Publicité
Pratico-pratique

Portrait d’un vélo de gravelle en 6 points

15-03-2020
gravel bike 3t exploro

Photo: François-Léo Fortin

Voici 6 caractéristiques principales d’un vélo de gravelle!

Publicité

Une géométrie repensée

Enfant illégitime d’un vélo de cyclocross et d’un vélo de montagne, le vélo de gravelle présente des bases allongées et un poste de direction rehaussé de façon à ce que vous soyez à la fois stable sur les terrains accidentés et confortable sur de longues distances.

Des pneus plus volumineux

À l’achat de votre nouveau vélo, vérifiez que celui-ci puisse accueillir des pneus allant au moins jusqu’à 40 mm pour des roues de 700c et jusqu’à 50 mm pour des roues de 650b. Choisissez-les de préférence en version tubeless pour mieux jouer avec la pression.

Plus de points de fixation

Les fabricants prévoient maintenant des œillets à des endroits insoupçonnés. Il y a les classiques pour les bidons, mais on en trouve aussi sur la fourche, sous le tube diagonal, sur le tube horizontal et même quelquefois sur les haubans… Ils facilitent la fixation des systèmes de transport des bagages en plus des sacs flexibles et imperméables qu’on peut placer à différents endroits : sur le tube supérieur pour la pochette accueillant cellulaire et barres d’énergie, sous la selle, sous le tube supérieur et même à votre guidon.

Des freins à disque

Mécaniques ou hydrauliques, selon votre budget. Ils sont plus efficaces, quelles que soient les conditions météorologiques.

Des axes traversants

Ils rendent les roues plus rigides et centrent efficacement les disques de frein.

Victime de la mode… ou pas

Les cyclistes de gravelle, c’est du monde « pas trop fan des balades en Lycra », dixit le chic fabricant britannique Rapha. Heureusement, on trouve des t-shirt à la fois beaux, techniques et moins ajustés que les maillots habituels. À marier au besoin avec une veste sans manches et une microveste en duvet qu’on compactera dans le sac de selle. Pour le bas, le code recommande des bibs avec poches ou des shorts ajustés à porter par-dessus un cuissard sous-vêtement. La laine mérinos revient en force des pieds à la tête, et ça, on adore.

Les bas se portent à mi-mollet (oui, oui !) et ne craignent pas les couleurs vives à assortir avec votre guidoline. Pour le reste, les teintes sont intemporelles : du bourgogne, du gris anthracite, du noir, du kaki, du bleu profond avec quelques touches d’orangé. pour se fondre dans le feuillage et garder une allure tendance au café après la sortie.

Vous l’aurez compris, chacun pourra quand même rester fidèle à sa clique d’origine, à laquelle il pourra emprunter ce qu’elle fait de mieux. Les souliers de montagne ou de cyclocross, la chemise à carreaux, le short baggy, tout ça passe le test.

Publicité