Publicité
Pratico-pratique

Une petite goutte d’huile avec ça ?

07-10-2020
Lubrification vélo

Illustration: Alexis Cartier

Pour réussir une bonne vinaigrette, il faut à la fois les bons ingrédients et la bonne quantité. La lubrification de votre vélo demandera la même précision.

Publicité

1- Dois-je lubrifier la chaîne de mon vélo neuf?

Les chaînes de vélos neufs, tout comme les chaînes vendues à la pièce, sont enrobées d’une cire protectrice qu’il vaut mieux enlever avant la première utilisation. C’est seulement après l’avoir nettoyée à l’aide d’un dégraisseur que vous pourrez lubrifier la chaîne de votre nouvelle monture. (C’est aussi vrai si vous remplacez simplement votre chaîne.) Si vous faites affaire avec un commerçant un tant soit peu attentionné, cette opération de dégraissage et de lubrification devrait déjà avoir été réalisée lorsque vous prendrez possession de votre nouveau joujou.

2- Est-il vraiment nécessaire de lubrifier ma chaîne avant chaque sortie ?

L’idéal n’est pas de lubrifier votre chaîne avant votre sortie, mais plutôt une fois votre sortie terminée. Cela permettra à l’huile de s’infiltrer au maximum dans les maillons de la chaîne avant votre prochaine séance de pédalage. Aussi, il n’est pas nécessaire de dégraisser celle-ci chaque fois que vous la lubrifiez. À l’aide d’un chiffon, il suffit d’ôter l’excédent de saleté avant de déposer des gouttes d’huile. Par contre, après quelques sorties, lorsque la saleté s’accumulera, il sera judicieux de dégraisser chaîne, cassette et plateaux avec le dégraisseur approprié.

3- Huile sèche, huile grasse ou huile d’olive ? De l’huile, c’est de l’huile, non?

Eh non. Réservez votre huile végétale pour vous concocter une bonne vinaigrette, puisque sur votre chaîne, elle séchera rapidement et décollera dans le temps de le dire. En mécanique, seule une huile synthétique optimisera le bon fonctionnement de la chaîne et de la plupart des autres pièces articulées qui composent votre monture. L’huile sèche est à privilégier lorsque les conditions sont sèches, alors que, lorsque la pluie, la boue ou même le givre se mettent de la partie, l’huile grasse sera une alliée de choix.

4- Un produit contenant du téflon ou des particules de céramique, est-ce un luxe inutile ?

Le téflon est un composé chimique qui a la propriété intéressante de résister davantage aux éléments tels que la pluie et le froid. Les dollars dépensés en valent certainement la peine. Pour ce qui est des lubrifiants à base de céramique, certains éléments qui les composent créent une couche protectrice de céramique sur votre chaîne et réduisent encore plus le frottement de cette dernière. Notre avis: pour peu que vous soyez investi dans la pratique du vélo, les quelques pièces de 25 sous supplémentaires que coûte une huile «haute performance» seront profitables.

Lubrification vélo

Illustration: Alexis Cartier

5- L’utilisation de WD-40 pour empêcher ma chaîne de faire « couic », est-ce bon ou pas?

Le WD-40 étant avant tout une marque, il convient d’abord de regarder l’usage spécifique de chacun des produits associés à cette marque. WD-40 propose maintenant plusieurs produits conçus précisément pour l’entretien du vélo, dont des dégraisseurs, des huiles et même du nettoyant. Donc, pour cette raison, c’est bon. Quant à la classique bouteille bleu et jaune qu’on retrouve dans toutes les quincailleries, sa fonction première est d’enlever l’humidité, et non de lubrifier. Ce produit est donc à proscrire pour l’entretien de votre vélo!

6- Est-il réellement pertinent de salir mon dérailleur avec quelques gouttes d’huile ?

À l’occasion, oui. Le fait de déposer une petite goutte d’huile sur les points articulés de votre dérailleur améliorera sa souplesse et prolongera sa durée de vie. Et si vous avez le goût de vous amuser un peu, vous pourriez démonter l’ensemble de votre dérailleur (même les galets) afin de bien le nettoyer, puis de le remonter après avoir remis un filet de graisse là où ça tourne.

7- Qu’en est-il de mes freins ?

Vous êtes équipé de freins mécaniques? Là aussi, une goutte d’huile déposée de temps en temps sur les parties articulées préservera l’efficacité du système. Une autre goutte sur le pivot du frein en améliorera l’efficacité, alors qu’une goutte sur le pivot du levier améliorera le retour de votre manette. Toutefois, si vous êtes doté d’un système hydraulique, n’y mettez pas d’huile. Ce serait inutile, puisque l’huile qui se trouve dans les gaines n’est pas soumise aux mêmes contraintes mécaniques. Enfin, si votre monture est parée de freins à disque, n’allez surtout pas échapper de l’huile sur les disques, car cela en réduirait dangereusement le rendement.

8- Mes changements de vitesse sont de plus en plus difficiles. Dois-je changer mes câbles et mes gaines, ou est-ce une simple question de lubrification?

Le fait de lubrifier légèrement vos câbles et les embouts de vos gaines optimisera le glissement des câbles et protégera l’intérieur des gaines de l’humidité. Toutefois, cette mesure sert davantage à prévenir qu’à guérir. Si vous avez l’impression que les os de vos doigts fléchissent à chaque changement de vitesse, il vaut probablement mieux remplacer l’intégralité de vos câbles et de vos gaines. (Au minimum une fois par année si vous êtes un cycliste le moindrement sérieux.)

9- Lorsque la suspension arrière de mon vélo de montagne s’enfonce, parfois ça fait « couic », parfois ça fait « crac ». Devrais-je suspecter un problème de graissage ?

Sur un vélo de montagne, il est important de nettoyer régulièrement l’extérieur des pivots afin d’éviter que la saleté ne s’y incruste. Privilégiez l’usage d’une guenille et d’un jet d’air plutôt que d’envoyer directement un jet d’eau (comme celui d’un boyau d’arrosage) sur vos roulements. L’eau a tendance à s’infiltrer puis à diluer la graisse tout en favorisant la corrosion. Si vous suivez ce conseil, vous ne devriez pas avoir à démonter puis à graisser les roulements du cadre, du moins jusqu’à leur fin de vie utile. Sinon, peut-être que le bruit suspect provient de votre suspension. Il sera important d’en faire l’entretien complet au moins une fois par année, ce qui impliquera d’y remplacer les fluides.

10- J’ai voulu me procurer un pot de graisse, mais il y a tellement de produits différents sur les tablettes que je ne savais pas lequel choisir. Existe-t-il une graisse bonne à tout faire ?

Il vaut mieux utiliser des produits qui ont été conçus pour un usage spécifique. Il existe différentes graisses, qui peuvent remplir quatre principales fonctions sur le vélo. Premièrement, elles fluidifient les roulements des parties rotatives, tels votre jeu de direction, les moyeux de vos roues, votre pédalier, etc. Deuxièmement, elles servent à imperméabiliser ces parties. Troisièmement, elles agissent comme un antigrippant et limitent la corrosion, notamment sur les filets de vos pédales et au niveau de la tige de selle, empêchant ces parties de «fusionner» à votre vélo. (À noter que certaines graisses sont conçues pour les pièces de carbone.) Et, quatrièmement, certaines graisses servent à maintenir en place les pièces de serrage, comme les vis de la potence. Il sera donc judicieux de choisir le bon produit.

Publicité