Publicité
Le blogue de David Desjardins

Bonheurs du Tour de France

01-07-2022

Tour de France 2021 – Paris Champs Elysees (ASO)

J’écris ces lignes en regardant la reprise du contre-la-montre d’ouverture du Tour de France à Copenhague. Je suis allé rouler ce matin plutôt que de la regarder en direct.

Stephan Bisseger vient de s’étendre pour une seconde fois sur la chaussée détrempée de la capitale danoise. Guillaume Boivin s’est élancé un peu plus tôt. Mathieu van der Poel joue au trompe-la-mort dans une chicane, risquant de rétamer son skinsuit de plusieurs milliers d’Euros, spécialement conçu pour cette épreuve.

Pour les trois prochaines semaines, mes journées tourneront autour du Tour.

Selon toute vraisemblance, le Slovène Tadej Pogačar devrait remporter son troisième titre. Son rival et compatriote, Primoz Roglic, devrait normalement lui mener une solide bataille.

Mais le seul temps qui compte, au début du Tour de France, c’est le conditionnel. Parce que tout peut survenir et changer le visage de la course.

Un coup de bordure le pont du grand Belt à la seconde journée. Une chute sur les pavés à la cinquième étape. Un moment de faiblesse dans le triplé Télégraphe, Galibier et Granon de la onzième étape. Ou alors une malchance, un bris, et c’en est fini.

Le Tour n’est pas toujours la course la plus excitante de l’année, mais l’importance qu’il revêt pour les coureurs, les équipes et les commanditaires est si importante que tout ce qui s’y trame devient plus grand que nature. Comme enflé par les conséquences d’une victoire ou d’une défaite.

C’est à la fois ce qui rend la course excitante et qui, parfois, la tue.

Un moment de bravoure spontané est difficilement réconciliable avec le poids que porte chaque décision, généralement mesurée, ce qui rend la course souvent lente et génère un attentisme qui tue le climax.

Sauf que. Les scénarios inattendus sont aussi les plus divertissants. Suffit de voir comment l’équipe de Primoz Roglic a profité d’un revers de fortune de son meneur pour mettre à l’avant une nouvelle star, Jonas Vingegaard, et pour permettre à Wout van Aert de s’exprimer sur tous les terrains. Le Belge a remporté une épreuve de montagne sur le Ventoux, un sprint sur les Champs Élysées et un contre-la-montre. De nos jours, ce genre d’exploit, en cette ère d’hyperspécialisation, est presque impensable.

Autre « sauf que », Tadej Pogačar s’amène non seulement avec sa plus solide escouade à ce jour, mais il possède aussi ce panache qui s’apparente au jeu, et qui lui fait considérer la course avec amusement. Il ne se gêne pas pour attaquer. Il remporte des étapes qu’il pourrait se contenter de terminer avec les autres meneurs. S’il a les jambes, il ne joue pas de prudence, mais d’audace.

Et puis, je le disais, tout est possible. Les grands prétendants peuvent s’effondrer. Ineos pourrait causer la surprise. Et pourquoi pas David Gaudu avec la FDJ. Puis il y a toujours la chasse aux étapes, où Mike Woods et Thibaut Pinot, entre autres, pourront s’exprimer, nous faire hurler devant nos écrans.

Le Tour commence. C’est juillet. J’arrive de rouler dans la moiteur d’un jour incertain. Le Tour fait partie de mon été, du plus beau moment de l’année pour rouler. Ce n’est pas pour rien qu’on l’aime.

Il survient à ce moment parfait de nos vies, quand tous les élément s’alignent pour distiller tant de petites choses qui s’apparentent au bonheur.

Publicité

Autres suggestions

Le blogue de David Desjardins

Alors, c’est fini ou pas, ce Tour de France?

Je ne vois pas vraiment comment on pourrait demander mieux. Quel Tour splendide! Nous sommes au second et dernier jour de repos et nous n’avons eu à ...
David Desjardins 15-07-2024
Le blogue de David Desjardins

Tour de France : la méthode champenoise

Anthony Turgis semblait complètement incrédule après avoir passé le premier la ligne d’arrivée à Troyes. À ses côtés, Pidcock, Gee et consorts ...
David Desjardins 08-07-2024
Le blogue de David Desjardins

L’empereur Romain, le roi Biniam, le preux Kevin et le chevalier Tadej

Wô, quel début de Tour quand même. L’an dernier, les premières étapes au Pays Basque étaient à couper le souffle. Cette année, l’introduction ...
David Desjardins 03-07-2024