Publicité
Pratico-pratique

Cet hiver, je m’entraîne intelligemment!

14-11-2019
smart trainer

Photo: Wahoo

Ça y est, c’est décidé: la saison prochaine sera votre meilleure à vie. Pour y arriver, il vous faudra néanmoins mettre les bouchées doubles et rouler à l’intérieur cet hiver. Investir dans un home trainer est inévitable. À votre grand dam.

Publicité

Soyez sans crainte: vous n’êtes pas seul dans votre clan. Pour plusieurs amoureux de la petite reine, l’idée de pédaler sur place des mois durant en fixant des bibelots est franchement repoussante. Presque autant, en fait, que celle d’investir des centaines de dollars dans l’outil nécessaire à cette forme subtile de torture…

Heureusement, le marché des supports d’entraînement a beaucoup évolué dans la dernière décennie. Aux poubelles les home trainers traditionnels et autres vélos stationnaires dignes de Mathusalem; il est dorénavant question de smart trainers, des bases d’entraînement «intelligentes » qui rendent convivial, voire amusant l’entraînement entre quatre murs.

L’avènement de ces appareils nouveau genre constitue une petite révolution, explique Pierre Laferrière, copropriétaire de la chaîne de magasins Sport Olympe, dans la grande région de Québec. «C’est la machine qui offre différents niveaux de résistance au pédalage, et non plus le cycliste. Ce dernier a désormais le loisir de se concentrer sur son effort, son coup de pédale ou, mieux encore, sur ses concurrents virtuels», souligne l’expert.

L’interactivité est peut-être l’aspect qui marque le plus les esprits. Grâce aux smart trainers, il est possible de pédaler simultanément avec des cyclistes des quatre coins du globe dans des environnements virtuels d’un grand réalisme. Le plus connu des logiciels de réalité virtuelle interactive est Zwift ; au-delà de 500 000 cyclistes issus de 195 pays différents « zwiftaient» en février 2018, selon la firme états-unienne.

Dans l’ombre de l’archipopulaire Zwift (qui exige un abonnement), on trouve un paquet d’autres applications, comme TrainerRoad, The Sufferfest ou Tacx Cycling. Chacune est dotée de ses particularités et subtilités, mais toutes promettent la même chose: améliorer la qualité globale de l’entraînement cycliste. «Chaque printemps, les utilisateurs de ces produits nous le disent : leur forme est meilleure, ils sentent que les heures investies à l’intérieur rapportent », constate Pierre Laferrière.

S’y retrouver

Tacx_NEO-2-Smart

Photo: Tacx

En outre d’être efficace, les smart trainers sont aussi fort simples à utiliser. Il suffit de les connecter avec une tablette, un téléphone intelligent et un ordinateur à l’aide d’une connexion Bluetooth ou ANT+, et le tour est joué. Tout ça s’apparente à du chinois ? Rassurez-vous : les fabricants fournissent généralement une marche à suivre que même le dernier des dinosaures technologiques arrivera à comprendre.

Le portrait se complique cependant passablement dès lors qu’on essaie de rendre intelligent un support d’entraînement qui ne l’est pas à la base. Bien que possible, l’exercice peut s’avérer complexe. Et le résultat final, décevant. «L’interactivité sera moindre, l’utilisateur devra le faire fonctionner manuellement et se contenter de grossières approximations de ses valeurs à l’effort», détaille le copropriétaire de Sport Olympe. Une règle de base: si votre appareil a au moins cinq ans, il est sûrement «idiot».

Qu’ils soient à résistance magnétique, hydrodynamique ou directe, tous les supports d’entraînement peuvent de nos jours être achetés en format interactif. Même certains rouleaux, comme les E-Motion Rollers d’Inside Ride, le sont, ce qui permet de se rapprocher merveilleusement près des « vraies » sensations d’effort. Notre expert a quant à lui un faible pour les systèmes à tension directe, qui offrent «une excellente sensation de roulement en plus d’être très silencieux». La résistance maximale de ces systèmes, qui dépasse parfois les 2000 W, est également impressionnante… quoiqu’un brin superflue pour l’humble amateur.

C’est donc une question de préférences, de besoins et, bien sûr, de budget qui oriente le choix de l’appareil qui conviendra. Pierre Laferrière recommande de prévoir entre 500$ et 2000$. À cette somme, il faut ajouter l’abonnement mensuel à certains services d’entraînement de même que l’achat de quelques accessoires pour rouler heureux à l’intérieur (tapis, protège-sueur, support à tablette…).

Publicité