Publicité
Reportage

Québec Singletrack Expérience – À chacun son raid

05-07-2020
àQuébec Singletrack Experience MTB 5

Photo: Québec Singletrack Experience

La journée débute à peine et il règne une exaltante fébrilité au cœur de Saint-Raymond, dans Portneuf.

àQuébec Singletrack Experience MTB 2

Photo: Québec Singletrack Experience

Publicité

Des haut-parleurs déversent une musique suffisamment vivifiante pour aiguillonner les moins motivés du lot tandis que nous attendons l’appel des coureurs. Certains en se faisant prendre en photo sous l’arche de départ. D’autres en tergiversant à propos de la pression de leurs pneus. Le temps est bon, le ciel est bleu, voilà une superbe première étape qui s’annonce pour la Québec Singletrack Expérience.

La scène se répétera sous d’autres cieux pendant une semaine: Vallée Bras-du-Nord secteurs Saint-Raymond et Shannahan, Mont-Sainte-Anne, Empire 47, Lac-Beauport, Sentiers du Moulin.

àQuébec Singletrack Experience MTB

Photo: Québec Singletrack Experience

C’est l’idée derrière cet événement, unique en son genre: profiter de l’extraordinaire concentration de sentiers dans la CapitaleNationale afin que, chaque jour, la course se déplace dans un rayon d’un maximum d’une heure d’un unique camp de base situé au centre-ville, adossé aux plaines d’Abraham.

«Quand je suis allé faire le Singletrack 6 et le BC Bike Race, raconte l’organisateur de l’événement, François Calletta, ce qui m’avait le plus fatigué, c’était la logistique: tous les matins, on remballe ses choses, tous les soirs, on remonte le camp.»

Problème réglé. Et coûts ainsi réduits de moitié en comparaison des propositions analogues dans l’Ouest. Suffisait que notre Gilles Morneau national lui fasse la démonstration de la qualité de l’offre en sentiers pour que l’organisateur du très couru Pentathlon des neiges mette son talent au service du vélo de montagne local.

àQuébec Singletrack Experience MTB 6

Photo: Québec Singletrack Experience

La course en avant, la rando derrière

Première observation: on retrouve ici le même type de faune qu’au départ des imposantes épreuves de raids. Des hommes et des femmes en forme, mais pas uniquement des athlètes non plus. À l’avant, quelques élites se disputent l’étape ou le classement général en ahanant comme des bêtes, cependant la majorité du groupe est ici pour jouer dehors. «C’est le genre de vibe que j’aime», confie Sébastien Rousseau. Même s’il s’est escrimé toute la semaine avec les meneurs (il a terminé 3e au cumulatif) et qu’il rentrait chez lui, sur la Rive-Sud, après chaque étape, celui qui est plus habitué à la course sur route parmi les élites a raffolé de cette convivialité. «En outre, j’ai vraiment raffiné ma technique en montagne. Je n’en faisais pas vraiment, je ne connaissais pas les sentiers. Donc pour moi, même en venant d’ici, ça a été une aventure.»

Sébastien Rousseau s’était imaginé un cauchemar mécanique. Rien n’en fut – avec un peu d’aide d’une météo clémente. Il faut dire que les parcours bien entretenus et les vélos nettement plus tolérants qu’autrefois participent à la simplicité de ce volet technique.

àQuébec Singletrack Experience MTB 1

Photo: Québec Singletrack Experience

«Ce que j’aime, ajoute Sébastien Rousseau, c’est que chacun décide de son défi. Quelqu’un veut aller vite? Ça va être plus dur, mais c’est son affaire.» François Calletta renchérit: «La plupart des gens viennent pour faire une belle randonnée, vivre une expérience sur plusieurs jours en forêt, et puis prendre le temps de connaître les autres participants, de fraterniser.»

àQuébec Singletrack Experience MTB 4

Photo: Québec Singletrack Experience

Peu importe votre niveau, vous en ressortirez diverti, ravi par la qualité du terrain, et grandi comme cycliste de montagne. «J’étais allé là pour me changer les idées et bousculer mes habitudes de course. J’ai été servi, conclut Sébastien Rousseau. Et ça m’a tellement mis en confiance, cette immersion, que j’ai décidé de participer aux Championnats du monde des maîtres la semaine suivante.»

Quelques conseils

Écoutez bien les consignes avant chaque étape.

Surtout, assurez-vous d’avoir tout le matériel requis en main. La sécurité des coureurs est primordiale, certains dispositifs de sécurité, comme le sifflet, sont obligatoires, et on vous demandera de les exhiber au départ.

Ouvrez bien les yeux.

Comme l’événement change de place tous les jours, la piste n’est pas balisée aussi explicitement que dans les raids. Gardez l’œil ouvert afin de ne pas rater les indications.

Pour le choix de monture, un vélo de trail ou de cross-country est recommandé.

Il y a bien quelques sauts optionnels ici et là, mais pas besoin de gros débattement. Prenez le même vélo que pour un raid et vos longues sorties.

Il vous faut avoir un minimum de forme si vous voulez en profiter.

Prises individuellement, les étapes ne sont pas trop longues; or après quelques jours, l’usure peut s’installer, et les bobos apparaître. Il est toutefois inutile de faire trois mésocycles structurés d’entraînement par intervalles avant de prendre le départ.

Publicité