Publicité
Pratico-pratique

Vélos à assistance électrique – L’électron libre

17-04-2019
TurboLevoFSR vae

On trouve des vélos à assistance électrique (VAE) en tout genre. Or si leur technologie est, dans l’ensemble, assez similaire, l’effet sur le comportement du vélo diffère passablement selon qu’on enfourche un vélo pliable pour le vélo-boulot ou un fat bike qu’on ne sort que pour les sentiers enneigés.

L’assistance électrique sur un vélo peut s’avérer judicieuse dans tous les types de pratique cycliste. Du coup de pouce qui fait en sorte qu’on arrive au boulot plus frais (et plus sec) jusqu’à la sortie avec les copains qu’on avait du mal à suivre sur la route, sans oublier les sentiers escarpés qu’on avale plus aisément, l’assistance électrique a toujours son mot à dire. Même qu’il est facile de tricher en demandant au moteur de travailler davantage que vos jambes.

Publicité

Du sur mesure… ou presque

La technologie varie d’une marque à l’autre. Certains vélos ont un moteur électrique inséré dans le pédalier, d’autres au niveau du moyeu de la roue arrière. La batterie est quant à elle fixe ou amovible, logée à l’avant, sur le tube diagonal du cadre ou à l’arrière, ou encore encastrée dans le porte-bagages. Certains modèles ont une poignée d’accélération qui agit comme un régulateur de vitesse; si ce n’est pas le cas, c’est que c’est le coup de pédale qui fera réagir le moteur, et celui-ci offrira alors un degré d’assistance ajustable suivant le niveau que vous aurez choisi.

La plupart des fabricants de vélos incorporent les composantes d’équipementiers reconnus comme Bosch, Shimano ou Yamaha. Ces marques ont bonne réputation et octroient une garantie à l’avenant.

Quelques manufacturiers, comme le québécois Procycle ou l’ontarien BionX, ont préféré développer leur propre technologie motrice. Celui de Saint-Georges, en Beauce, a intégré moteur et batterie dans ses vélos Evox, tandis que le moteur de BionX s’installe dans la roue arrière de n’importe quel type de vélo.

Une autre approche du vélo

Un vélo électrique exige de développer de nouvelles façons de faire. D’abord, les composantes électriques et la batterie ajoutent du poids à l’ensemble; quand vous devez grimper le tout au troisième étage d’un triplex aux escaliers en colima – çon particulièrement étriqués, c’est un élément à considérer.

En selle, le poids a également un impact sur le pilotage, notamment quand vous avez à ralentir énergiquement. Ce n’est pas pour rien que les fabricants proposent de puissants freins à disque hydrauliques sur leurs VAE. Gare aussi au comportement du vélo: l’emplacement de la batterie et celle du moteur déplacent parfois le centre de gravité, impactant sur la conduite.

Enfin, si l’assistance vous donne des ailes, elle ne doit pas vous faire oublier qu’il vous faudra tout de même piloter votre monture, quelquefois à des vitesses plus rapides que celles auxquelles vous êtes habitué. À titre d’exemple, selon une enquête du Bureau de prévention des accidents menée auprès de 4000 cyclistes, un tiers des propriétaires de vélo élec – trique suisses ont eu un accident.

Code de la sécurité routière du Québec et vélo électrique

Le vélo électrique ne nécessite pas d’immatriculation.

La puissance du moteur ne doit pas dépasser 500 W.

La vitesse maximale est de 32 km/h.

Le casque est obligatoire.

L’âge minimal requis pour utiliser un vélo électrique est de 14 ans.

Un permis de classe 6D est exigé pour conduire un vélo électrique si on a entre 14 et 17 ans.

Quatre vélos, quatre mondes

Ils ne sont pas tous identiques, ces vélos électriques. En voici quatre qui illustrent la diversité de ce créneau.

EVOX – KAB 375

evo 2

Ce vélo de ville abordable d’une vingtaine de kilos est propulsé par un groupe électrique à courroie de 350 W comprenant une batterie conférant 65 km d’autonomie par charge. La batterie est amovible mais verrouillée à clé. Un pavé lumineux permet de sélectionner parmi cinq niveaux une assistance qui s’active au moindre coup de pédale. On dépassera aisément 32 km/h d’assistance électrique en forçant à peine ou, mieux, on pédalera à un rapport légèrement infé – rieur afin de leurrer le système qui fera dès lors tout le travail.

evoxbikes.com

OPUS – WKND

OPUS WKND

Le WKND est un vélo de ville qui vous fera oublier les exigences des ponts, montagnes et autres éventuelles côtes et montées urbaines. Son autonomie dépassant les 100 km combinée à son système d’éclairage en fait un vélo de randonnée tout indiqué. Le moteur Shimano Steps dispose de quatre modes d’assistance. Il est silencieux et puissant même s’il entre en action très doucement, créant l’illusion que la puissance accrue provient davantage du coup de pédale que du groupe électrique…

opusbike.com

CUBE – REACTION HYBRID PRO 500

CUBE - REACTION HYBRID PRO 500

Ce vélo de montagne est un hardtail. Son moteur de 250 W est jumelé à une batterie de 500 watts-heures, tous deux de marque Bosch. Cela lui assure au-delà de 100 km d’autonomie. Son cadre a été conçu exprès pour cette configuration électrique, et selon la taille choisie, on roulera sur des roues de 27,5 ou de 29 po. Une option intéressante dans le cas de sentiers roulants et d’une utilisation polyvalente.

cube-bikes.ca

SPECIALIZED – TURBO LEVO

specialized-turbo-levo-fsr-comp-6fattie

Cette série de vrais vélos de montagne n’a, en matière d’équipement, rien à envier aux modèles haut de gamme de la marque, surtout qu’on l’a dotée d’un moteur puissant et d’une batterie fort bien intégrée dans le tube diagonal. La famille Turbo Levo compte pas loin d’une douzaine de membres, pour hommes au cadre carbone ou aluminium, ainsi que pour femmes en alu, en simple ou double suspension, et en deux formats de roues. C’est le vélo qu’il vous faut si vous voulez faire évoluer votre pratique en sentiers à l’aide d’une motorisation.

specialized.com

Publicité