Publicité
Pratico-pratique

Les roues – Le nerf de la guerre!

04-07-2020
enve SES_5.6

ROUES ENVE Fabriquées en Utah, celles vendues au Canada sont montées à Québec. En prime, une généreuse garantie de cinq ans qui couvre tout.

C’est la question que vous vous posez saison après saison: «Quelle est LA nouvelle pièce d’équipement qui améliorera mon vélo de manière significative?» Qu’on se le dise: l’élément qui atteint le ratio plaisir/gain de performance le plus élevé demeure l’achat d’une bonne paire de roues. Comme il n’est pas toujours facile de s’y retrouver tant l’offre est généreuse, Vélo Mag propose de vous guider à l’aide de quelques caractéristiques clés.

Publicité

Le duo roue-pneu

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Stan’s NoTubes (@stansnotubes) le

Standard, à boyau ou sans chambre à air? De kessé ? Débutons par le plus simple et le plus répandu de la gang: le système standard (clincher, en anglais), c’est-à-dire roue à pneu et chambre à air séparés. Il est aisé à installer et surtout à réparer sur la route. Une panoplie d’options existe, à un poids variant de 200 à 300 g par pneu, en outre de la chambre à air. Le gros inconvénient de ce duo en ce qui a trait à la performance réside dans la friction entre la chambre à air et l’intérieur du pneu.

L’ensemble roue et boyau (tubular, en anglais) est moins connu, bien qu’il soit pourtant fort utilisé en compétition, car plus léger et laissant davantage de marge de manœuvre en matière de pression. Il s’agit d’une chambre à air qui est cousue à même le pneu. Le boyau est collé à une jante spécifiquement conçue à cet effet. Ses avantages comparatifs: sa souplesse et son très faible poids. Certains boyaux ultra-légers pèsent à peine 150 g! Le désagrément principal, c’est l’installation et le remplacement sur la route. Rares sont ceux qui traînent un boyau de rechange et de la colle pendant leur ride du dimanche!

Quant au petit dernier, l’ensemble roue et pneu sans chambre à air (ou tubeless), il est une combinaison des deux précédentes options, la souplesse du boyau étant alliée à la simplicité du pneu standard. Au départ utilisé en vélo de montagne, son emploi s’est popularisé car on pouvait réduire la pression sans crainte de pincer la chambre à air, accroissant la traction sans risque de crevaison. Le principe reste le même sur la route, pour laquelle la plupart des manufacturiers commercialisent des pneumatiques capables de rouler à plus faible pression sans que cela augmente la résistance au roulement.

Le volume du pneu

ENVE_gravel MG 525 G disc

Avec le gravel bike, les roues doivent pouvoir accueillir des pneus plus larges.

Depuis que le fabricant états-unien Hed a lancé des jantes larges, les autres constructeurs ont emboîté le pas tant les avantages sont nombreux. Jusqu’à tout récemment, la largeur interne des jantes était de 15 mm et aujourd’hui, la plupart des fabricants proposent 21 mm. Pourquoi?

Cette base élargie contribue à l’augmentation du volume du pneu. Cet espace supplémentaire permet d’abaisser la pression requise tout en facilitant l’absorption des imperfections du bitume par la carcasse du pneu. Plutôt que de rebondir, le pneu encaisse les défauts de la route. Au final, la résistance au roulement est moindre, et le confort en selle supérieur.

Autre fait à noter: la forme du pneu a changé, passant du C au U, améliorant au passage l’aérodynamisme de l’ensemble et agrandissant la surface de contact, qui favorise une meilleure adhérence en virage. Le pneu de 23 mm de large a donc laissé sa place au 25 mm. Fini le temps où on croyait que grand volume rimait avec résistance au roulement élevé. Il s’avère plutôt qu’élargir légèrement les pneus (de 2 mm) diminue la résistance au roulement en outre d’assurer sur la route un confort bien apprécié.

Cependant, avant de vous acheter un ensemble roues-pneus plus larges, vérifiez qu’il est compatible avec votre cadre, moins récent.

CINQ CRITÈRES À PRENDRE EN COMPTE

1. Le budget dont on dispose.

2. Le type de relief principalement parcouru (plat, vallonné ou montagneux).

3. Le poids du pilote.

4. Le type de pneumatique désiré (standard, boyaux ou tubeless).

5. Le type de frein qu’on possède (sur jante ou disque).

La compatibilité des roues et du système de freinage

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Zipp Speed Weaponry (@zippspeed) le

Le choix des roues sera facile: il dépendra du système de freinage de votre monture. Même si le freinage à disque est relativement récent sur le marché du vélo de route, les fabricants de roues se sont adaptés et proposent des options intéressantes.

Qu’on aime ou pas, vos jantes souffriront moins d’un freinage à disque que d’un freinage traditionnel. Le système de freinage à disque s’accompagne de plus en plus souvent d’axes traversants aux roues. Il est essentiel de savoir que la largeur de votre fourche avant est de 100 mm, et celle de votre triangle arrière de 142 mm. Le diamètre des axes est variable, mais au moment d’écrire ces lignes, la norme du marché est de 12 mm. Assurez-vous que les axes traversants des roues désirées sont compatibles avec votre monture.

Le profil (ou hauteur de jante)

lightweight wheels

L’objectif du grimpeur: alléger ses roues au maximum.

Cette mesure détermine la vocation de la roue, la hauteur de son profil étant proportionnelle à ses visées en matière d’aérodynamisme. En revanche, une roue au profil haut aura tendance à se laisser davantage perturber par un vent latéral.

L’aluminium et le carbone

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fulcrum Wheels (@fulcrum_wheels) le

La jante en aluminium, légère, peu profilée et très rigide, accommode la plupart des gabarits et offre un excellent rapport qualité-prix quand on pense à remplacer ses roues. Le carbone, plus léger encore, autorise des profils aérodynamiques plus accentués. À surveiller: le freinage sur jante de carbone demande un ajustement fin (et des patins spécifiques), et certains manufacturiers de roue imposent des limitations de poids au cycliste. Il existe des roues combinant ingénieusement les deux matériaux, dont la surface de freinage est généralement en aluminium.

L’importance du moyeu

Les moyeux jouent un rôle discret mais important. De bons roulements scellés contribueront à la fluidité de la rotation tout en étant préservés de la contamination extérieure. Une manière d’abaisser les coûts est de substituer les moyeux d’équipementiers renommés (on pense à DT Swiss, Chris King, Tune, White Industries) par des roulements de moindre qualité. Si vous optez pour des roulements de céramique, vous devrez au contraire délier les cordons de votre bourse.

Publicité