Publicité
Reportage

Jean Samson – L’altruiste du vélo

07-11-2019
Jean samson cyclisme quebec

Jean Samson en compagnie de sa nièce Sophianne Samson, qui est arrivée 21e aux derniers Championnats du monde à Mont-Sainte-Anne

Bâtisseur polyvalent que la rêverie ennuie, Jean Samson s’avère l’une des personnes qui suscitent le plus d’admiration dans le monde du vélo. S’il est vrai que «l’intelligence est insipide sans altruisme*», alors cet homme d’affaires sait judicieusement conjuguer les deux dans sa vie fort bien remplie.

Publicité

Vice-président chez Lussier Dale Parizeau Assurances et président fondateur de Samson Groupe Conseil (SGC), un réputé cabinet d’actuariat et d’assurances collectives, Jean Samson fait de la santé en entreprise et de l’activité physique sa mission. Pas étonnant, direz-vous, pour un individu dingue de sport et surtout de vélo, qui roule sur route autant qu’en bécane de montagne.

Mission et passion s’harmonisent ensuite à du mécénat au sein de divers organismes, dont le Défi 808 Bonneville, le Club des petits déjeuners, la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, etc. Par l’entremise de cette dernière, il offre chaque année des bourses à des jeunes, en majorité des cyclistes. SimonPierre Gauthier, ex-membre de notre élite, n’a que de bons mots à l’égard du philanthrope: «Jean bâtit des relations importantes avec nous ; il s’intéresse à notre développement comme humain et veut nous outiller pour la carrière qui nous attend après le sport.»

Karol-Ann Canuel, Alizée Brien, Pier-André Côté, Simone Boilard, Adam Roberge et Rémi Pelletier-Roy bénéficient aussi de sa magnanimité. «J’ai rencontré plusieurs personnes généreuses, mais Jean nous porte un intérêt sincère, souligne ce dernier, membre de l’équipe nationale sur piste. Il m’appelle régulièrement pour savoir comment je vais dans le sport et aussi à l’école, pour me demander si j’ai besoin d’un coup de pouce.»

Simone Boilard, médaillée de bronze à la course sur route aux Championnats du monde juniors 2018 en Autriche, renchérit: «Souvent, nous n’avons plus de contacts avec les grosses entreprises une fois la remise de bourses effectuée. Jean, lui, est un parrain très présent, qui communique avec nous. Pour tout ce qu’il m’apporte, je le compare à un cadeau du ciel.»

Un homme d’exception

Ce grand altruiste se démarque de bien des donateurs et impressionne ces athlètes en allant au-delà de la simple distribution d’aide financière. Il organise des sorties avec ceuxci, leur refile des contacts d’affaires, les invite à prononcer une conférence, assiste à certaines de leurs compétitions et va même jusqu’à en soutenir certains dans leurs ambitions professionnelles une fois leur carrière cycliste terminée.

«Ces valeurs m’ont été inculquées par l’organisme Patro Charlesbourg, qui m’a marqué au fer rouge durant ma jeunesse, explique Jean Samson. J’éprouve énormément de satisfaction à me dévouer parce que tous ces athlètes sont aussi des étudiants. Quand on marie le scolaire au sport de haut niveau, indéniablement on démontre de la détermination, de la persévérance et un sens de l’organisation… des aptitudes nécessaires pour devenir une relève de grande qualité dans la société québécoise.»

Félix Leclerc a écrit: «Pour voir fleurir mon vieux tilleul, j’en ai planté un jeune à côté. Et ça marche!» Jean Samson applique judicieusement la recette, à en juger par sa générosité et sa vitalité débordante…

Mission d’entreprise

Le sport, la santé, l’entraide, la persévérance sont dans l’ADN de la firme créée par Jean Samson. «Notre équipe épaule les compagnies quand il s’agit de prendre un virage. Vous savez, dans les entreprises, 50% des coûts de soins de santé sont reliés aux comportements et aux habitudes de vie des personnes, ce qui a un impact considérable sur les primes d’assurance collective. Dans un contexte de pénurie de personnel comme celui que nous vivons, il est essentiel pour les dirigeants de mettre en place des pratiques qui réduiront le roulement des employés et le nombre de congés de maladie.»

«Notre direction a accepté le programme de santé corporative suggéré par SGC, explique Robert Mailhot, vice-président aux ressources humaines chez Montpak International. Mais Jean-le-charismatique a poussé plus loin la démarche en m’invitant au sein de son équipe au Grand défi Pierre Lavoie. Son inspiration, les encouragements de ma conjointe et de mes enfants ainsi que le vélo m’ont fait perdre 16 kg. Ma taille de pantalon est passée de 44 à 38. Quelle fierté je ressens!»

Jean Samson, contagieux de nature, ne cache pas sa satisfaction. «Robert, sédentaire depuis 25 ans, améliore sa qualité de vie grâce au vélo. J’admire ces personnes qui ont la volonté d’effectuer un virage majeur dans la cinquantaine.»

«Jean cherche constamment à partager avec les gens le bien-être que le vélo lui apporte, confie son épouse et complice, Lise Delisle. C’est un aidant naturel, alors quand il déniche une entreprise et des individus qui adhèrent à fond [à sa passion], il flotte sur un nuage.»

«De plus en plus, je me nourris de vélo de montagne parce que je me sens davantage en sécurité. Aussi, je préfère les paysages en forêt et, physiquement, je dépense une énergie significative en peu de temps.»

Jean Samson

Le vélo, vital!

Au moment de l’entrevue, Jean Samson revenait de deux voyages, l’un en Guadeloupe, son lieu de prédilection pour des vacances sur deux roues, et l’autre en Californie. Il transpirait de bonheur et d’énergie.

«De plus en plus, je me nourris de vélo de montagne parce que je me sens davantage en sécurité, précise-t-il. Aussi, je préfère les paysages en forêt et, physiquement, je dépense une énergie significative en peu de temps.»

La première bécane qu’il a acquise? Un Steve Bauer fabriqué par Cycles Bertrand. Aujourd’hui, il s’amuse sur un Cannondale SuperSix, un Argon 18 Gallium Pro et un Santa Cruz Hightower.

«Le vélo, c’est vital dans le quotidien de Jean, ça va au-delà de la passion», clame Lise Delisle. «Ce sport me permet de garder la forme, de relever des défis, de voyager, de m’évader, de transformer des relations professionnelles en amitiés, lance sur un ton convaincant l’homme d’affaires. J’apprécie aussi la tranquillité d’esprit qu’il me procure. Mais de tous ces aspects, j’aime le vélo pour le côté social!» admet-il.

Publicité