Publicité
En test

Le retour de mononcle

01-09-2019
Sac de taille velo de montagen

«Un sac banane? T’as l’air d’un mononcle avec ça!» Les sacs de taille attirent les quolibets et nourrissent les préjugés. On les associe aux années 1980, aux lunettes de soleil Vuarnet et aux espadrilles roses. Mais attention, tout comme les vélos magenta ou vert fluo, les fanny packs sont de retour en force sur les tablettes et sur les hanches des cyclistes branchés. Faisant fi des idées préconçues, Vélo Mag a fait l’essai de ces sacs tout l’été dernier et vous livre ses conclusions.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par EVOC (@evocsports) le

Publicité

Quand CamelBak a inventé le sac d’hydratation, dans les années 1990, le glas du sac banane a sonné. En vélo de montagne, le sac à dos est devenu la norme, avec ou sans réservoir d’hydratation. On l’utilise pour les longues expéditions comme pour les courtes randonnées, sans trop se poser de questions. On endure son poids sur nos épaules et la sueur qui nous coule dans le dos. On s’est fait à l’idée qu’en sautant, en freinant ou en négociant des pentes brusques, c’était normal qu’il bouge et vienne heurter le casque, à moins de l’avoir serré comme un saucisson.

Récemment, les multioutils se sont miniaturisés et de plus en plus de cyclistes les fixent au vélo, quand ils ne sont pas conçus pour s’insérer dans le pédalier ou le guidon. Pour plusieurs, les cartouches de CO2 ont remplacé la minipompe. La mode des courroies servant à fixer la chambre à air au cadre est de retour. Bref, nous avons désormais moins de choses à transporter. Le sac à dos s’avère donc parfois moins pertinent, surtout pour les courtes randonnées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par EVOC (@evocsports) le

Beaucoup d’avantages

Après avoir testé ces sacs de taille tout l’été 2018, il sera difficile de revenir au sac à dos. C’est très agréable de rouler le dos au sec et les épaules lestes. La nouvelle génération de sacs est vraiment bien conçue, offrant confort et stabilité. Le centre de gravité se trouve beaucoup plus bas, ce qui rend le pilotage plus agréable en sentiers accidentés. La manœuvre d’hydratation à l’aide du tube est la même: il suffit de saisir ce dernier sur sa hanche, prendre une gorgée et le remettre en place, ce qui est facilité par l’attache magnétique. Jamais le tube ne s’est débranché de son attache.

Les sacs d’hydratation contiennent 1,5 L ou 2 L, ce qui est suffisant pour une randonnée de moins de deux heures, à moins d’être en pleine canicule. Certains modèles permettent de transporter un ou deux bidons en plus, pour encore plus d’autonomie. L’accès au matériel à l’arrêt est plus facile avec un sac de taille qu’avec un sac à dos. Il suffit de desserrer l’attache sur le devant et de pivoter le sac sur ses hanches. Vous avez donc de meilleures chances de photographier ce chevreuil… ou de répondre au téléphone.

Sur route ou pour le navettage, le portebagages et les sacoches constituent les options les plus populaires par rapport au sac à dos. Il faut par contre avoir un vélo destiné à cet usage et accepter la pénalité du poids et de l’encombrement. Dans certaines circonstances, par exemple si vous n’avez qu’un vélo de route ou si vous aimez voyager léger sans arriver au bureau le dos trempé, le sac de taille s’avère très pratique.

Le sac banane retrouve donc ses lettres de noblesse, et si certains s’obstinent à trouver que «ça fait mononcle», en général il est perçu comme étant très cool. La preuve? Quatre grands manufacturiers proposent un modèle. Nous les avons essayés.

Publicité
Dakine Hot Laps 5L

Dakine Hot Laps 5L

❶ DAKINE HOT LAPS

5L • Réservoir Hydrapak de 2 L

• Espace de rangement de 5 L. • Léger et minimaliste. • Une poche à outils bien divisée. • Deux courroies dessous permettent d’attacher de gros articles, comme une veste. • Une seule petite poche sur la hanche, à fermeture élastique.

444 g | 86 $

❷ OSPREY SERAL

Réservoir Hydrapak de 1,5 L. • Espace de rangement de 7 L.

• Deux poches zippées sur les hanches. • Le système d’attache à la taille s’ajuste avec deux sangles sur le côté ; certaines morphologies peuvent toutefois sentir une friction sur les os de la hanche. • L’attache magnétique est placée loin sur la hanche, rendant difficile la tâche de la replacer tout en roulant.

372 g | 115$

Osprey Seral

Osprey Seral

CamelBak | Repack | LR 4

CamelBak Repack LR 4

❸ CAMELBAK REPACK LR 4

Réservoir de 1,5 L. • Espace de rangement de 2,5 L

Bien organisé et accessible. • Deux larges poches sur les hanches, l’une avec fermeture éclair, l’autre avec rabat élastique pour accéder rapidement à la collation en roulant. • Pas de sangles de compression sur les côtés comme tous les autres modèles. En serrant la taille, vous compressez le sac. • Le système d’attache du tube d’hydratation est aimanté, et tient bien en place. Mais pour le fixer, cela exige un certain doigté. • La ceinture risque d’être serrée si vous avez une forte taille. Essayez avant d’acheter.

500 g | 115$

❹ EVOC HIP PACK RACE

3L • Réservoir de 1,5 L avec système plug-and-play

Permet de détacher le tube du réservoir plein sans qu’il y ait de fuite, facilitant ainsi la manipulation lors du remplissage, du transport et de l’entreposage. • Filet permettant d’ajouter un bidon, ce qui peut augmenter votre réserve d’eau à 2,25 L. • Espace de rangement de 3 L, bien organisé et qui s’ouvre pour un accès facile. • Excellent système d’aération au dos. • Deux petites poches zippées sur les hanches. • Notre préféré en course, en raison de la facilité que nous avons eue à replacer le tube d’hydratation après usage. L’aimant amovible se fixe sur le sac ou les vêtements.

513 g | 140$ (ou 95$ sans sac d’hydratation)

Hip Pack Race | 3L

Hip Pack Race | 3L

Publicité