Publicité
Entraînement

Baisse la tête, t’auras l’air d’un coureur

20-07-2020
aero is everything

Coureur en pleine séance d’essais dans le laboratoire L-TIPS de l’UQTR.Photo: L-TIPS

Aller plus vite sur deux roues n’exige pas nécessairement d’être en meilleure forme physique. Parfois, une simple optimisation de son aérodynamisme suffit.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Charles-Étienne Chrétien (@charlesetiennechretien) le

Publicité

Avec son physique de type chevau-léger, Charles-Étienne Chrétien n’a pas du tout le profil d’un spécialiste du contre-la-montre. L’Amossois de 19 ans, qui s’aligne avec l’équipe continentale Interpro Cycling Academy, n’a pourtant pas à rougir de ses plus récentes performances lors de l’effort solitaire. L’année dernière, à son premier Tour de Beauce, il a terminé à 1 min 59 s du vainqueur de l’épreuve chronométrée de 19,4 km, un exploit qui lui a ouvert les portes du top 20 du classement général. Quelques jours plus tard, aux Championnats cana diens sur route, il s’est classé 7e au contre-la-montre des moins de 23 ans, long de 37,2 km.

Un palmarès honnête, disait-on, que le jeune homme doit en bonne partie à un changement de position sur son vélo de contre-la-montre. L’exercice d’optimisation lui a permis de gagner jusqu’à trois secondes par kilomètre dans des conditions idéales, et ce, sans pousser un seul watt supplémentaire. Faites le calcul: sur une épreuve de 30 bornes, c’est un gain net de 1min30s. Une éternité! «Nous avons abaissé ma tête, rapproché mes bras l’un de l’autre et modifié quelque peu l’inclinaison de la selle. Mis ensemble, ces petits détails ont significativement amélioré mon aérodynamisme», raconte celui qui venait de compléter le Tour de Langkawi, en Malaisie, lorsque Vélo Mag l’a contacté.

Même le plus occasionnel des rouleurs le sait: la résistance de l’air représente LA principale force à maîtriser lorsqu’on pédale sur le plat. On évalue que de 80 à 90% de l’énergie déployée – donc de la puissance – sert à la vaincre. Or, tous les cyclistes ne surmontent pas aussi efficacement cette résistance; la surface frontale du champion du monde en titre du chrono Rohan Dennis est certainement moindre que celle du commun des mortels sur vélo hybride. Dans le jargon scientifique, on l’apprécie à l’aide du coefficient de traînée aérodynamique, ou CdA. Chez les meilleurs, le CdA se chiffre autour de 0,200 en position contre-la-montre et de 0,300 sur une machine de route.

La chasse aux secondes

«Si la grimpe est un concours de watts par kilogramme, le plat en est un de watts par CdA. C’est la variable clé pour réaliser des gains de vitesse considérables», explique Frédéric Domingue, professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières et cofondateur du Laboratoire d’innovations et technologies pour le sport et la performance humaine (L-TIPS). De nombreux athlètes de haut calibre, dont CharlesÉtienne Chrétien, mais également Hugo Houle, défilent entre les murs du L-TIPS afin d’arriver à grappiller quelques secondes. Chaque fois, la démarche commence par une analyse en profondeur des résultats antérieurs. Le but: estimer un CdA initial et identifier les limitants de la performance.

C’est alors que le fun, le vrai, débute, sous la forme d’un bilan musculaire complet du cycliste. Ischiojambiers tendus, bas de dos récalcitrant, muscles des hanches raccourcis: autant de limitations fonctionnelles ayant un impact certain sur le positionnement à l’effort, l’étape suivante. À ce chapitre, rien n’est laissé au hasard, souligne Claude Lajoie, l’autre tête dirigeante du L-TIPS. «Nous recourons à de nombreux instruments qui permettent de quantifier ce que nous faisons. C’est la seule manière d’éliminer la subjectivité, qui est courante dans ce genre d’exercice», dit-il. Caméras au laser, pédales de force et électromyographie ne mentent pas, contrairement au bon vieux fil à plomb…

Même si chaque cycliste est un cas unique, des tendances émergent. Ainsi, les selles exagérément avancées constituent « un classique », et les manivelles trop longues sont «courantes», tout comme les têtes coiffées du « mauvais» casque qui pognent dans le vent. «Une fois la position du cycliste optimisée, nous pouvons l’apprécier et la peaufiner en soufflerie virtuelle. Le recours à ce logiciel 3D nous permet de sauter l’étape de la validation dans une vraie soufflerie, qui est coûteuse», indique Frédéric Domingue. Il ne reste plus à l’athlète qu’à se familiariser avec ses nouvelles marques, et voilà, le tour est joué !


3 conseils pour optimiser son aérodynamisme à la maison

Travailler sur sa charpente

Ventre relâché, dos rond, coudes barrés, mains crispées, nuque cassée: tel est le portrait type de l’amateur de vélo sur sa monture. Ne lui demandez pas de maintenir une position «aéro», il en est incapable! Mouliner nécessite plus que de la force et de l’endurance musculaire; il faut aussi de la mobilité autour des articulations du bassin, une bonne flexibilité du haut du corps et des abdominaux de feu. «C’est un principe de chaîne: un maillon faible quelque part affecte tout le reste», affirme Claude Lajoie. La solution: du yoga et des exercices de renforcement sur une base régulière.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pro Cyclist, Training & Wisdom (@adamroberge) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gophrette Power | On Run Crew (@gophobservation) le

Compact, regroupé, étroit

Plusieurs facteurs, dont la forme et la texture, ont un impact sur le CdA (coefficient de trainée aérodynamique) d’un cycliste. Le plus important est cependant sa taille, qu’on peut assimiler à la surface exposée au vent, ou zone frontale. La diminuer, même un tant soit peu, est synonyme de gains certains en aérodynamisme. Concrètement, cela veut dire être le plus compact et regroupé possible sur son vélo. On baisse la tête, on rentre les épaules et on réduit la distance entre les bras. Règle générale, plus c’est étroit, mieux c’est, quitte à éprouver de la difficulté à maintenir un regard fixe sur la route qui défile. Sans blague.

Pédaler en position aérodynamique

Pénétrer dans le vent comme un couteau dans du beurre, c’est bien beau, mais encore faut-il être en mesure de soutenir cette position inconfortable pendant de longues minutes, voire plusieurs heures. Pour les aider dans cette tâche ardue, les athlètes qui visitent le L-TIPS ont accès au logiciel Bioracer Aero. Celui-ci leur fournit, à l’aide d’une simple webcaméra, une précieuse rétroaction sur leur surface frontale à l’entraînement. À la fin de la séance, un rapport leur indique s’ils ont conservé la position 33%, 50% ou 100% du temps.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Michael Woods (@rusty_woods) le

Publicité