dans les descentes et les virages les plus serrés. J’ai essayé des 29 cet automne, sur un vélo aéro très compact, conçu pour la vitesse pure, et j’ai trouvé l’ensemble absolument imbattable au rayon performance. Je me sens en confiance, je n’ai jamais pris de virages plus serrés.

Et oui, en cas de grosse crevaison, c’est un peu salaud, ça envoie du silicone partout. Mais on met un tube, on rentre, et hop. Sur presque 13 000km cette année, j’ai crevé trois ou 4 fois. Une seule avec les Enve… que j’avais étirés par-delà leur vie utile.

Micro-pompe Pocket Drive de Lezyne

Oui oui, les cartouches de Co2, c’est génial… Quand ça fonctionne. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis battu avec des têtes défaillantes (bloquées, dans lesquels la valves d’insère mal, etc) qui m’ont forcé à me rabattre sur une pompe traditionnelle.

Il faut donc en trimbaler une. Qui prend le moins d’espace possible. Qui est aussi assez costaude pour replacer un pneu tubeless dans ses ornières (lire : le re-popper).

Je suis capable de faire tout cela avec la Lezyne et elle se range dans une poche de maillot sans en dépasser et pèse une plume.

 

Vêtements Givelo

Je me suis procuré un ensemble de la compagnie basée à Medellin en Colombie et, franchement, je n’ai pas encore trouvé meilleur rapport qualité-prix. J’ai porté le bib tout l’été, y compris lors d’un long périple alpestre, sans douleur ni irritation (merci au chamois Elastic Interface, de plus en plus employé dans le vêtement cycliste). Quand on passe 6 heures par jour sur le vélo, c’est remarquable. Les coupes sont réussies, les tissus extraordinairement respirants et résistants. Après plusieurs lavages et des dizaines d’heures d’utilisation, l’ensemble a l’air neuf.

Côté design, on donne plutôt dans l’épure. Ce que j’apprécie. Je n’ai décelé aucune défaillance ni usure prématurée. L’élasticité des manches, par exemple, est encore intacte. La fermeture-éclair ne montre aucun signe de fatigue.

Ça parait bénin, mais il n’est pas rare de devoir jongler avec ce genre de problème, même en payant le gros prix.

 

La fonction Créer un itinéraire de Strava

Je me sers de Strava tous les jours. Pas comme réseau social, mais pour y colliger mes performances et voir le cumul de mes sorties… et beaucoup aussi pour créer des cartes de parcours.

Mon pote Shan, que l’on surnomme le Pèlerin, adore se faire des parcours interminables, cumulant souvent autour de 200km. Je ne déteste pas non plus. Histoire d’explorer du territoire nouveau ou des itinéraires alternatifs, j’utilise le créateur de parcours de Strava. Comme ça, je sais exactement le kilométrage que je parcourrai.

C’est un outil très souple que nous utilisons aussi en voyage. Tel un McGyver des Internets, Shan a le don de manipuler les parcours et d’y ajouter un col ici, un autre là, histoire de redonner son sens à l’expression « epic ride ».

Oui, il faut payer pour utiliser cette fonction. Et ça me fait plaisir de le faire. Après tout, c’est pas tombé du ciel, ce logiciel.

Le casque POC Tectal Race

Je devais changer de casque de vélo de montagne, le précédent étant devenu une menace bactérienne ambulante (en plus d’être un peu moche). Mon ami Manu avait acheté ce POC, trop petit pour lui, mais parfait pour ma tête. Je le lui ai racheté.

Au départ, j’ai eu un peu peur qu’il soit trop chaud et qu’il m’embête, mais j’aimais que ce casque soit aussi massif et me protège aussi bien l’arrière et les côtés de la tête.

Finalement, il est si léger et bien aéré que je l’oublie complètement. Même par temps caniculaire. Même exposé au gros soleil. Même en grimpant le chemin d’accès du Mont Sainte-Anne, privé de la moindre brise.

En prime, il est vraiment très beau.

Publicité

Autres suggestions

Le blogue de David Desjardins

Unchained 2: ma chaîne déraille un peu

Je termine le 4e épisode de Unchained, la très mal nommée série de Netflix sur le Tour de France. Honnêtement, j’hésite à continuer. Les ...
David Desjardins 14-06-2024
Le blogue de David Desjardins

En cas de pluie: une liste

Alors que j’écris ceci, le ciel nous tombe sur la tête. Après le paradis d’avant-goût estival, nous voici plongés dans l’enfer aqueux. Voici ma ...
David Desjardins 28-05-2024
Le blogue de David Desjardins

C’était un bon Giro après tout

Opinion controversée : sans Tadej Pogačar, ce Giro aurait été bien plus ennuyant.
David Desjardins 28-05-2024