Publicité
Santé

Pédaler pour vieillir en santé

20-09-2019
santé vieillir vélo

Qu’il serait bon d’avoir une machine à arrêter le temps afin de conserver l’énergie et la fougue de la vingtaine sans avoir à se soucier des petits bobos d’usure qui surviennent avec l’âge ! Existe-t-il une fontaine de Jouvence qui fait en sorte qu’on préserve la vivacité du corps et de l’esprit? Plus spécifiquement: la pratique du cyclisme serait-elle la solution miracle pour atténuer les effets du vieillissement ?

Publicité

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les gens vivent plus vieux que jamais, et ce, partout sur la planète. On estime qu’en 2050, 2 milliards d’individus seront âgés de plus de 60 ans. En 2015, ce nombre était de 900 millions.

Le vieillissement est un ensemble de processus physiologiques et psychologiques qui mènent à des modifications de la structure et du fonctionnement de l’organisme. Ces processus résultent d’une part de la génétique, d’autre part de facteurs environnementaux, ce qui sous-entend que, en tant qu’individu, nos actions ont un certain impact.

Parmi les changements observables, notons :

• la diminution de la force et de la masse musculaire

• la modification de la composition corporelle, soit une augmentation de la masse grasse au détriment de la masse maigre (muscle), en plus d’une diminution du contenu en eau

• la diminution de la fréquence cardiaque maximale et de la contractilité du muscle cardiaque

 

• la diminution de la consommation maximale en oxygène (VO2max)

• la diminution de l’élasticité des tendons

• la diminution de la capacité de récupération.

29%

Pourcentage de la pratique du vélo chez les 65 à 74 ans en 2015. Elle était de 9% en 1995

Ces changements se produisent de façon lente et progressive, certains effets se faisant ressentir dès l’âge de 30 ans. Par exemple, on se sent moins fort, ou bien l’énergie n’est pas au niveau qu’on avait dans la vingtaine.

Rouler afin de contrer les effets du vieillissement

Le vélo recrute toujours plus d’adeptes âgés de 50 ans et plus. Au Québec, la croissance de la pratique est phénoménale chez les 65 à 74 ans: elle est passée de 9% en 1995 à 29 % en 2015. Avec l’âge, les obligations diminuent parfois, ce qui donne la chance de consacrer davantage de temps aux loisirs et de se tenir en forme. Aussi, on veut non seulement vivre plus longtemps mais mieux, et avoir la santé qu’il faut pour profiter de ces beaux jours.

Bien sûr, les changements physiologiques mentionnés affectent la performance sportive proprement dite. Cependant, bonne nouvelle, la pratique régulière du cyclisme peut concourir à minimiser les effets liés au vieillissement, entre autres en préservant la force et l’endurance musculaire. Il s’agit de la conclusion d’une étude menée auprès de 125 cyclistes hommes et femmes âgés de 55 à 79 ans pédalant au seuil minimum (entre 100 km et 24 km/h chez les hommes, et entre 60 km et 11 km/h chez les femmes).

L’étude mentionnait que les muscles des cyclistes âgés actifs présentaient beaucoup moins de signes de détérioration musculaire que ceux de leurs confrères et consœurs moins actifs. Les cyclistes âgés actifs étaient plus forts, en meilleure condition physique et plus susceptibles de demeurer en santé ; en effet, des effets positifs ont été constatés sur des marqueurs du système immunitaire.

Des effets bénéfiques ont également été observés sur la performance cardiovasculaire des individus amorçant un programme combinant séances d’entraînement par intervalles et musculation. Même si ces résultats indiquent qu’il n’est jamais trop tard pour débuter, il est recommandé de le faire à un moment où le muscle cardiaque possède encore une certaine contractilité et une bonne puissance cardiaque, afin de maximiser les bénéfices, soit idéalement avant 65 ans.

La capacité de récupérer à la suite d’un effort intense diminue-t-elle avec l’âge? Certaines études suggèrent que les muscles se réparent à un rythme bien plus lent, toutefois il n’y a pas consensus. Consommer davantage de protéines immédiatement après l’effort pourrait aider les muscles et les autres tissus à accélérer la récupération.

Un esprit sain dans un corps sain…

Outre l’aspect physiologique, la performance cognitive et le bien-être psychologique sont des éléments qu’on ne peut ignorer. La pratique régulière du vélo contribue à préserver les fonctions intellectuelles, notamment en créant de nouvelles connexions synaptiques dans le cerveau, ce qui facilite le traitement et l’analyse de l’information. Bref, ça garde l’esprit vif! Et ça améliore l’humeur, d’où l’importance de pédaler aussi souvent que possible…

S’ajoute à tous ces effets bénéfiques le fait que participer à des randonnées de groupe ou se joindre à un club favorise les rencontres d’autres adeptes, et par la même occasion la socialisation, pareillement un gage de longévité.

La formule miracle

Sachant tout cela, quelle serait la formule d’entraînement miracle sur deux roues pour conserver sa jeunesse? La fréquence – être actif un peu tous les jours – joue un rôle, de même que, et tout particulièrement, l’intensité des séances. Ainsi donc, il est conseillé d’intégrer une ou deux séances d’entraînement par intervalles à la routine hebdomadaire. On complète par un peu de musculation et des sorties de groupe (bénéfiques à la fois sur le plan social et pour l’endurance!), et on a le parfait cocktail anti-âge!

Le truc de Joanie

Un gel qui améliore les peformances?

Au Chrono du Vercors en juin dernier (NDLR: lors du Tour de France 2018), les coureurs de la formation Lotto-Soudal auraient appliqué sur leurs jambes un gel qui réduirait le frottement de l’air et, par le fait même, améliorerait les performances. Remarqué pour la première fois par l’Union cycliste internationale, le produit Topical Edge a été interdit dans les jours qui ont suivi, jusqu’à nouvel ordre – bien que ce ne soit pas le seul produit à base de gel topique qui améliorerait la performance. À défaut d’avoir des propriétés aérodynamiques, la substance allégerait la fatigue musculaire grâce à sa formule spéciale à base de bicarbonate de soude qui créerait un effet tampon sur les déchets métaboliques associés à la fatigue, permettant ainsi d’allonger la durée d’un effort. La compagnie états-unienne soutient d’ailleurs plusieurs équipes continentales et cyclistes de haut niveau.

Publicité