Publicité
Actualités

Grands prix cyclistes de Montréal : La folle journée de Tony le Tigre

13-09-2022

© Jacques Sennéchael

Le Grand Prix cycliste de Montréal avait des allures de party de départ pour Antoine Duchesne. Après une carrière d’équipier modèle menée tambour battant, le coureur québécois comptait bien raccrocher son vélo après une dernière échappée.

La journée a débuté par la traditionnelle présentation des coureurs. Le Saguenéen avait déjà le sourire en échangeant malicieusement avec Louis Bertrand. L’animateur lui a bien demandé plusieurs fois si c’était bien la dernière. Antoine est resté dans le vague, pas question encore de fermer la porte.

© Jacques Sennéchael

Sur la ligne de départ, c’est le temps de papoter avec ses amis de toujours. Hugo Houle à gauche, Guillaume Boivin à droite. C’est encore le temps de raconter quelques blagues, histoire de détendre l’atmosphère.

© Jacques Sennéchael

Au milieu du 2e tour, pas question de dormir au cœur du peloton. Antoine prend la poudre d’escampette en compagnie de 5 autres coureurs. « J’ai vu qu’on allait vivre une course difficile, autant en profiter un maximum en se faisant plaisir », a-t-il expliqué après la course.

© Jacques Sennéchael

© Jacques Sennéchael

C’est exactement ce qu’il a fait pendant les 143 km de l’échappée. Caracolant avec ses cinq collègues, il a été acclamé par le public à chacun de ses passages. L’échappée a compté jusqu’à 6 minutes d’écart. À chaque tour, tenir le rythme devenait plus difficile. Antoine se faisait distancer dans Camillien Houde avant de recoller dans la descente. Il faut dire que l’équipe UAE Emirate a mis de la pression pour préparer le terrain du slovène Tadej Pagacar.

© Jacques Sennéchael

© Jacques Sennéchael

Un à un, les coureurs échappés ont explosé. Cela n’a pas empêché Antoine de terminer à la 70e place, à 13 minutes 35 secondes de Pogacar.

© Jacques Sennéchael

Avant de passer la ligne, dans le dernier virage en épingle, une clameur s’est élevée du public. Le Saguenéen ne s’est pas privé de lever les bras, son éternel sourire sur le visage.

© Jacques Sennéchael

Les caméras ont abandonné les autres coureurs pour se diriger directement vers lui. Antoine n’a pas parlé tout de suite aux journalistes, savourant l’instant. Il a ensuite parlé des frissons qu’il a eus pendant 18 tours, des acclamations du public. « Choisir sa fin et finir comme ça à la maison, c’est top », a-t-il conclu.

© Jacques Sennéchael

La journée n’était pas terminée. Son ami Guillaume Boivin qui venait de recevoir le trophée du meilleur canadien l’a appelé sur le podium pour lui donner. Ses collègues de la FDJ Groupama lui ont remis le trophée bien mérité de boute-en-train de l’équipe : « C’est quelqu’un qui met de l’ambiance dans un groupe, qui nous a permis non seulement d’être un groupe de coureurs, mais d’être des amis. Même si on était dans le doute c’était ce coureur qui mettait l’ambiance, Antoine il a fait beaucoup sur le Tour de France » a souligné David Gaudu.

© Jacques Sennéchael

À Vélo Mag, nous lui remettons la médaille du courage. Le courage d’arrêter au faîte de sa carrière à la veille de ses 31 ans. Une dernière question avant de te souhaiter bon vent pour la suite : quelle bouteille de vin as-tu ouverte à la fin de cette belle journée?

© Jacques Sennéchael

Publicité

Autres suggestions

Le blogue de David Desjardins

Objectifs 2024 : aventure et formation continue

Je poursuis ici ma liste d’intentions pour l’année. Après vous avoir parlé de voyage et de mécanique, je vous explique pourquoi je souhaite être ...
David Desjardins 19-02-2024
Le blogue de David Desjardins

Laurent Gervais : de retour chez les pros

Après un hiatus de quelques années, Laurent Gervais revient chez les professionnels, porté par le vent de dos de la gloire locale. Ça faisait plaisir ...
David Desjardins 15-02-2024
Reportage

Sans les yeux

Je dois rejoindre une poignée de cyclistes au centre Claude-Robillard, dans le nord de Montréal, pour une balade vers l’est de l’île. Ces cyclistes ...
Gabrielle Anctil 13-02-2024