Publicité
Actualités

Vélo : on vous l’emballe ?

14-02-2022

© Phoenix vélo protect

Fini, les égratignures sur le vélo ! L’application d’une pellicule de protection sur la peinture est une précaution de plus en plus répandue.

« Aarrgh !!!! » C’est le cri de désespoir émis par le cycliste qui constate la première égratignure sur sa bien aimée bicyclette achetée à prix d’or. Afin de s’éviter ce stress inutile, de nombreux acheteurs de vélos neufs procèdent maintenant à l’application d’une pellicule de protection pour la peinture (PPP).

Ce mince film de polyuréthane adhésif, presque invisible, agit comme un bouclier pour éviter le décollement de la peinture causé par les impacts de pierres projetées par la roue avant. Il prévient l’usure provoquée par le frottement des câbles sur le cadre et protège des chocs qui pourraient survenir lors du transport ou de l’entreposage. Il facilite aussi le nettoyage du vélo, car la boue adhère moins à la pellicule qu’à un cadre nu.

© Bikeshield

L’application d’une telle protection était autrefois un truc réservé aux initiés, habitués à renouveler leur monture chaque année, sachant qu’ils pouvaient obtenir un meilleur prix en revendant leur vélo usagé si celui-ci ne présentait aucune égratignure. « Où puis-je me procurer de la pellicule 3M ? » était une question fréquente dans les groupes de discussion.

Avec la popularité grandissante des cadres de montagne ou de route en carbone, et la montée du vélo de garnotte, la demande pour l’ajout de protection s’est multipliée et une micro-industrie de enveloppement a vu le jour. De plus en plus de boutiques l’offrent maintenant au moment de l’achat, à la manière des vendeurs d’automobiles. De nombreux produits sont aussi offerts à ceux qui désirent « emballer » eux-mêmes leur bécane. Soyez prévenu que l’opération dure plusieurs heures, demande le démontage de quelques composants et que la lutte contre les bubulles sera ardue.


À lire aussi : Protéger la peinture de son vélo


La pellicule de protection n’est pas réservée qu’aux vélos neufs. Elle permet aussi de refaire une beauté à votre vélo qui accuse le poids des années avec ses logos défraîchis ou égratignés. L’esthétique n’a maintenant plus de limites. Il est possible de changer la couleur des logos de votre fourche, de votre cadre ou de vos roues.

Confier le travail à des spécialistes

Bikeshield et Phoenix vélo protect
Ces deux compagnies offrent un service clé en main en matière de protection et même de décoration. Elles se partagent le territoire, la première dans la grande région de Montréal et la seconde à Québec. Le forfait Ultimate (route ou montagne, à partir de 395 $) inclut l’installation, dans leurs locaux, d’une pellicule protectrice qui couvre 95 % du vélo, fourche incluse. Le forfait Best of (215 $) offre une protection sur 65 % de la surface. Le travail est impeccable et assorti d’une garantie. Le ramassage se fait dans votre boutique préférée.

Publicité

Autres suggestions

Le blogue de David Desjardins

L’amour des Strade Bianche

Les routes blanches (ou strade bianche) sont encore plus belles lorsqu’on y est. Surtout à l’automne, quand le vert des arbres et des moissons ...
David Desjardins 28-02-2024
Le blogue de David Desjardins

Objectifs 2024 : aventure et formation continue

Je poursuis ici ma liste d’intentions pour l’année. Après vous avoir parlé de voyage et de mécanique, je vous explique pourquoi je souhaite être ...
David Desjardins 19-02-2024
Le blogue de David Desjardins

Laurent Gervais : de retour chez les pros

Après un hiatus de quelques années, Laurent Gervais revient chez les professionnels, porté par le vent de dos de la gloire locale. Ça faisait plaisir ...
David Desjardins 15-02-2024