Publicité
Le blogue de David Desjardins

Cinémathèque cycliste : Tu dors Nicole

22-02-2023

© Extrait du film Tu dors Nicole

Il y a plusieurs excellents films sur les légendes du cyclisme. Mais il existe aussi quelques perles du cinéma où le vélo occupe une place de choix sans nécessairement en être le sujet central. Pour le mois de février, j’ai décidé de vous en proposer trois. Le deuxième : Tu dors Nicole. Le premier film de Stéphane Lafleur n’est pas du tout à propos du vélo. La bicyclette y tient pourtant un rôle important. Celui de symbole.


À lire aussi : Cinémathèque cycliste – Coureur


Si vous n’avez jamais vu ce très beau et contemplatif long métrage qui met en vedette Julianne Côté, Catherine Saint-Laurent et Marc-André Grondin, l’histoire se résume assez simplement.

C’est l’été. Les parents de Nicole sont partis en voyage et elle s’occupe de la maison en leur absence. Avec son amie Véronique, elle perfectionne l’art de perdre son temps en attendant que la vie adulte ne la rattrape. C’est un récit sur la mélancolie qu’accompagne ce passage dans l’existence, sur la perte des repères, la volatilité des amours, des amitiés. Sur le sens de la vie dans une banlieue où tout confine à l’absurde.

Mais voilà, dans ce décor à mi-chemin entre ruralité et suburbanité, les plus beaux moments de Nicole sont ceux où elle traverse le décor sur son vélo. Lafleur filme superbement ces instants de flottement, de vitesse modérée, laissant deviner le vent chaud de l’été qui caresse la peau des bras, des épaules et des jambes, fait voler les cheveux et sécher la sueur sur les visages. À vélo, Nicole sourit. À pied, elle se languit.

Rouler, c’est la liberté

Ici, le vélo joue un double rôle. Il symbolise l’enfance, le jeu, la simplicité. Les déplacements sont autant d’occasions de flâner, de se perdre dans ses pensées et de faire des rencontres.

D’un autre point de vue, il représente aussi la liberté. Si, comme moi, vous avez grandi en banlieue, vous savez que le vélo est un véhicule libérateur qui permet de quitter sa rue pour franchir des distances importantes par ses propres moyens. Donc sans nos parents.

Ces deux symboles se croisent et, s’ils rappellent à Nicole son statut de jeune adulte qui ne souhaite pas trop sortir de l’enfance pour intégrer le monde du travail, du couple et autres diktats sociaux, le vélo devient en quelque sorte un objet de résistance, d’évasion dans l’espace physique et social.

Les mélomanes connaissent le travail musical de Stéphane Lafleur, leader du groupe Avec pas d’casque. Ses films partagent le même caractère surréel, absurde et en même temps traversé de fulgurances poétiques qui placent ces œuvres dans une classe à part. Le cinéaste et musicien cultive un art de la lenteur, une vision de biais sur le monde, ni d’en bas ni d’en haut, le genre de vue que l’on a en tire avec un traveling de caméra, ou en selle sur un vélo.

Tu dors Nicole est présentement disponible sur Amazon Prime.

Publicité

Autres suggestions

Le blogue de David Desjardins

L’amour des Strade Bianche

Les routes blanches (ou strade bianche) sont encore plus belles lorsqu’on y est. Surtout à l’automne, quand le vert des arbres et des moissons ...
David Desjardins 28-02-2024
Le blogue de David Desjardins

Objectifs 2024 : aventure et formation continue

Je poursuis ici ma liste d’intentions pour l’année. Après vous avoir parlé de voyage et de mécanique, je vous explique pourquoi je souhaite être ...
David Desjardins 19-02-2024
Le blogue de David Desjardins

Laurent Gervais : de retour chez les pros

Après un hiatus de quelques années, Laurent Gervais revient chez les professionnels, porté par le vent de dos de la gloire locale. Ça faisait plaisir ...
David Desjardins 15-02-2024