Publicité
Québec

5 circuits à faire ce week-end tout près de Montréal

22-05-2020
Montreal cycling

Photo: @fleofortin

Le beau temps s’est (finalement) pointé le bout du nez et les cyclistes de la métropole ont les jambes qui fourmillent. Afin de répondre à ce besoin de rouler si pressant en ces jours chauds de printemps, Vélo Mag vous a tiré 5 parcours du guide Vélo Mag les 25 circuits autour de Montréal – itinéraires cyclistes de 35 km à 107 km de Patrice Marcotte et André Poirier. Découvrez un nouveau circuit ou redécouvrez un classique disponible sur l’application Vélo Mag et en ligne!

Procurez-vous le guide des 25 circuits autour de Montréal - itinéraires cyclistes de 35 km à 107 km sur le site de Vélo Québec

Découvrez les circuits!

1- La campagne à la ville

Pointe Est de Laval

Pointe Est de Laval

La pointe est de Laval (p. 40), un classique des cyclistes de la région. À l’Est de Laval, une pointe de terre résiste toujours à l’envahisseur, gracieuseté de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles. Profitons-en: la potion magique pourrait venir à manquer. D’ailleurs, une nouvelle zone urbaine s’est développé autour du pont de l’autoroute 25, sans toutefois entacher le plaisir de cette randonnée!

Le présent parcours varie quelque peu de celui habituellement emprunté par les cyclistes de la région. Une partie du circuit passe par la piste Gouin, à Montréal, qui présente de nombreux avantages : belles éclaircies sur la rivière, bâti architectural harmonieux, parcs dignes d’intérêt, dont celui de l’Île-de-la-Visitation qui offre un point de départ et d’arrivée exceptionnel. La portion lavalloise entre Saint-Vincent-de-Paul et la montée du Moulin voit alterner campagne coquette et développements navrants. Vient ensuite, et pour de nombreux kilomètres, une zone rurale admirablement conservée, petit miracle au milieu de ce royaume davantage reconnu pour la culture des centres commerciaux que pour celle des patates. Se déroule ensuite la piste cyclable qui s’avère un lien nord-sud efficace, sécuritaire et même bucolique par moments. Ça change du boulevard des Laurentides.

2- Toute la gamme des émotions

La route de Oka et de l'Île Bizard

La route de Oka et de l’Île Bizard

Ce circuit explore tous les types de terrains, toutes les sortes d’environnement. C’est un microcosme du sud québécois: ville, banlieue, campagne, rivière, lac et montagne. En fait, ce que le Québec offre de mieux et de plus ordinaire… avec le mieux qui l’emporte haut la main.

La route de Oka et l’île Bizard (p. 44) propose d’entrée de jeu, un spectacle varié: maisons opulentes et résidences modestes se côtoient. Puis, Deux-Montagnes donne l’occasion de vivre l’expérience de la banlieue sur une piste cyclable – La Vagabonde – qui vous surprendra par sa diversité : développements domiciliaires, boisés, marécages, etc. Le parc d’Oka, quant à lui, porte le sceau « qualité parc national » et propose quelques petites montées pour se mettre en jambes. Le retour s’effectue au milieu de vergers qui font la réputation de la région, avec quelques faux plats pas piqués des vers. En fin de parcours, on goûte à la vie des gens riches et célèbres, tout d’abord à Laval-sur-le-Lac, puis dans la partie nord de l’Île-Bizard.

3- Pot Pourri

La variété est au menu de ce trajet qui longe un cours d’eau, emprunte de beaux rangs tranquilles et traverse trois municipalités intéressantes. Grâce aux limites de vitesse réalistes, je crois néanmoins qu’un cycliste prudent devrait sortir indemne de son passage sur la route 223. Et continuons de prier Notre-Dame de Ghisallo, consacrée par Pie XII patronne universelle des cyclistes, pour l’aménagement de larges bandes cyclables sur cette voie fréquentée à la fois par les poids lourds et les cyclistes.

Le trajet du circuit Rivière Richelieu et Mont-Saint-Bruno (p.90) s’effectue impérativement dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, afin de compenser la banalité de certains secteurs de la route 223 grâce à la proximité de la rivière et surtout avec les points de vue sur le mont Saint-Hilaire. La deuxième partie du trajet, en direction sud, débute avec de petits rangs champêtres et offre un beau panorama sur le mont Saint-Bruno, avant de traverser un secteur de Saint-Bruno-de-Montarville qui comporte d’agréables artères, tel le chemin de La Rabastalière. Pour y accéder, il faut se taper la courte mais éprouvante montée vers le Sommet-Trinité, d’où la vue sur la plaine est imprenable. Le retour au point de départ s’effectue sur la piste cyclable asphaltée reliant Chambly à Longueuil. Si la balade vous semble trop courte, il est possible de la compléter en roulant dans les sentiers du parc du mont Saint-Bruno.

Circuit Rivière Richelieu et Mont-Saint-Bruno

Circuit Rivière Richelieu et Mont-Saint-Bruno

circuit des collines montérégiennes

circuit des collines montérégiennes

4- Pommes et blé d’inde

Particulièrement intéressant à la saison des couleurs, le circuit des collines montérégiennes (p. 100) offre de beaux points de vue sur la campagne de la Rive-Sud montréalaise. À l’exception des abords de Rougemont, il emprunte des rangs où la circulation est homéopathique. Mieux encore, le passage des poids lourds y est presque partout interdit.

Au départ, on longe la rivière Richelieu sur la plus belle artère de Saint-Jean-sur-Richelieu, la 1re Rue, alias le chemin des Patriotes. Des rangs paisibles mènent vers le nord par la suite, avec le mont Saint-Hilaire en point de mire. À l’entrée de Rougemont, un magnifique verger est situé à l’arrière de l’abbaye cistercienne. À la saison des pommes, on s’y procure des produits élaborés par les moines : fromage, chocolat, pommes, tartes, etc. Si vous vous sentez en jambes, un aller-retour sur la Petite Caroline, en direction nord-est, permet d’accéder à un vaste panorama. Enfin, l’intérêt d’effectuer le parcours dans le sens contraire des aiguilles d’une montre est de s’approvisionner au Gré des Champs, fromagerie certifiée bio située à seulement une dizaine de kilomètres du point d’arrivée.

 

5- Le cycliste de ville et le cycliste des champs

Tour du Lac-Saint-Louis

Tour du Lac-Saint-Louis

« Un cycliste de ville eût aimé être cycliste des champs, Mais sans moyen de transport ne disposant, Il était bien malgré lui confiné Aux pistes cyclables de la cité. »

C’était avant de connaître la navette fluviale reliant Lachine et Châteauguay, une balade d’une heure sur le fleuve qui permet de décrocher du brouhaha de la ville et d’effectuer le circuit du tour du lac Saint-Louis (p. 64). La navette nous transporte dans un premier temps à l’île Saint-Bernard, inaltérée depuis près de 300 ans. Ensuite, le parcours longe le lac Saint-Louis. La partie sud du lac est bordée par de charmants chalets centenaires. La traversée de la centrale hydroélectrique de Beauharnois est quant à elle époustouflante: on est aux premières loges pour admirer le barrage, puis on pénètre dans un tunnel sombre et étroit en espérant ne pas croiser un piéton ou un cycliste. Le parc régional des Îles-de-Saint-Timothée n’est pas sans intérêt non plus: piste flambant neuve, plage sablonneuse, observation d’oiseaux. La piste cyclable du canal de Soulanges offre quant à elle une balade tranquille dans un décor bucolique.

Enfin, le retour par le nord du lac Saint-Louis nous fait découvrir l’île Perrot et ses nombreux édifices patrimoniaux, puis le West Island, toujours agréable à parcourir à vélo. Tour du Lac-Saint-Louis

Publicité