Publicité
Reportage

Paulo Saldanha – L’homme derrière Michael Woods

12-10-2018
Paulo Saldanha

Paulo Saldanha

Athlète de haut calibre, entraîneur brillant, homme d’affaires visionnaire: Paulo Saldanha est tout ça à la fois, et même plus.

Paulo Saldanha pourrait bien être responsable de la prochaine victoire d’un Canadien sur un grand tour. Depuis 2014, le créateur et fondateur du système PowerWatts agit à titre d’entraîneur personnel pour le cycliste professionnel Michael Woods, membre de l’équipe EF Education First-Drapac. C’est grâce à leur étroite collaboration que l’Ottavien de 31 ans a connu une saison 2017 du tonnerre, au cours de laquelle il a terminé la Vuelta à la 7e place du classement général. Tout un exploit, considérant que le cycliste ne participait alors qu’au deuxième grand tour de sa courte carrière débutée… à 26 ans! En vue de catapulter Woods parmi les meilleurs de son sport, Saldanha a parié sur une approche non traditionnelle de la préparation physique. «Au lieu de lui prescrire beaucoup de volume, nous avons misé sur son bagage de coureur de fond [NDLR: Woods a établi plusieurs records nationaux avant d’accrocher ses crampons en 2007 pour cause de blessures] et opté pour un plan où l’intensité prédominait. Nous avons ainsi renversé le modèle classique de périodisation, ce à quoi Michael a très, très bien répondu», explique le cinquantenaire lorsque rejoint par Vélo Mag à Tucson, en Arizona, en décembre dernier. Coïncidence: il s’y trouvait justement parce qu’il supervisait l’entraînement de Mike.

Saldanha n’en est pas à sa première histoire à succès en tant qu’entraîneur. Il s’est notamment occupé du Montréalais Steve Rover, qui a couru comme professionnel en Europe à la fin des années 1990 avant de se retirer. «Il lui était impossible de se démarquer là-bas, se souvient-il. Il faut dire que le dopage y était alors endémique.» Désabusé, il refuse durant quelques années de prendre sous son aile d’autres poulains, préférant se consacrer au développement de son entreprise naissante. Le goût lui revient néanmoins en 2007, quand il constate une baisse des vitesses moyennes du peloton. À ses yeux, c’est clair : un nettoyage s’opère. «Aujourd’hui, je suis plus que jamais convaincu qu’un gars comme Michael Woods peut gagner des courses très relevées en étant propre», affirme-t-il.

MIchael Woods

Michael Woods

Un gros moteur

Comme c’est le cas de nombreux Québécois, la jeunesse de Paulo Saldanha est bercée par le hockey. Quoique rapide sur ses patins, le jeune homme est de trop petit gabarit pour évoluer à un haut niveau, ce qui le pousse à abandonner la discipline à 17 ans. Peu après, il entame des études à l’Université McGill en sciences de l’activité physique, un domaine qui le passionne.

Un jour, lors d’un cours pendant lequel il bavarde un peu trop, le professeur le désigne comme rat de laboratoire pour un test d’effort maximal sur tapis roulant. Vêtu d’un simple short de basket et chaussé de souliers pas vraiment adaptés à la course, il s’exécute néanmoins sous l’œil revanchard de son tortionnaire. «Dès le départ, il a lancé à la classe que je ne survivrais probablement pas plus de 12 minutes sur la machine. Le test a finalement duré au-delà de 20 minutes!» raconte-t-il. Sa consommation d’oxygène maximale (VO2max), évaluée à 72 ml·min-1 ·kg-1, confirme qu’il est naturellement doté d’un gros moteur.

Il commence sérieusement à s’entraîner au triathlon sur l’avis du professeur en question, David Montgomery, lui-même un adepte de la discipline encore naissante. Malgré des débuts pour le moins laborieux – il nageait, semble-t-il, comme une roche –, Paulo s’améliore rapidement dans les trois sports. Vers la fin des années 1980, il devient professionnel de triathlon et complète le Ironman d’Hawaï. C’était bien avant que l’épreuve mythique ne se métamorphose en une franchise globale de pas moins de 650millions de dollars américains. «J’ai été le premier Canadien à franchir la barre des 9heures. À l’époque, cela me plaçait parmi les 20meilleurs au monde», souligne-t-il.

Après plusieurs années à dominer «tout ce qu’on peut imaginer comme compétition de sports d’endurance», Paulo décide de s’attaquer à ce qui sera ultimement son Waterloo: la Race Across America (RAAM). Au cours de cette épreuve de vélo de 4800 km, les participants doivent traverser les États-Unis en moins de 12jours, ce qui les force à pédaler jusqu’à 22heures par jour. Et à se priver de sommeil. «Je voulais me frotter à une course que je ne finirais pas nécessairement. La RAAM, c’était exactement ça», lance-t-il.

départ de la 19e édition de l’épreuve à Irvine, en Californie. Durant son extraordinaire chevauchée en direction de Savannah, en Géorgie, les canicules, les blessures de selle et l’extrême fatigue le handicaperont sévèrement, au point où les muscles de son cou lâcheront à moins de 16heures de route de la ligne d’arrivée. Paulo la rallie finalement de peine et de misère (avec un morceau de duct tape sur la nuque) en 10jours, 2 heures et 42 minutes. Sa performance, qui lui vaut la 10e place (sur 17), fait de lui le premier Canadien à conclure la RAAM.

Saldanha n’en est pas à sa première histoire à succès en tant qu’entraîneur. Il s’est notamment occupé du Montréalais Steve Rover, qui a couru comme professionnel en Europe à la fin des années 1990 avant de se retirer.

Une idée… puissante

Bien qu’il ait consacré sa maîtrise en physiologie de l’exercice à sa participation à la RAAM – la lecture de son mémoire vaut d’ailleurs la peine –, Saldanha en a surtout profité pour peaufiner l’idée de ce qui deviendra PowerWatts. «L’hiver, je mettais à l’épreuve différentes formules d’entraînement par intervalles (EPI) sur CompuTrainer. On me disait que je perdais mon temps, que j’étais fou de faire des intervalles en octobre. Pourtant, je m’améliorais beaucoup», relate-t-il.

Convaincu qu’il tient là un filon, Saldanha s’investit dans la conception d’un système d’entraînement intérieur de groupe basé sur les watts et l’EPI. «Actuellement, la majorité des logiciels dans le monde ne font appel qu’à une seule valeur de puissance, le functional threshold power (FTP, ou puissance au seuil fonctionnel), pour l’ensemble des séances. Ce qui différencie PowerWatts, c’est qu’il fonde ses prescriptions sur un profil personnalisé qui répertorie les meilleures puissances pouvant être maintenues pendant certains laps de temps par l’utilisateur», analyse-t-il.

Aujourd’hui, les vélos ajustables, le logiciel maison et la philosophie d’entraînement qui composent PowerWatts font le bonheur de plus de 6000 cyclistes au Québec, au Canada et à TelAviv–Jaffa, en Israël. Même Michael Woods y recourt dans sa propre préparation physique, nous confie Paulo Saldanha. De quoi convaincre les sceptiques!

Publicité

À lire aussi

Reportage

Ces sentiers qui font rouler l’économie

Les cyclistes ont maintenant beaucoup plus de sentiers à leur disposition. Ce n’est pas pour rien: ceux-ci s’avèrent être un incontestable levier...
Gilles Morneau 19-04-2018
Reportage

Comment tomber en amour avec le vélo de montagne

Amélie Desjardins Guindon, 26 ans, et Charlotte Balthazar, 24 ans, ont toutes deux gagné un concours organisé plus tôt cette année par le...
Maxime Bilodeau 13-04-2018
Reportage

LES ÉVÉNEMENTS FATBIKE

Voici quelques dates d'événements Fatbike à ne pas manquer cet...
Gilles Morneau 02-11-2014