Publicité
Santé

Les pieds, c’est la base!

28-10-2018
Pieds et entrainement

De plus en plus populaires, les semelles de chaussures adaptées attirent l’attention en cyclisme. Plusieurs spécialistes les recommandent ou, encore, les considèrent comme une partie intégrante optimisant la performance cycliste. Sachant que la propulsion est exercée essentiellement via le pied en contact avec la pédale, elles méritent qu’on leur porte une attention particulière. Or, s’agit-il d’un gadget ou d’une nécessité?

Comme en course à pied, le transfert de puissance à vélo s’opère par le pied qui, en contact avec la pédale tout au long du cycle, constitue un des principaux appuis. Le cycliste effectue le transfert uniquement sur la partie avant du pied, alors que de façon générale le coureur déploie son pied du talon vers les orteils, avec certaines variations selon sa morphologie, son style et son allure de croisière. La biomécanique en course à pied est complexe. Il existe une panoplie d’orthèses allant de la chaussure légère minimaliste aux orthèses plus costaudes, de même qu’une profusion d’écoles de pensée parmi les coureurs. En est-il de même en ce qui concerne les cyclistes ?

Divers produits se vendent sur le marché, de la simple semelle aux orthèses prescrites par un spécialiste

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Stuart Clapp (@stuartjclapp) le

Des compagnies telles que Giro ou Specialized fabriquent des semelles intérieures d’entrée de gamme comportant des supports de voûte plantaire d’épaisseurs variées. Ces semelles sont destinées à un pied standard, sans être spécifiques à un pied en particulier, pour un coût se situant entre 30$ et 50$.

Viennent ensuite les semelles thermoformables qui, sous l’effet de la chaleur, se moulent sur les formes spécifiques du pied. Les avantages suggérés sont notamment une stabilité accrue du pied dans la chaussure, une uniformité de la pression, et une amélioration de la gestuelle sur le vélo.

thermoformage : certaines technologies nécessitent un équipement spécialisé, alors que d’autres, plus accessibles, permettent au consommateur d’effectuer lui-même l’opération dans un simple four. Une fois la semelle coupée à la bonne taille (s’assurer que celle-ci correspond à la grandeur exacte de la chaussure), on la met au four selon les instructions fournies. Puis on fait une sortie à vélo, histoire de terminer l’ajustement; la semelle, d’une épaisseur moyenne de 3 mm, épouserait ainsi les subtilités du pied, pour un confort et une efficacité améliorée.

Les prix des semelles thermoformables varient entre 50$ et 350$, en fonction des matériaux et de la technologie employés.

Les trucs de Joanie

PIEDS ÉCHAUFFÉS

Rien n’est pire que la sensation de pieds qui brûlent survenant en cours de sortie cycliste. Selon le podiatre Greg Laakmann, c’est le motif de consultation le plus fréquent chez les cyclistes. Cette sensation serait causée par une compression nerveuse attribuable à la pression répétitive. Dr Laakmann suggère, avant de consulter, de tester les solutions suivantes: reculer les cales vers l’arrière du pied, agrandir l’espace dans l’avant-pied de la chaussure (au besoin, opter pour des chaussures plus larges), et augmenter l’absorption à l’intérieur de la chaussure.

Selon Steve Vocelle, spécialiste en positionnement, la semelle adaptée est un outil complémentaire. L’approche à pré – coniser est à son avis globale et passe par le réglage de la selle, le type de selle utilisé ainsi que le positionnement des cales. On évalue ensuite s’il y a un bénéfice à intégrer une semelle, personnalisée ou non. De façon générale, un pied à la cambrure prononcée pourrait tirer avantage de semelles spécialisées prévenant l’affaissement et la compression excessive des structures à l’avant-pied. Les situations complexes ou présentant un alignement déficient par rapport à l’axe hanche-genou exigent de travailler en collaboration avec d’autres spécialistes de la santé tels que physiothérapeutes, ostéopathes ou podiatres. Des orthèses plantaires prescrites peuvent alors se révéler bénéfiques, même si elles occasionnent une dépense de quelques centaines de dollars.

L’insertion d’une semelle, aussi coûteuse et performante soit cette dernière, ne corrigera jamais définitivement un problème ni ne palliera des muscles déficients. La basse saison est la période idéale pour entamer un programme de musculation en salle ciblant les principaux groupes musculaires impliqués dans l’action du pédalage, mais aussi pour tonifier les muscles stabilisateurs et pour développer la proprioception. En vue d’une optimisation du geste de pédalage, il est idéal de poursuivre le programme même en saison afin de maintenir les gains.

Bref, semelle personnnalisée ou non? Ça vaut la peine d’essayer, et les semelles thermoformables à la maison s’avèrent un juste milieu très intéressant. La démarche idéale serait de faire l’essai concomitamment au positionnement présaison sur le vélo. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble et, au besoin, d’apporter les ajustements qui s’imposent. Juste à temps pour la belle saison!

Publicité

À lire aussi

Le blogue de David Desjardins, Santé

Je roule pour… m’endurer

Je me tombe sur les nerfs, vous pouvez pas savoir à quel point. En fait, vous vous en doutez peut-être : notre société s'endure si peu qu'elle...
David Desjardins 14-06-2018
Santé

Prévenir et traiter les bobos de selle

De la simple irritation à la plaie douloureuse, les atteintes au postérieur sont gênantes. Trucs et conseils afin de prévenir et pallier ces...
Joanie Caron 09-06-2015
Santé

Au dodo sportif!

Le repos fait partie de l’entraînement. De nombreux efforts sont consacrés à l’entraînement, de même qu’à optimiser les performances....
Joanie Caron 02-05-2017