Publicité
En test

T-Lab R3 – Titane montréalais

18-06-2019
Tlab bikes

Le constructeur québécois Guru a déclaré faillite à la fin de 2015, après 22 ans d’existence. Tony Giannascoli, Roberto Rossi, John Anagnostopoulos, anciens collaborateurs de la défunte entreprise, se sont alliés pour démarrer Visceral Performance, qui a accouché de T-Lab en 2017. Avec comme maître d’œuvre Tony Giannascoli, pour qui la fabrication de vélos n’a pas de secret, T-Lab revalorise l’image des vélos en titane.

D’entrée de jeu, la réputation du titane n’est plus à faire. Pratiquement indestructible et à mi-chemin côté poids entre le carbone et l’acier, ce matériau noble plaît en raison de ses qualités dynamiques capables de filtrer les aléas de la chaussée. Or la confection de montures en titane n’est pas aisée, car elle elle doit s’effectuer dans des conditions anoxiques, c’est-à-dire sans oxygène – sans quoi l’efficacité de la soudure est compromise.

Aujourd’hui, nombreux sont les petits artisans du vélo d’acier ou de titane: vous n’avez qu’à visiter le North American Handmade Bike Show (NAHBS) pour le constater. Là où T-Lab semble le plus à même de tirer son épingle du jeu, cependant, c’est dans le look franchement moderne de ses vélos: le tube supérieur arbore un profil aplati et les deux autres sont surdimensionnés – le diagonal étant ovale et celui de direction mesurant 1,5 po. Si on exclut l’aspect caractéristique du titane, on se croirait en présence d’un cadre d’alu hydroformé, mais il n’en est rien. Il est fort agréable de voir un manufacturier oser sortir des sentiers battus: exit les cadres ronds et les géométries classiques, bienvenue au slopping accentué, aux freins à disque et aux évolutions du marché.

On aime

● L’esthétique moderne
du cadre
● Le choix judicieux
des composantes

On aime moins

● La guidoline lustrée
● Le poids en montée

Publicité

Une apparence soignée

Tlab r3 disc

Le R3 testé est habillé bellement: blanc sur fond rouge, et titane à la finition brossée et mate. Notez qu’il existe de multiples options de couleurs et de finitions.

Certaines sections des tubes sont aplaties et ajoutent une touche d’élégance et de modernisme. Le câblage interne renforce la signature résolument actuelle du vélo. La jonction entre la fourche et le tube de direction surdimensionné est impeccable, en plus de concourir à la rigidité de l’ensemble. Aucun doute : l’apparence de ce T-Lab se démarque de celle que revêtent traditionnellement les cadres en titane. Un bon point pour lui.

Des composantes à la hauteur

Notre version de test vient équipée d’un groupe complet Shimano Ultegra à disque hydraulique. Soulignons que le fabricant a la flexibilité d’offrir son R3 avec freins à disque ou sur jantes. C’est une excellente décision que de laisser le client choisir…

Les périphériques Ritchey donnent de la gueule à la bête, et le slopping important du cadre exhibe la tige de selle en carbone qui aide à absorber les grosses bosses. Les élégantes et noires roues Mavic Ksyrium UST meuvent cet ensemble. Les pneus Mavic Yksion 700 x 25 démontrent une bonne adhérence et une souplesse opportune. On apprécie moins la guidoline, toute de noir lustré, qui devient hautement glissante lorsque mouillée…

Un avaleur de bornes

Sur la route, le R3 s’avère rassurant et apte à engranger les kilomètres. Le triangle arrière contribue au transfert efficace de l’effort, tandis que la fourche atténue les vibrations du vélo. Au guidon, on se sent en confiance, la stabilité de la monture et son freinage y étant sans aucun doute pour quelque chose.

Le vélo a été testé sur les routes portugaises, notamment sur les voies pavées des villes; sans faire disparaître les pavés comme par miracle, le roulement cahoteux est adouci.

Ce confort en selle et sa souplesse verticale accentuent son caractère de routier sans lui enlever ses qualités dynamiques en accélération: le vélo répond aux sollicitations, et ce, sans rechigner.

Bien que le R3 soit solide et prévisible en danseuse, ses quelques grammes en excès pèsent lors d’une longue montée. À ce chapitre, la balance oscille un poil au-dessus des 8 kg. À ce poids pour un cadre de titane avec frein à disque, ce n’est pas mauvais du tout.

Ces atouts font du R3 un partenaire de voyage exceptionnel, y compris sur une chaussée inconfortable – ce qui ne l’empêchera pas de déployer de la vivacité quand vous le lui demanderez.

Made in Montréal et garanti à vie, ce T-Lab séduit par ses lignes affûtées et son comportement de vélo d’endurance. Bonheur du sur-mesure, vous le commanderez à votre convenance, particulièrement en ce qui concerne l’esthétique et les composantes. Il sera parfait pour l’amateur de vélo original qui souhaite posséder une bête en titane 2.0.

Publicité