Publicité
Reportage

La crème des chantiers cyclistes québécois

26-03-2019
passerelleharlakalarge2

L’an dernier, le gouvernement du Québec a dépensé presque 10 milliards de dollars dans les infrastructures routières. Moins de 1 % est allé au vélo. Malgré tout, certains chantiers ont marqué le paysage.

Attendu depuis 20 ans, le tunnel de 30 m sous la route 132, dans le secteur du Bic, à Rimouski, a permis d’ajouter, au coût de un million de dollars, 13 km au réseau cyclable rimouskois et, surtout, de traverser la 132 dans une zone très périlleuse pour les cyclistes.

Laval innove : le boulevard Le Corbusier, entre l’avenue Albert-Duquesne (juste au nord du boulevard Saint-Martin) et le boulevard du Souvenir, se voit octroyer 1 km de voies réservées qui traversent l’infernal carrefour Le Corbusier–Saint-Martin. Le chantier de 5,6 millions de dollars mettra en place des voies centrales réservées aux autobus (14 circuits, 600 bus par jour) de même que, de chaque côté du boulevard, des pistes cyclables unidirectionnelles aménagées qui desserviront le métro. On a même prévu des sas vélo aux intersections

Sainte-Julie vient aussi de convertir plusieurs kilomètres de son réseau en axes unidirectionnels.

Boucherville a construit au bord du fleuve, pour 18,8 millions de dollars, un lien cyclable et pédestre qu’on attendait depuis des décennies. L’axe de 2,2 km comprend des passerelles sur pieux de 1,7 km, quatre belvédères ainsi que plusieurs tronçons réalisés en remblais. Il relie la promenade René-Lévesque, près du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, et le club d’aviron, à l’entrée du Vieux Boucherville.

Publicité

Harlaka

L’été dernier, Lévis inaugurait la passerelle multifonctionnelle Harlaka, qui enjambe l’autoroute 20 sur 90 m dans le secteur Pintendre. Le spectaculaire ouvrage de 3 millions de dollars, seul du genre au-dessus de l’autoroute Jean-Lesage, comporte trois arches auxquelles sont accrochées 58 suspentes qui soutiennent le tablier de bois lamellé. Il a fallu 3000 voyages de camion pour empiler les 27 500 m3 de roc nécessaires à la construction des talus d’approche. Un lien cyclable en site propre de 2 km raccorde le parcours Harlaka (24 km) et la Cycloroute de Bellechasse (74 km) au Parcours des Anses (15 km).

À Québec, élus et décideurs publics ont fait fi de la controverse entourant l’aménagement d’une bande cyclable sur la rue du Pont, entre la rivière Saint-Charles et la rue Saint-Vallier. De projet-pilote lancé en 2014, l’axe est devenu permanent l’an dernier. Les cyclistes y circulent chaque jour par milliers. Initialement réfractaires, les commerçants du secteur se sont laissé gagner par cet aménagement qui a obligé à convertir la rue en sens unique afin de permettre l’instauration de la voie cyclable.

Publicité