Publicité
Actualités

Mes héros

13-06-2019
Jonathan b roy chili

📸: Jonathan B. Roy / Le bon monde

Ibersonz Lord a fui son Venezuela natal sur son vélo – un vieux clou. Sur son porte-bagages de bric et de broc, il a fixé quelques sacs dont l’empilade monte quasiment jusqu’à la hauteur de ses épaules quand il pédale. Jonathan B. Roy l’a rencontré dans la descente du col de Los Libertadores, à la frontière du Chili. Comme trois millions de ses concitoyens, Ibersonz a quitté le Venezuela pour ne pas mourir de faim. Lui l’a fait à vélo, dans l’idée de rejoindre l’Argentine. Depuis, il pédale: Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Chili et Argentine, c’est-à-dire 10040 km parcourus. Il n’a pas encore oublié les militaires qui sont venus le chercher après qu’il se soit exprimé sur les frasques dépensières du président Maduro. Cycliste dans sa jeunesse, il a trouvé dans le vélo à la fois la clé de sa survie et celle de sa liberté. Notre voyageur à vélo Jonathan B. Roy a fait un bout de chemin en sa compagnie.

Publicité

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Logica Sport Cycling Team (@logicasportcyclingteam) le

Rendez-vous à 17h30 à Lachine. Les filles de Logica Sport Cycling Team ont, en ce qui concerne leurs maillots, troqué le mauve fuchsia de l’année dernière pour du bleu étincelle. Voilà qui reflète parfaitement le dynamisme de cette équipe. Étudiantes ou travailleuses, ses membres ont toutes un agenda de ministre – c’est ce qu’impose le fait d’ajouter à leur vie quotidienne leur implication dans le vélo. Les mardis, comme tous les autres jours de course, elles se précipitent afin d’ arriver à temps pour le coup de pistolet de 18 h. Johanna Baumgartner, mue par une vive curiosité, les a suivies dans les paddocks des courses, mais aussi dans leur quotidien professionnel. Pas facile, la conciliation travail-vélo! Vélo Mag en profite pour lever son chapeau à tous ceux qui réussissent cet exploit, ainsi qu’aux organisateurs qui font du Québec une fourmilière de rencontres cyclistes en tous genres.

S’il y en a un dont le crayon exsude la chose cycliste, c’est bien Alexis Cartier. Sur un vélo de montagne puis sur un vélo de route, il a fait jaillir des étincelles au cours de quelques belles courses dans des pelotons relevés. Également agile avec son crayon, il a dessiné à l’intention de Maghalie Rochette le maillot CXFever.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maghalie Rochette (@maghroch) le


À la fois flyé et beau, celui-ci n’a laissé personne indifférent. Depuis le début de la saison, Alexis illustre avec brio les chroniques mécanique de Félix Côté. Je dois vous avouer que toute l’équipe de Vélo Mag s’est attachée au personnage récurrent, sorte de Zébulon cordial plein d’humour à qui il manque cependant un petit nom; si vous avez des idées, ne vous privez pas d’émettre des suggestions. Nous le baptiserons officiellement dans une prochaine édition.


Tombé dans l’oeil

Vélo Mag était présent lors de l’ouverture à Montréal de On prend Larue, en même temps un lieu d’exposition de produits de vélo et un café. Nous avons particulièrement remarqué le travail de deux fabricants italiens.

Collection de vêtements Giara, de Sportful

Nous avons là la confirmation que les Italiens n’ont pas attendu les mots gravel bike pour sillonner leurs strade bianche. La gamme de vêtements Giara (maillots, cuissards et tutti quanti) se décline en couleurs qu’on a envie d’emporter dans le bois. En prime : une grande qualité de fabrication ainsi que des coupes et tissus confortables. Parallèlement, la collection Supergiara, pour hommes, propose des coupes plus ajustées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sportful (@sportful) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 3T Bike (@3tbike) le

Vélo Strada Due, de 3T

Un seul regret: nous avons roulé ce vélo trop tôt dans la saison pour vraiment goûter son plein potentiel. Le Strada porte la signature de Gérard Vroomen, fondateur de Cervélo, qui tente à nouveau de concilier aérodynamisme et confort. Le pari est réussi grâce à la possibilité du cadre d’accueillir des pneus plus larges (jusqu’à 30 mm) en plus des points de confort habituels. Ah oui, freins à disque et Sram Force eTap AXS complètent le tableau. On aime !

Publicité