Publicité
Actualités

Vélo de montagne – Les tendances du moment

22-04-2019
mtb tendance vtt 2019

L’année 2019 n’apportera pas de révolution radicale. Toutefois, des tendances amorcées depuis quelques années atteignent un niveau de maturité pratique et accessible. Outre la taille des roues et pneumatiques ainsi que le type de transmission, trois grands courants domineront cette saison.

La géométrie progessive

mtb progessive geometry

Ce qui différenciera la cuvée 2019 en montagne sera la géométrie, à un point tel que je suis à me demander ce qui pourrait se faire de mieux dans ce domaine dans un avenir rapproché. Ce changement de géométrie ayant été entrepris il y a quelques années par des fabricants moins connus comme Mondraker et plus récemment Pole, de grandes marques entrent dans le bal en proposant des géométries progressives mieux adaptées à la discipline, autant dans le cross-country que le all-mountain. Désormais, il n’est pas rare de voir en utilisation tout-terrain des vélos de montagne à l’angle de direction auparavant exclusivement réservé à la descente, c’est-à-dire d’approximativement 66°.

Quand celui-ci est combiné à un angle de selle autour de 76° et à une longue portée (ou reach, soit la distance entre le milieu du pédalier et le milieu de l’axe de direction), vous avez une monture qui centre parfaitement le pilote entre les deux roues tout en lui laissant suffisamment de marge pour la rectification de sa position. Les vélos accroissent leur performance et requièrent moins d’ajustements du centre de gravité du pilote pour trouver le positionnement idéal en toutes circonstances. Ces améliorations de géométrie se traduisent par une meilleure traction en montée, en descente et en virage, le nerf de la guerre en montagne. Maintenant, reste à choisir la combinaison de roues et de pneus la mieux alignée sur votre physionomie, votre terrain préféré et votre style de conduite !

mtb tendance vtt 2019

La venue de ces géométries progressives pousse les fabricants à développer la polyvalence des vélos. À moins de courser en cross-country les soirs de semaine et de jouer dans les parcs la fin de semaine, nul besoin d’avoir plus d’un vélo de montagne dans son garage (en excluant le fatbike). Fini la catégorisation en 15 familles par tranche de débattement! Je vois plutôt quatre grandes familles: le pur coursier de cross-country, la bête de descente, le trail et l’enduro. La distinction entre le XC et le DH est évidente, alors que celle entre le trail et l’enduro est ténue. Disons que ces deux derniers sont très polyvalents, se pédalent facilement et passent partout avec aplomb. La distinction résidera dans les préférences de terrain du vélo et dans ses aptitudes à monter et à descendre: le premier aura le souci d’être aussi à l’aise dans la montée que dans la descente, tandis que le deuxième sera nettement plus pressé quand il s’agira de regarder vers le bas.

Publicité

Le coup de pouce de l’électrique

Trek ebike vae mtb

L’énergie sera aussi fournie par la batterie.

L’autre tendance qui prendra certainement de l’ampleur en 2019 est le vélo de montagne à assistance électrique. Au même titre que le VTT à propulsion musculaire, ce segment de marché propose une variété accommodant diverses pratiques. Quoique le coût d’acquisition de ces machines demeure assez substantiel, gageons que la concurrence se fera à l’avantage du consommateur. Un nombre grandissant de cyclistes s’équipent de l’assistance électrique à seule fin de simplement profiter de longues sorties en sentiers sans s’épuiser car, il faut l’admettre, la montagne est un sport exigeant ! Sinon, certains choisiront cette option afin d’augmenter le facteur plaisir et de multiplier les descentes à chaque escapade ; effectivement, l’effort requis pour atteindre le sommet à bord d’un e-bike est significativement moindre, ce qui laisse davantage de temps et d’énergie pour enchaîner les descentes sans nécessairement être restreint aux parcs spécifiques.

La finesse de l’électronique

sram eagle asx mtb

Sram Eagle AXS, transmission électronique sans fil

La tendance ayant pris un certain temps à se renforcer mais devenant progressivement abordable est l’utilisation de l’électronique. Les transmissions électroniques se répandent, bien que, à mon avis, de nombreuses améliorations technologiques soient toujours possibles. L’utilisation de l’électronique dans la modulation des ajustements des composantes de suspension, amenuisant l’essai-erreur avec lequel beaucoup trop de vététistes doivent composer, est de plus en plus efficace et courante, sans encore être complètement démocratisée. L’avancée récente de cette technologie permet entre autres des ajustements en temps réel de différents paramètres de la suspension en vue d’optimiser le comportement du vélo selon les phases d’effort et en fonction du terrain. Je suis d’avis que dans un avenir rapproché, ce pourrait bien être l’autre grand changement de notre sport, après le monoplateau et les transformations géométriques.

Publicité