Publicité
Destinations

La route des draveurs

13-04-2012

Le départ se fait en douceur sur la Cycloparc PPJ (pour Pontiac Pacific Junction, un chemin de fer), un joli couloir de verdure inauguré en 2000 qui relie le hameau de Wyman et l’île aux Allumettes. Comme plusieurs pistes cyclables, cette piste-ci est localisée sur une ancienne emprise ferroviaire. Le revêtement est en poussière de roche et le parcours plutôt plat, ce qui le rend idéal pour celles et ceux qui ont peu de kilomètres dans les mollets. La piste prend son envol dans la campagne, où les terres agricoles alternent avec des boisés.

Après une vingtaine de kilomètres de ce paysage, vous atteignez Shawville. Ce coin du Québec est bien particulier, car y vit une communauté anglophone implantée depuis des générations. D’aucuns prétendent que cette partie du Québec est le prolongement de l’Ontario – ce qui n’est pas tout à fait faux. Saisissez l’occasion d’utiliser la langue de Shakespeare tout en admirant l’architecture des maisons de brique centenaires qui font l’honneur des Shawvillites.

Entre Shawville et Campbell’s Bay, la piste traverse des écosystèmes humides, dont le grand marais de Bristol. À Campbell’s Bay, c’est la première rencontre avec la rivière des Outaouais ; il y a une agréable halte avec des tables à pique-nique où s’arrêter. Vous pouvez également profiter de la pause pour visiter le palais de justice construit en 1888.

À la sortie de Campbell’s Bay, le paysage se métamorphose. La piste s’enfonce à l’intérieur des terres, dans la forêt pontissoise, le long de la rivière des Outaouais. Cette forêt est maintenant un pâle reflet de la gigantesque pinède qu’elle était avant l’arrivée des Européens. Le principal bénéficiaire de l’industrie forestière fut l’Angleterre ; la flotte britannique utilisait les longs troncs des pins pour les mâts des navires de Sa Majesté.

Quelques tours de manivelle plus loin, et vous voilà à Fort-Coulonge, fondé en 1694 par le sieur Nicolas d’Ailleboust. Celui-ci y établit le premier poste de traite des fourrures. Plus tard, au 19e siècle, sous la gouverne du baron « forestier » George Bryson, Fort-Coulonge devint un important centre d’exploitation forestière fréquenté par un gros contingent de draveurs et de bûcherons. Plusieurs maisons de pierres témoignent du faste de cette époque (voir Où dormir).

De Fort-Coulonge à Waltham, la piste frôle souvent la rivière. Dans les eaux calmes des anses, nénuphars et autres plantes aquatiques ont trouvé leurs niches écologiques. À Waltham, vous enfilez la route 148 qui enjambe la rivière des Outaouais pour rejoindre l’île aux Allumettes. De là, la piste cyclable monte légèrement, et de charmantes vues panoramiques donnent sur la rivière des Outaouais. Encore un autre pont et vous arrivez à Pembroke. Vous voilà maintenant dans la partie ontarienne du trajet.

Prenez la route 40 Sud, sur laquelle il y a un peu de circulation – mais pas pour longtemps. À peu près 5 km plus loin, virez à gauche et continuez sur les tranquilles routes de comté 21 et 12 qui mènent à Westmeath. Il faut vraiment s’arrêter au quai municipal donnant accès à la rivière, qui a ici la taille d’une mer intérieure. Après quoi, filez vers La Passe, un ancien village francophone qui a malheureusement aujourd’hui perdu l’usage de la langue de Molière.

Longez ensuite la rivière en empruntant Grants Settlement Road, où vous apercevrez une multitude de panneaux solaires installés sur les toits des fermes, un programme ontarien d’aide gouvernementale pour les agriculteurs ayant incité ceux-ci à se mettre à l’énergie verte. À Millars Corner, tournez à gauche sur Kerr Line, une vieille route peu passante qui rejoint Chenaux Road. En y tournant à droite, vous croiserez la route 4, sur laquelle vous poursuivrez vers la gauche jusqu’à la route 1 direction sud. La route 1 débute par une chouette descente pour plus loin côtoyer la rivière sur plus de 20 km. C’est le même menu jusqu’à Arnprior, la principale ville de la région. Son petit centre-ville a su conserver quelques fort beaux bâtiments.

Après votre visite, allez chercher la route 22 au sud d’Arnprior, en direction de Mohr Corners. Virez à gauche route 7 (Ferry Road). Au bout de cette route, prenez le bac pour accéder au village de Quyon, au Québec, pour ensuite revenir au point de départ à ­Wyman, tout près (5 km). Profitez-en pour jeter un dernier regard ­à la belle et historique rivière des Outaouais.

Publicité

Autres suggestions

Présenté par Tourisme Centre-du-Québec
Destinations

Centre-du-Québec : Bien placé pour vous étonner

Vous roulez un peu, beaucoup ou même passionnément et vous cherchez une destination qui sort de l’ordinaire pour vos prochaines sorties à vélo ? Pens
Vélo Mag 12-06-2024
Présenté par Tourisme Montérégie
Destinations

Protégé : Trois découvertes à faire sur la Route verte en Montérégie

Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.
Vélo Mag 10-06-2024
Présenté par la Vallée de Coaticook
Destinations

Choisissez votre saveur vélo dans la Vallée de Coaticook

Le vélo dans la vallée de Coaticook, c’est comme la crème glacée, il y en a pour tous les goûts. Vous êtes plutôt vélo de montagne avec pépites
Vélo Mag 05-06-2024