Publicité
Reportage

Café et communauté cycliste à Toronto

16-05-2019
the fix toronto

Vélo et design s’allient à merveille.

Fred Sztabinski est né au Mexique mais a grandi et passé toute sa vie à Toronto. C’est dans sa ville qu’il a ouvert, il y a deux ans, le Fix coffee + bikes, un café/boutique de réparation de vélos/galerie célébrant tout en harmonie les cultures du café, du vélo et de ce qui se fait localement.

à 39 ans, Fred Sztabinski peut affirmer que la vision qu’il avait d’un café/ boutique de vélos dans un quartier torontois est devenue réalité. Celui qui a travaillé pendant près de dix ans comme planificateur de transport tout en défendant la cause cycliste explique que son rêve est né quelque part entre l’Amérique et l’Europe.

«Le Fix, c’est une inspiration venue après avoir vécu un an à Amsterdam, où s’épanouit une véritable et touchante culture du vélo et du café, dit-il. En m’immergeant dans la culture européenne, j’ai eu envie de promouvoir un mode de vie ayant l’impact le plus limité qui soit sur la planète.»

Fred Sztabinski
Publicité

Dans cette ancienne épicerie fine du quartier Little Portugal, à deux coups de pédale du populaire quartier West Queen West, le Fix est cet étroit troquet de quartier où s’unissent vélos design en présentation, café de spécialité, accessoires de vélo créés par des artisans locaux et atelier de mécanique.

Ici, on sert le café du torréfacteur torontois De Mello Palheta, du thé et des pâtisseries. Une partie de l’établissement est meublée par une rangée de superbes vélos (proposés à la vente, mais surtout là en exposition) : des Detroit Bikes, une entreprise fondée par des Canadiens, ainsi que d’autres modèles montés à la main. Tout au fond, dans l’arrière-boutique jaune, se trouve l’atelier.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fix Coffee + Bikes (@fixcoffeebikes) le

«Nous vendons quelques vélos, toutefois ce n’est pas notre but, précise Fred Sztabinski. Notre bike gallery wall change environ tous les deux mois, les diverses petites compagnies locales de vélos ou d’accessoires originaux se succédant les unes aux autres. En ce moment, c’est le Cargo Family Bike qui est en vedette, une poussette pour enfants qui se convertit en bicyclette.»

Réunir

L’été, avant et après leurs virées à vélo, les cyclistes se rejoignent sur la terrasse pour boire un café et discuter; bière et vin s’ajouteront prochainement au menu. Chaque dimanche est proposée une sortie de groupe de 30 à 40 km. Les bike storytelling nights réunissent des gens venus raconter leurs aventures ou parler de leur travail dans le monde de la petite reine. La fin de semaine, les courses cyclistes sont présentées sur grand écran. Lorsque se tient une nouvelle expo, une soirée d’ouverture est organisée. Durant la saison estivale, un gros part swap rassemble les gens ayant des pièces de bicyclette à échanger

«J’ai envie de mettre sur pied plein d’événements communautaires afin de faire rouler les gens ensemble. D’ailleurs, nous sommes maintenant prêts à offrir la location de vélos.»

Fred Sztabinski

Dépoyer

Derrière le commerce, une carte du circuit cyclable torontois – mise à jour au fur et à mesure que le circuit prend de l’ampleur – a été peinte sur le mur extérieur. «Malheureusement, il n’y a eu que quelques ajouts mineurs au cours des dernières années, indique celui qui est membre de Cycle Toronto. Il semble que la Ville ne priorise pas le vélo, depuis quelque temps… C’est très lent. Malgré cela, le nombre de cyclistes dans les rues va croissant. Je crois que cette renaissance s’est amorcée il y a cinq à dix ans.»

Selon celui qui l’an passé s’est affilié à l’organisme de charité CultureLink en vue de réparer des bicyclettes abandonnées à offrir à de nouveaux arrivants et à des étudiants du secondaire, la culture du vélo à Toronto est vibrante et plutôt mature.

«De nombreux cyclistes roulent depuis longtemps et savent ce qu’ils font. Nous aimerions voir davantage d’infrastructures dédiées à la pratique du vélo, particulièrement en été. Malgré tout, la rue adjacente au café, en direction est-ouest, est remplie de cyclistes. Je pense que cette culture pourrait se développer encore. »

fixcb.ca

Publicité