Publicité
Santé

L’apnée du sommeil

26-11-2018

Le sommeil est essentiel à la récupération, au bon fonctionnement des différents systèmes: régulation hormonale, réparation des tissus, etc. À l’inverse, un manque de sommeil est associé à des conséquences physiques importantes: augmentation du risque de maladies cardiovasculaires, d’obésité et d’infections. Plus d’un tiers de la population souffre d’un trouble du sommeil quelconque. De ce nombre, certains individus peinent toutefois à goûter un sommeil réparateur. Coup d’œil sur l’apnée du sommeil.

L’apnée du sommeil est définie par des arrêts respiratoires nocturnes causant des microréveils afin de reprendre la respiration et d’assurer un niveau d’oxygénation adéquat. Ces microréveils durent quelques secondes et s’effectuent pour la plupart de façon inconsciente chez l’individu atteint, ayant cependant comme conséquence un sommeil de piètre qualité en raison des nombreuses interruptions.

Selon des données de l’Agence de la santé publique au Canada, plus de 858 000 Canadiens auraient reçu un diagnostic d’apnée du sommeil. La prévalence augmente avec l’âge: trois Canadiens sur quatre aux prises avec l’apnée du sommeil seraient âgés de 45 ans ou plus, et majoritairement de sexe masculin.

Il existe trois formes d’apnée du sommeil. La plus courante (84% des cas) est appelée apnée obstructive. Elle se caractérise par une obstruction mécanique des voies supérieures, du nez ou de la gorge altérant le passage de l’air vers les poumons. Elle peut être attribuable à un relâchement trop important des muscles pendant le sommeil, à la forme des structures nasales, du cou ou de la gorge, ou à une inflammation temporaire des amygdales.

Apnee sommeil

Les symptômes et les facteurs de risque

Le ronflement est possiblement un symptôme d’apnée du sommeil. Néanmoins, un individu qui ronfle n’est pas nécessairement atteint d’apnée du sommeil et, inversement, une personne pourrait souffrir d’apnée sans faire entendre de ronflements.

Outre la présence possible de ronflement, les principaux symptômes sont: le besoin de dormir de façon excessive pendant le jour, la fatigue, des maux de tête et une prise de poids inexpliquée. Un surplus de poids figure parmi les causes les plus importantes de l’apnée du sommeil, en plus d’être une conséquence. En effet, un manque de sommeil est associé à des dérèglements de certaines hormones, notamment celles régulant les niveaux d’appétit et de la prise alimentaire.

 

 

 

 

L’apnée du sommeil et la pratique cycliste

L’apnée du sommeil et l’activité physique entretiennent une relation bidirectionnelle. Bouger régulièrement aiderait à atténuer la sévérité des symptômes d’apnée du sommeil. Même si la prescription exacte n’est pas déterminée, des activités cardiovasculaires à intensité moyenne, telle qu’une sortie à vélo en endurance, pourraient faire partie du traitement d’apnée du sommeil. Cependant, l’individu qui souffre d’apnée du sommeil non traitée constatera une diminution de son tonus musculaire et de son énergie. La charge d’entraînement se doit donc d’être ajustée à la baisse jusqu’à résorption des symptômes, allant généralement de quelques semaines à quelques mois après le début du traitement (voir le cas de Maxime).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Michael Woods (@rusty_woods) le

Le cas de Maxime Maxime, 35 ans, coureur cycliste sur le circuit Coupe du Québec en vélo de montagne.

Coureur de bon niveau, il obtient des résultats satisfaisants dans la catégorie senior expert. Malgré son excellente hygiène de vie, il perd progressivement en vitalité, en plus de prendre du poids de façon assez importante, passant de 70 à 100 kg en l’espace de quelques mois. Il n’est plus la même personne sur le plan physique ni non plus sur celui de la personnalité : non seulement il est irritable et continuellement fatigué, mais il montre des signes inquiétants, comme des pertes de conscience fréquentes pendant la nuit (chutes de tension) et des dérèglements hormonaux (thyroïde instable). Après 10 ans d’investigations et de diagnostics différentiels, un ami médecin l’amène à être évalué pour l’apnée du sommeil. Quelques jours plus tard, il amorce le traitement, et après quelques mois, il a perdu un poids considérable et retrouvé son niveau de forme.

En cas de doute, consultez!

En présence des symptômes mentionnés, il est recommandé de consulter son médecin, qui procédera à l’évaluation des différentes variables du sommeil et, de façon plus spécifique, identifiera s’il y a des pauses respiratoires pendant la nuit de même que, le cas échéant, leur fréquence et leur durée. Si un diagnostic d’apnée du sommeil s’avère, le traitement peut débuter immédiatement, à l’aide d’un dispositif de ventilation en pression positive continue (PPC) comportant un masque – surtout connu sous son acronyme anglais CPAP (continuous positive airway pressure) – qui fournit de l’oxygène pendant la nuit. La période d’adaptation dure généralement quelques semaines, et les résultats se font sentir rapidement.

De la même façon qu’un carnet d’entraînement, un journal du sommeil aidera à établir une routine profitable ou à observer une tendance, dans ce cas-ci favorisant un sommeil de qualité. Adoptez une grille dans laquelle vous noterez chaque jour de la semaine les informations suivantes: heures de coucher et de réveil, heures passées au lit, quantités de caféine et de liquide ingérées, activités en soirée, qualité du sommeil, etc. Cela vous servira à cibler une stratégie gagnante individualisée associée à une bonne nuit de sommeil.

Le truc de Joanie
Publicité

À lire aussi

Santé

Testostérone, cyclisme et vieillissement

Dans le dernier numéro, nous avons abordé la physiologie hormonale au féminin. Messieurs, voici votre tour venu ! Dans cet article, on jase...
Joanie Caron 13-06-2016
Le blogue de David Desjardins, Santé

Privé d’identité

Blessé, loin du vélo, la liste des choses dont je suis privé est longue. Et je me rends compte qu'il y a de grands bouts de moi qui pédalent dans les...
David Desjardins 14-09-2015
Santé

Soigner les blessures de guerre

Parfois, au contact du bitume à haute vitesse, le cycliste «y laisse sa peau». Guide de premiers...
Joanie Caron 22-08-2015