Publicité
Reportage

LE défi des villes

01-03-2019

Ce n’est pas d’hier que des cyclistes affrontent l’hiver!

Si le désir d’insuffler un nouvel élan à la pratique du vélo pendant la saison des frimas est bien présent dans la métropole, Montréal peut toutefois se consoler en se disant qu’elle décroche une position enviable en comparaison des autres villes nord-américaines quant à l’adaptation de ses infrastructures pour le vélo d’hiver.

À Montréal, de 10 à 12% des cyclistes poursuivent leur pratique du vélo en saison de flocons, empruntant un réseau cyclable déneigé de 432 km (sur un réseau complet de 750 km), dont 50 km de véritables pistes, c’est-à-dire physiquement séparées de la circulation automobile.

Ces chiffres encourageants placent Montréal en tête de liste des villes d’Amérique du Nord adaptées à la pratique du vélo hivernal. À titre d’exemple, Calgary propose environ 400 km de réseau cyclable déneigé, tandis qu’à Ottawa, c’est 40 km de piste en site propre qu’on libère de neige au cours de la saison froide.

le point de s’améliorer dans la métropole, des hauts fonctionnaires du Service des infrastructures, de la voirie et des transports et du Bureau des transports actifs de la Ville de Montréal s’étant avancés, lors du Congrès Vélo d’hiver, concernant l’«intégration» de l’ensemble du réseau cyclable en période hivernale, et ce, dès la saison 2017-2018. Le terme intégration fait ici référence à l’ouverture quatre saisons du réseau cyclable montréalais. Mais pas forcément à son entretien, a-t-on précisé. Étrange, quand on sait que le problème du déneigement et de la sécurité – et non de la température et du froid, comme on serait porté à le penser – est ce qui retient les cyclistes charmés par l’idée de rouler en hiver de passer à l’action.

« Si les gens se sentent en sécurité, le vélo d’hiver trouvera de nouveaux adeptes, a expliqué Suzanne Lareau, PDG de Vélo Québec. À Montréal, les pistes des rues Rachel et Berri ainsi que du boulevard De Maisonneuve sont dotées d’aménagements représentant un bon début dans ce processus de démocratisation du vélo urbain d’hiver. »

Un travail collaboratif à venir entre les arrondissements et les villes concernées pourrait ajouter plus de 300 km de pistes et de bandes cyclables utilisables entre le 15 novembre et le 1er avril, période où la saison cyclable officielle prend actuellement une pause.

D’ici cette augmentation substantielle de l’achalandage quatre saisons, chaque nouvelle piste cyclable voyant le jour dans la région de Montréal sera créée dans l’optique d’être utilisable toute l’année. Une bonne nouvelle pour les cyclistes urbains qui n’ont pas l’intention de remiser leur vélo pendant la blanche saison. n

Publicité