Publicité
Entraînement

S’entraîner tôt le matin

08-06-2016

Que vous ayez ou non l’habitude de vous entraîner à l’heure où le voisinage dort encore, vous pouvez vous demander si cela est avantageux. Voyons cela de plus près.

S’entraîner dès le lever présente au moins des avantages logistiques. Aux petites heures, vous n’êtes pas encore affecté par les imprévus familiaux, scolaires ou professionnels qui pourraient vous priver du temps ou de la motivation dont vous avez besoin pour bien vous entraîner. Il n’est donc pas surprenant que des recherches indiquent qu’il est plus facile d’être assidu si on s’entraîne tôt en journée.

Chose certaine, bouger le matin, même brièvement, c’est mieux que de ne rien faire du tout.

Une idée circule dans le milieu de la mise en forme : s’entraîner à jeun le matin favoriserait la perte de graisse. Est-ce vrai ? Oui et non. Il est vrai qu’on « brûle » plus de graisse (et moins de glucides) à jeun qu’après un repas. Cependant, à jeun, on a moins d’énergie.

On a donc tendance à pédaler moins intensément. Voilà qui n’est pas très bon pour créer un déficit énergétique ou améliorer l’aptitude aérobie. De toute manière, pendant les heures qui suivent une séance où vous avez « brûlé » surtout de la graisse, votre métabolisme énergétique compense en « brûlant » moins de graisse et davantage de glucides (sucre). En fin de compte, peu importe que vous ayez surtout « brûlé » de la graisse ou des glucides pendant la séance, c’est la différence entre l’énergie dépensée et l’énergie obtenue par l’alimentation qui fait que vous maigrissez ou non.

D’ailleurs, jusqu’à 24 heures après un exercice physique, le métabolisme de repos (quantité d’énergie qu’on dépense en ne faisant aucun exercice) est plus élevé si l’exercice a été effectué après avoir mangé plutôt qu’à jeun, ce qui révèle que plus de graisse aura globalement été « brûlée ». Des recherches confirment que les sujets en surpoids qui s’entraînent à jeun maigrissent moins que ceux qui s’entraînent après un repas. L’entraînement à jeun n’est donc pas indiqué pour les gens qui surveillent leur poids.

S’il est vrai que s’entraîner à jeun le matin donne un coup de pouce à l’endurance en améliorant l’aptitude à métaboliser la graisse, on ne le recommande pas. Pourquoi ? Parce que cet effet bénéfique est peu marqué et, surtout, parce que l’amélioration de l’aptitude cardiorespiratoire passe bien davantage par une intensification des séances… ce qui est bien plus facile quand on a préalablement ingéré des aliments qui fournissent de l’énergie.

En réalité, l’entraînement matinal (avant ou après le déjeuner) présente plusieurs avantages vraiment intéressants. De plus en plus de cyclistes découvrent les vertus des séances de yoga du matin : idéal pour se débarrasser des raideurs articulaires matinales et se redonner la souplesse et le tonus favorisant une bonne posture et un doux effet de relaxation.

Quelle que soit l’activité pratiquée, votre séance matinale (surtout si elle est effectuée à l’extérieur) active promptement votre système nerveux : vous êtes plus performant sur les plans physique et mental. Et le soir venu, vous vous endormirez plus facilement.

L’entraînement matinal à l’extérieur peut être ardu s’il fait froid. Mais son principal inconvénient est qu’il impose souvent de faire un compromis sur le nombre d’heures de sommeil. On sait maintenant qu’une nuit écourtée s’accompagne de changements des niveaux sanguins des hormones leptine et ghréline qui favorisent l’accumulation de graisse. Sans compter que la fatigue due à la privation de sommeil et à un entraînement matinal intensif risque, à la longue, d’en décourager plus d’un. L’idéal est évidemment de se coucher suffisamment tôt la veille d’un entraînement matinal.

Autre inconvénient : le corps est moins performant le matin que le reste de la journée. Il est donc plus difficile de pédaler à une intensité donnée le matin que, par exemple, en fin d’après-midi, moment où nos cycles biologiques journaliers atteignent le point le plus favorable à la performance physique. Notons cependant qu’une brève séance matinale à intensité modérée permet d’avancer le moment de la journée où on est plus performant. D’où l’intérêt de bouger au moins un peu au lever si on veut être « au top » avant la fin de l’après-midi.

Globalement, l’entraînement tôt le matin présente plus d’avantages que d’inconvénients. Pour mieux en profiter, portez une attention particulière à votre sommeil, à votre déjeuner et à votre confort thermique.
 

Truc du doc Tibo
Assiduité matinale
Afin de demeurer assidu aux séances d’entraînement matinales, il faut les préparer dès la veille et se donner des objectifs raisonnables, tant du point de vue de l’intensité que de la durée des séances. Utilisez un réveille-matin agréable près du lit, et un autre plus agressant placé plus loin. Au réveil, évitez de vous poser la question si vous avez envie ou non de vous entraîner. La satisfaction ressentie dès les premières minutes d’exercice physique et le sentiment d’accomplissement qui suit la séance seront vos récompenses ! Aussi, histoire d’avoir de l’énergie pour travailler en intensité, ne vous privez pas de prendre une petite collation avant d’amorcer la séance. Un yogourt avec quelques fruits décongelés peut très bien faire l’affaire.

 

Publicité