Publicité
Hors-Québec

Nord du Vietnam – Trio incontournable

12-12-2018
Vietnam vélo

HÀ GIANG – Des routes de montagne désertes et spectaculaires

Le cà phê sua dá, ou café glacé, est délicieux au mois de novembre, surtout sur une terrasse en compagnie de Quynh Vu Do dans une rue encombrée de Hanoï, au Vietnam. Quynh est notre hôte warm shower et il est en train de nous indiquer sur la carte les meilleurs spots où pédaler dans le nord du Vietnam en évitant les secteurs trop touristiques. 

Vietnam vélo

Voici en détail trois destinations qui méritent à elles toutes seules le déplacement.

CÁT BÀ

Vietnam vélo

De l’île de Cát Bà, on peut faire une sortie en bateau
avec plongée et kayak de mer entre les pitons rocheux.

Sous les tropiques

Il y a bien sûr la baie d’Along à l’est. La route qui y mène, la 5, est aussi encombrée par les camions que les bateaux bondés de touristes qui font la queue pour la visiter. Le secret est de se rendre sur l’île de Cát Bà, juste au sud. L’endroit est relativement tranquille, et on peut y voir les mêmes pitons rocheux surplombant la mer. Quynh nous explique qu’on évitera la 5 embouteillée en suivant la route de terre qui borde la voie de chemin de fer dans la même direction. Rien n’est à l’épreuve de nos vélos de montagne aux robustes roues de 26 po! Ma compagne a son GPS, j’ai une carte en papier plutôt ancienne, les deux devraient nous faire arriver à bon port

En réalité, le chemin est bel et bien désert mais passablement alambiqué et dépourvu d’indications jusqu’à Hai Phòng, le plus grand port du Vietnam. Notre recherche d’infos auprès des gens du coin restera vaine, les renseignements s’avérant contradictoires (nous le saurons plus tard, c’est une chose courante).

Le lendemain en fin de journée, après la traversée d’un îlot et le voyage sur deux traversiers locaux (pour quelques dongs, contrairement aux embarcations rapides que prennent habituellement les touristes sur le même parcours), nous voilà sur l’île de Cát Bà. La route est sans conteste en mauvais état, cependant elle a le double mérite d’être peu fréquentée et de laisser jouir de saisissants points de vue à partir de la côte tout en menant, au sud de l’île, à la petite ville du même nom.

Certes, vous délaisserez votre vélo au moins une journée si vous désirez embarquer à bord des bateaux de bois qui font le tour des immenses pitons karstiques. En une journée, vous frôlerez les maisons flottantes des pêcheurs, vous pagayerez dans les grottes et des baies abritées, sans oublier une baignade rafraîchissante et une halte sur une île où vous grimperez périlleusement en haut d’un piton. Une autre journée sera consacrée à une randonnée pédestre dans la forêt tropicale du parc national; vous aurez le bonheur de pédaler jusqu’au centre de l’île sur une étroite route montagneuse pour découvrir l’entrée du parc et vous perdre dans la forêt.

 

Repères

Y aller: Du port de Hai Phòng, un premier traversier vers l’île de Cát Hai, puis un second à destination de Cát Bà.

Hébergement: Facile, comme partout au Vietnam. Une grande chambre avec magnifique vue sur la baie pour une dizaine de dollars.

Bateau : Sortie à la journée intéressante. Kayak, plongée avec tuba, village de pêcheur et repas inclus.

Randonnée : À faire, accompagné d’un guide, dans le parc national, où pousse la forêt tropicale et vivent quelques spectaculaires insectes.

Nourriture : Fruits de mer dans les restaurants dont les terrasses sont aménagées en un clin d’œil en fin de journée, sur le bord de la baie.

Vietnam vélo CÁT BÀ

De l’île de Cát Bà, on peut faire une sortie en bateau
avec plongée et kayak de mer entre les pitons rocheux.

NINH BÌNH

Vietnam vélo NINH BÌNH

La baie d’Along version terrestre

Après l’est, nous voici au sud de Hanoï, dans une région qui offre la même perspective sur les pics karstiques de la baie d’Along, mais dans la variante « plancher des vaches ». Dans un rayon relativement restreint, les différents sites se visitent facilement à vélo en empruntant de petites routes sans relief, voire des chemins qui jouxtent rivières et rizières. En fait, vélo et bateau font fort bon ménage dans ce coin de pays. Il vous suffit par exemple de gagner Trang An pour embarquer sur des barques manœuvrées par des femmes dont c’est le métier. Cellesci poussent même la désinvolture jusqu’à propulser leur chaloupe en ramant avec les pieds, bougeant les jambes à la façon des grenouilles. À certains moments, la rivière s’engouffre pendant quelques centaines de mètres dans des grottes… attention à la tête ! Il fait sombre, et les stalactites ne sont pas loin ! Tout près, la barque accostera sur un îlot où un temple apportera sérénité à la balade. Une promenade à entreprendre pas trop tard dans la journée, l’endroit (un brin bétonné à l’accueil) étant plutôt fréquenté.

Histoire d’avoir une vision plus générale, et surtout plus élevée, on ne se privera pas de grimper les 450 marches du pic de Hang Múa. De là, la vue sur Tam Coc, le site où culminent les pics, est réellement fantastique : des rizières à perte de vue et la rivière qui serpente entre les pics.

 

Vietnam vélo NINH BÌNH

Repères

Hébergement : Offre assez abondante dans la région de Tam Coc, mais comme le vélo permet une certaine autonomie, rien ne vous empêche de choisir de vous installer en dehors du village, en plein milieu des rizières.

Cartographie : Les hôtels fournissent généralement une photocopie indiquant les principaux points d’intérêt. Comme dans le reste du Vietnam, ces cartes (et les précisions qui vont avec) sont approximatives.

Nourriture : De la chèvre grillée, une spécialité locale.

HÀ GIANG

Vietnam vélo HÀ GIANG

Un chapelet de montagnes
à la frontière de la Chine

Aux portes de la Chine

Entre Sa Pa la très touristique et la spectaculaire mais peu fréquentée «Ha Ziang», comme on le prononce plutôt, nous avons choisi les montagnes qui chatouillent la frontière chinoise. En une petite semaine, nous effectuons une boucle répartie en journées de 50 à 60 km aux dénivelés de 1000 à 1500 m: des routes de montagne, quelques marchés dans les villages traversés, la rencontre des différentes ethnies aux costumes colorés, et surtout un bout de parcours sur la plus belle route du Vietnam.

La mise en jambe jusqu’à Tam Son donne une idée de ce qui nous attend: des pitons calcaires, des routes en lacets, quelques affleurements granitiques. Un monde largement minéral adouci par le vert de la végétation. Une autre étape menant à Yên Minh est dominée par la jolie rivière et la pinède qui entoure la ville. Il faut cependant garder du carburant pour la suite: la route vers Dong Van est un plaisir de grimpeur… Nous aurions volontiers abandonné nos sacoches en cours de route.

Le bonbon du voyage se trouve à cet endroit. Entre Dong Van et Mèo Vac sillonne la plus belle route du pays, vingt-deux petits kilomètres taillés dans la falaise. On distingue à peine les eaux de la rivière Nho Quê coincées au fond d’une gorge impressionnante. On fera halte au sommet du col de Mã Pi Lèng afin d’enregistrer le paysage dans son esprit, puis en bord des falaises pour aller à la rencontre des différentes ethnies locales (les Hmông, les Dao, les Tày… il y en a une douzaine!). Ces rencontres se font simplement, surtout quand on est sur un vélo. Nous suscitons leur curiosité autant qu’ils suscitent la nôtre. Ici, l’habit traditionnel est celui de tous les jours, il est coloré et parfaitement compatible avec le transport d’une corde de bois !

Avoir eu davantage de temps, nous aurions continué notre périple montagnard. La faible fréquentation touristique permet à la région de montrer le vrai visage du Vietnam, qui n’est pas dénué d’une certaine pauvreté. Tout le monde travaille plutôt durement, chacun fait sa petite affaire en bonne complémentarité de celle du voisin. D’ailleurs, à propos de voisinage, les montagnes chinoises doivent être tout aussi majestueuses de l’autre côté. Un autre chouette voyage en perspective…

 

Repères

À environ 320 km de Hanoï. Possibilité de prendre un bus de nuit avec couchette. C’est une expérience où le mot confort est très relatif.

Permis : En raison de la proximité avec la frontière chinoise, un permis est exigé, sorte de visa spécial autorisant à se promener dans la région. On se le procure au commissariat d’Hà Giang.

Météo : Parfois capricieuse. Idéalement, on se précipite quand il y a une fenêtre de beau temps.

Nourriture : Comme la température de la région est plus fraîche, c’est le temps de déguster de chaleureux hot pots, genre de fondue au bouillon très goûteux empli de montagnes de légumes. Vous avez le choix entre des fruits de mer et toutes les sortes de viandes.

Vietnam vélo HÀ GIANG

Publicité