Publicité
Actualités

Le vélo au temps du déconfinement

28-05-2020
COVID bicycles

J’écris ce prologue début mai. Ce qui ne l’empêchera pas d’être obsolète ou, même, pas encore d’actualité lorsque le magazine sera publié tant la situation change rapidement. Vous voilà prévenu… 

Publicité

Je suppose que, lorsque vous lirez ce texte, nous aurons ouvert discrètement la porte du déconfinement. Le monde entier se creusera la tête pour trouver les meilleurs outils de distanciation dans la normalité du quotidien. En ce qui concerne les déplacements urbains, le vélo est incontestablement le meilleur outil de la boîte. «La seule alternative à la mobilité motorisée privée dans les zones urbaines qui soit peu coûteuse, rapide et massivement modulable, qui garantisse la distanciation sociale et maintienne les niveaux d’émissions à un bas niveau est le vélo», précise la Fédération européenne des cyclistes. Ici, Vélo Québec clame la même chose. Certes, le parti pris est là, mais le déconfinement ne doit pas être un prétexte à la voiture solo, et le transport en commun (métro et autobus) n’offre pas les conditions maximales sur le plan de la distanciation.

Afin que l’outil vélo soit le plus efficace en matière de déconfinement, il doit être accompagné de quelques actions concrètes temporaires. C’est là que l’urbanisme tactique entre en action. Il s’agit de modifier l’espace public urbain à l’aide de quelques accessoires. À l’origine du concept, quelques activistes alertaient l’opinion publique sur l’emprise de la voiture en transformant une place de stationnement en zone piéton. Quelques tables et chaises, des plantes vertes, des rouleaux de gazon, un parcours de minigolf et le paysage urbain se trouvait transformé.

La recette adaptée à une situation de pandémie est relativement simple: sécuriser une piste cyclable en l’élargissant avec des cônes, tracer une bande cyclable, fermer une rue pour le bénéfice des piétons et des cyclistes. Ces interventions sont rapides, concrètes, et nécessitent peu de moyens financiers. Elles sont surtout centrées sur l’homo sapiens utilisateur de ces infrastructures. La seule chose que nous risquons, c’est d’y prendre goût. Il nous faudra alors convaincre nos gestionnaires et nos politiciens que le temporaire peut devenir permanent.

Et qu’en est-il de la pratique du vélo en mode loisir et compétition? Là encore, difficile de répondre de manière précise. Côté vélo de montagne, les gestionnaires de sentiers préparent le terrain après l’hiver et pensent à des solutions. On se doute que les sentiers unidirectionnels seront de mise, que les croisements et points de rencontre seront réorganisés. Pour ce qui est du volet compétition, il n’est pas certain que nous verrons des pelotons sur la route ni des courses de vélo de montagne. Par contre, les contre-la-montre individuels ont de bonnes chances de tirer leur épingle du jeu. Mais je ne miserais pas une fortune sur le déroulement du Tour de France, même à la fin août. À suivre…

Il existe toutefois d’autres pratiques cyclistes qui collent parfaitement à cette période post-pandémie. Ne vous privez pas de rouler en solo sur les chemins de garnotte et tentez l’aventure du bikepacking.


Tombé dans l’oeil

Jean Boulder Denim 3.0

Boulder Denim

Porter un jean n’est pas nécessairement le meilleur choix quand vient le temps de pédaler. Sauf quand celui-ci a été conçu pour les gens actifs. Le Boulder Denim 3.0 est un savant mélange de Cordura, de coton biologique et d’élasthanne, ce qui lui donne une élasticité inusitée pour ce type de vêtement. En outre, il est robuste, ses poches sont profondes et son tissu est plus respirant qu’un jean classique.

boulderdenim.com

Sac de guidon Signature BB

Arkel

En plus d’être étanche, ce sac de guidon du fabricant Arkel se fixe avec des attaches Velcro ajustables et est équipé d’un système de fermeture à boucle magnétique. En prime : des appliques réfléchissantes ornent les côtés. Surtout, le BB est vraiment beau – un coup de cœur pour les versions olive et cuivre. Il mérite d’être glissé dans votre panier bleu en raison d’un autre coup de cœur: non seulement le sac est-il confectionné à la main à Sherbrooke, mais la couturière qui l’a assemblé a signé son œuvre.

arkel.com

Publicité