Publicité
Hors-Québec

Trucs pour voyager heureux

29-06-2020
Jo nord de Longzhan (Chine)

Au nord de Longzhan, en Chine

Sur trois continents en autant d’années sur la route, j’ai assurément fait ma part d’erreurs et d’apprentissages. J’ai surtout compris que le voyage à vélo – qu’il soit d’une semaine ou de plusieurs années – est franchement plus aisé qu’on l’imagine. Morceaux choisis.

Publicité

SE PRÉPARER

Saviez-vous qu’on n’est pas autorisé à entrer par n’importe quel poste frontalier dans un pays? Eh bien, pas moi! C’est ainsi que je me suis fait renvoyer vers la Slovénie à mon arrivée en Croatie, la douane en question étant réservée aux résidents européens. Ce genre d’erreur est facilement évitable si on se prépare un peu.

Les visas, les lieux intéressants à visiter, les types de route, l’importance du dénivelé, tout ça est pertinent à étudier avant de se lancer dans l’aventure. Cela dit, plus long est le voyage, moins la préparation est primordiale, puisqu’on a davantage de temps pour se revirer sur un dix lipas.

Il faut se préparer à toutes les situations lorsqu’on affronte les routes du Tadjikistan.

CONNAÎTRE SES OBJECTIFS

Chacun a ses raisons de partir à vélo: l’entraînement, la visite de vignobles, la découverte d’une nouvelle culture… De ces raisons émanent des règles qu’on s’impose soimême. Dans mon tour du monde, mon objectif personnel est de rencontrer des gens, pas de pédaler chaque kilomètre. Il m’est donc arrivé de me déplacer en train, par exemple pour passer du Kazakhstan à l’Ouzbékistan, afin de franchir une vaste région désertique. J’ai été comblé, puisque l’ancien train soviétique était bondé de monde prêt à me faire la jasette!

NE JAMAIS SE STRESSER AVEC LA VITESSE…

… sauf si votre objectif est de pousser la machine sans arrêt! Prendre votre temps vous autorise à apprécier le paysage, les odeurs, la végétation différente. Cela permet d’écouter le vent dans les feuilles, les gazouillis des oiseaux. De remarquer le kiosque à crème glacée, et de s’y arrêter. Et pourquoi ne pas faire une sieste dans l’herbe tout de suite après?

Une de mes plus belles siestes a eu lieu en Bosnie-Herzégovine, dans une petite ville de carte postale toute de pierres bâtie. Je m’étais arrêté sur un banc en bois près d’un vieux pont qui enjambait une rivière blanche d’écume. Après avoir mangé mon casse-croûte improvisé fait de pain, de charcuteries et de fromages, je me suis assoupi sous le bruit de la cascade en contrebas. Je ne me suis réveillé que quelques heures plus tard, tout mon équipement encore pêle-mêle autour de moi. J’ai repris ma route, toujours sans horaire à respecter.

Outre les siestes, je vous suggère de commencer votre voyage progressivement, histoire de vous remettre du transport en avion et d’habituer vos fesses à ces longues heures en selle. Planifiez au moins un ou deux jours de repos ou de visites par semaine.

EMPORTER LE MOINS POSSIBLE

C’est bien beau, de ne pas se stresser avec la vitesse, cependant avancer aisément est tout de même agréable. L’important en matière de bagages n’est pas d’avoir tous les vêtements, mais plutôt ceux qui sont adaptés au climat du lieu visité. Comme en ski de fond, le multicouche est de mise, par souci de minimiser le volume. Une idée est de dresser une liste des objets transportés et de la peaufiner de voyage en voyage, retirant au fur et à mesure ce dont on se sert peu ou pas.

J’avais pour ma part emporté mes cuissards, qu’à la maison je revêtais systématiquement lors de mes sorties en vélo de route ou de montagne. J’ai toutefois rapidement constaté qu’il était compliqué de les laver régulièrement et de les faire sécher convenablement. En outre, vu la position relevée que j’adopte sur mon vélo de cyclotourisme ainsi que ma large selle, je n’en avais pas réellement besoin. Je les ai postés chez moi, évitant probablement en même temps les regards qu’on m’aurait sans doute lancés dans des pays moins habitués à ce vêtement si ajusté. Je roule donc depuis habillé de shorts de course.

TROUVER LE BON PARTENAIRE

Il y a des avantages à bourlinguer seul, comme je le fais la majorité du temps, mais également à deux ou plus. Or trouver le bon partenaire de cyclotourisme est presque plus difficile que de trouver un conjoint de vie! En effet, la compagnie oblige à commencer sa journée en même temps, à parcourir le même kilométrage environ à la même vitesse, à s’arrêter aux mêmes endroits, à attacher le même intérêt (ou pas) à la photographie, à disposer d’un budget semblable… N’hésitez pas à discuter de ces questions avant le départ.

En vue d’adoucir les petites différences de vitesse ou d’intérêts, vous n’êtes pas non plus contraints de rouler constamment l’un à côté de l’autre. J’ai rencontré l’Allemand Freddy au Tadjikistan, avant que nos routes ne se croisent à nouveau en Birmanie puis en Argentine et au Chili.

Ma méthode préférée, que ce soit avec Freddy ou avec d’autres, est de rouler seul, puis nous nous attendons l’un l’autre pour manger, visiter ou prendre des pauses. J’écris «nous nous attendons», mais en fait, c’était toujours moi qui étais derrière l’Allemand à pédaler lentement et à tout photographier! Un truc: si vous voulez savoir si d’autres cyclistes voyagent dans votre secteur, consultez le site wearetouring.org.

EMPORTER UN OBJET INUTILE

Je sais, ça semble complètement en contradiction avec la rubrique précédente. Mais il faut toujours bien se faire plaisir! Par exemple en trimballant une chaise pliante, un hamac, un haut-parleur Bluetooth…

En ce qui me concerne, je ne transporte presque pas de vêtements, presque rien pour la santé, pas d’oreiller… mais un drone que j’utilise avec joie quasi quotidiennement. Cependant, n’oubliez pas: UN objet, pas une liste. Et s’il vous plaît, ne faites pas non plus comme ces deux Coréens que j’ai croisés en Bulgarie, chacun emportant une chaise en bois dans leurs bagages! Ils disaient s’en servir entre autres comme poteaux de tente…

Ombre d'autobus (Argentine)

Coup de blues dans la pampa, Argentine

SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

On voyage pour manger des curiosités, s’essayer dans une langue inconnue, avoir du plaisir, pour chanter fort en roulant à la campagne, se débarrasser de la poussière sur son corps en sautant dans une rivière froide au milieu d’une chaude journée. On a raté ma coupe de cheveux à d’innombrables reprises de l’Ouzbékistan au Chili, j’ai avalé des crapauds au Cambodge, des larves en Birmanie, des rats au Laos, du poulet cru au Japon. J’ai dormi dans une station de police, dans un monastère bouddhiste, dans une maison abandonnée en Bosnie-Herzégovine… Et je n’ai jamais eu autant de plaisir.

EMBRASSER LES MOINS BONNES JOURNÉES

Connaissez-vous le fun 1 et le fun 2? La première catégorie est lorsque tout va bien: beau soleil, vent de dos, café latté en après-midi. La seconde est quand il se met à grêler, qu’un pneu éclate et que le chemin d’asphalte se transforme soudain en longue montée de gravelle.

Devinez duquel des deux fun on se souvient davantage par la suite?! Ce n’est pas pour rien que je raconte bien plus souvent l’histoire de ma traversée du désert kazakh – où j’ai dû combattre mon intense soif en buvant du lait de chameau fermenté – plutôt que celle de la Corée du Sud sur une belle et soyeuse piste cyclable. Néanmoins, le meilleur voyage est une sage combinaison de ces moments parfaits et d’anecdotes impossibles.

PARLER AUX HABITANTS DU PAYS VISITÉ

Bien qu’on immortalise en photos de magnifiques couchers de soleil, de majestueuses montagnes et d’impressionnantes architectures, les souvenirs les plus durables demeurent ces rencontres uniques au voyage à vélo. Hors des lieux touristiques, les gens n’ont rien à vendre et sont d’ordinaire vraiment intéressés à en apprendre davantage sur ceux qui se déplacent munis de sacoches. Et à se raconter. Une de mes règles est d’ailleurs d’accepter (pratiquement) toutes les invitations! J’ai même développé une technique presque infaillible pour me faire offrir un lit ou un repas. Si quelqu’un m’aborde en fin de journée, il finira invariablement par me demander où je dors. Je réponds alors : «La plupart du temps dans ma tente, mais chez de gentilles personnes lorsque celles-ci m’invitent…» Je laisse planer la fin de la phrase en esquissant un sourire, osant parfois un clin d’œil!

Cette technique est surtout utile en Europe. Dans les pays musulmans, au contraire, les invitations sont quotidiennes et les cadeaux sous forme de nourriture, nombreux. Je me souviens de cet homme peu fortuné qui m’avait si généreusement accueilli chez lui au milieu des montagnes du Tadjikistan. Ses enfants se chamaillaient gentiment pour savoir qui m’aiderait à monter ma tente. La maison familiale étant trop petite pour que je puisse y entrer tout en respectant l’intimité des femmes, les hommes sont sortis à l’extérieur pour m’offrir et partager un pique-nique. Nous avons ainsi mangé assis sur une grande nappe multicolore posée sur l’herbe, à deux pas d’un ruisseau.

Famille à Gölyaka (Turquie)

En compagnie d’une famille à Gölyaka, en Turquie

DES MOTS ET DES SOLUTIONS


 

ARGENT

Bien sûr, on peut sortir de l’argent d’avance. Ou payer partout par carte lorsque le pays est suffisamment développé. Or le réseau des guichets automatiques est maintenant si étendu que j’attends généralement d’être dans un pays pour retirer de la devise locale. J’emporte donc une carte de crédit Visa et une MasterCard, ainsi qu’une carte de débit; ces options me permettent de faire face à un guichet sélectif. Je maintiens un solde positif sur mes cartes de crédit afin d’éviter de payer des intérêts (énormes) sur des avances de fonds.

AVION

Quand il s’agit d’embarquer sa bécane dans un avion, une boîte rigide ou de carton, un grand sac en plastique tout simple ou un emballage d’aéroport peuvent faire l’affaire. Je choisis généralement la boîte de carton, disponible le plus souvent gratuitement dans les boutiques de vélo, ou bien l’emballage d’aéroport lorsque j’y pédale directement. L’avantage du carton est qu’il est possible d’y ajouter des pièces d’équipement, comme la tente, le sac de couchage ou des vêtements ; nul besoin de l’entreposer une fois à destination, ce qui facilite le fait de repartir d’un aéroport différent. Dans tous les cas, il importe de vérifier les poids maximums et les tarifs pour équipement sportif. Ces derniers varient de 50 à 250$ selon la compagnie aérienne. Il est judicieux de bien se renseigner avant.

COMMUNICATION

La barrière de la langue est de moins en moins un problème grâce à la technologie. Au-delà du langage des signes et des quelques mots qu’on apprend en chemin, diverses applications téléphoniques, dont Google Traduction, permettent de télécharger préalablement des langues et d’écrire des termes à traduire. En les combinant à une carte SIM, il est même possible de parler (ou de faire parler quelqu’un) dans le téléphone et d’obtenir une traduction instantanée, habituellement juste. Dans tous les cas, l’expression une image vaut mille mots est valable. J’ai dans mon téléphone un dossier qui inclut des photos des membres de ma famille, des paysages d’où je viens, et de mon voyage.

CONTACT

C’est en sortant du Canada qu’on réalise à quel point nous payons beaucoup trop cher nos services cellulaires. Dans la majorité des pays du monde, une carte temporaire comportant amplement de données pour un mois coûte entre 2 et 15$, et l’achat est assez facile même sans parler la langue locale. Dans les pays où le wifi est omniprésent et efficace, je n’utilise que ce dernier. Je me sers des applications WhatsApp, Messenger de Facebook, Facetime ou Skype pour texter ou appeler au pays. Assurezvous que votre téléphone est déverrouillé avant le départ afin de pouvoir y insérer une carte SIM étrangère.

ÉNERGIE

Il existe de nombreuses façons de garder son équipement électronique chargé en voyage cycliste. La meilleure option dans la grande majorité des cas demeure la simple batterie externe avec prise USB. On profite des pauses pour faire le plein d’électricité.

REPAS

Fort simple: je mange la même chose que les habitants des régions traversées. Des épiceries européennes aux bouffes de rue d’Asie du Sud-Est en passant par les petits marchés d’Asie centrale, on ne manque jamais vraiment de choix. Étrangement, une des seules fois où j’ai eu très faim a été un dimanche… en France, alors que tout était fermé! Depuis, j’emporte toujours au minimum l’équivalent d’une journée de nourriture. Dans les régions isolées, je me sers de mon poêle de camping pour cuire du riz, des pâtes ou des légumes «durs» qui se transportent bien et se conservent longtemps (patates, carottes…).

SÉCURITÉ

Probablement la question qu’on me pose à laquelle il est le plus facile de répondre. Je possède un simple petit cadenas que je n’utilise même pas chaque jour. Je n’ai moi-même été inquiété qu’à une ou deux reprises en plus de trois ans sur la route. Notre pays ne détient certainement pas le monopole de l’honnêteté, et les routes du monde sont bien plus sécuritaires que le laissent croire les chaînes de nouvelles.

Publicité