Publicité
Pratico-pratique, Vélos et accessoires

Câbles et gaines

17-05-2012

Votre freinage manque de mordant ou est difficilement modulable? Vos changements de vitesse exigent un effort important sur vos leviers en plus de manquer de précision? Les coupables sont bien souvent ces quatre câbles d’acier qui relient dérailleurs et freins à leurs leviers respectifs, de même que les gaines qui protègent ces câbles. Voici une procédure de vérification et d’entretien qui vous assurera le fonctionnement optimal de ce système.

Les câbles sont faits d’un tressage de filaments d’acier, inoxydable ou pas, au bout desquels est moulée une tête en plomb les ancrant au levier. L’acier inoxydable les rend très résistants à la corrosion, ce qui n’est pas le cas des câbles d’acier ordinaire des vélos d’entrée de gamme. Typiquement, les câbles de dérailleur ont un diamètre de 1,1mm ou 1,2 mm, pour en optimiser la flexibilité, alors que cette mesure passe à 1,6 mm sur les câbles de frein afin d’en assurer la résistance.

Inspectez les câbles afin de déceler les traces de corrosion et tout effilochage ou rupture partielle. Vérifiez particulièrement les sections où les câbles entrent et sortent des gaines, les zones de contact avec les guides de plastique ou de métal (comme sous le boîtier de pédalier) ainsi que tous les points d’ancrage.

La corrosion sera enlevée avec un récureur Scotch-Brite ou une laine d’acier, et prévenue en appliquant un film de lubrifiant sur le câble. Un câble sectionné sera remplacé. Pour prévenir l’effilochage des extrémités nues des câbles, on les recouvrira d’un embout de plomb. Le mécano expérimenté tirera avantage à remplacer cet embout par une goutte de plomb fondu ; cette méthode évite de déformer l’embout traditionnel, facilitant le retrait et l’enfilage du câble dans la gaine.

Les gaines guident les câbles des leviers aux freins et aux dérailleurs selon un parcours fluide afin d’en minimiser la friction. Elles doivent donc être souples, mais très rigides dans le plan axial afin d’assurer un freinage puissant et des changements de vitesse précis.

Les gaines sont généralement constituées d’un recouvrement de plastique souple, d’un corps métallique et d’un tube interne de téflon afin de réduire la friction avec le câble. Le corps métallique est soit un enroulement de filin carré dans le cas des gaines de frein (pensez à un ressort comprimé), soit une torsade de fils alignés dans l’axe de la gaine dans le cas des gaines de dérailleur.

Inspectez les gaines pour déceler tout fendillement ou pli brusque qui augmenterait significativement la friction avec le câble. Équarrissez parfaitement les extrémités des gaines en les coupant (à la lime ou à la meule) et recouvrez-les d’un embout adéquat. Bon nombre de vélos sont équipés d’embouts de gaine de plastique ou de métal très mince. Très peu résistants, ces embouts ont tendance à se déformer, voire à se rompre, et sont une des causes les plus fréquentes de la perte de  rendement du changement de vitesse et du freinage. Assurez-vous que les gaines sont tout juste de la longueur qui permet la rotation sans contrainte du guidon, sans plus. Toute longueur excédentaire augmente la friction et réduit la rigidité, donc la performance du système.

Publicité