Publicité
Reportage

Maghalie Rochette – La misère pour le plaisir

20-11-2018
Maghalie Rochette

Maghalie Rochette aux Championnats du monde de cyclocross 2018, Valkenburg NED

Maghalie Rochette aime se donner de la misère. C’est un préalable lorsqu’on aspire à être parmi les meilleures coureuses de cyclocross et de vélo de montagne au monde. Or au-delà des résultats et de cette inclination doloriste, on découvre chez la vingtenaire une générosité et une force de caractère qui font envie.

On y a cru un moment. Au premier tour des Championnats du monde de cyclocross à Fauquemont, dans le Limbourg, aux Pays-Bas, Maghalie Rochette connaissait le départ canon qu’il lui fallait pour répéter l’exploit de l’année précédente au Luxembourg, c’est-à-dire une cinquième place – aussi emballante qu’inattendue.

Mais rapidement, la cycliste de 24 ans s’est laissée glisser, dans le classement comme sur le parcours qui, sans doute parmi les plus brutaux du genre, s’était transformé en champ de boue. Il fallait courir de longs segments rendus impraticables sur deux roues par le passage successif des coureuses, qui formait de profondes tranchées à la fois dures et visqueuses. Sans parler des dévers aux pourcentages prohibitifs

«J’ai l’impression que soit j’essayais trop fort, soit j’étais trop prudente. Je courais dans des sections où j’aurais dû rouler, et je tentais de rouler dans des sections où j’aurais dû courir. Je n’ai jamais trouvé comment être efficace, et j’ai par conséquent eu un résultat moyen. Évidemment, je suis un peu déçue. En même temps, je ne suis pas dévastée: j’ai vraiment fait de mon mieux.»

Sa dernière phrase résume bien l’attitude générale de Maghalie Rochette: tenace, fonceuse, ambitieuse et également capable de vivre avec les aléas de la vie compétitive. Quelque chose comme une sorte de légèreté qui permet aux déceptions (plutôt nombreuses cette année) de se dissoudre dans la conviction d’avoir tout donné.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maghalie Rochette (@maghroch) le

L’ambiance qui règne au sein de l’équipe Clif (autrefois Luna) à laquelle elle s’est jointe en 2014 y est peut-être pour quelque chose. « Tout le monde y est assez proche et s’entraide au mieux de ses possibilités, expliquet-elle. Certaines des filles dans l’équipe sont pratiquement mes meilleures amies. Quand je suis arrivée, j’étais la plus jeune de beaucoup. Une relation de mentore/apprentie s’est donc installée entre certaines filles et moi. Quatre ans plus tard, cette relation est toujours présente, cependant il s’agit maintenant davantage d’un partage d’idées que d’une relation d’apprentissage unidirectionnelle.»

Il y a chez la jeune femme un véritable talent de cycliste et une inspirante capacité à souffrir dans des conditions de course parfois misérables, mais pas seulement. Sa manière de prendre du recul face aux choses, de faire vibrer les gens autour d’elle au diapason de ses passions est peut-être ce qui la définit mieux encore. D’abord, elle ne se contente pas de se raconter sur son blogue d’athlète et profite de sa visibilité pour faire connaître des personnages plus obscurs bien qu’essentiels au bon fonctionnement des équipes de course. Et pas seulement la sienne. Ensuite, elle et son copain (David Gagnon, qui est aussi son entraîneur) ont mis sur pied CX Fever, un programme visant à contribuer au développement du sport chez les plus jeunes. «J’ai toujours été chanceuse de recevoir de l’aide de gens plus expérimentés que moi qui ont partagé leurs ressources et leurs connaissances avec moi. Alors j’ai décidé de faire pareil.»

La prochaine saison? Maghalie l’envisage avec l’enthousiasme de celle qui a compris qu’elle pouvait aspirer au meilleur mais qu’elle doit se donner le temps et les occasions d’y parvenir. Premier objectif : se qualifier pour les Championnats du monde de vélo de montagne, entre autres en participant à quelques courses en Europe. Elle aimerait aussi s’installer plus longtemps sur le Vieux Continent durant la saison de cyclocross. «Le sport est différent en Europe; la compétition est très relevée et les parcours sont plus difficiles. Je pense que passer du temps là-bas est ce qu’il me faut pour atteindre le prochain niveau.» Ça s’appelle se donner les moyens de ses ambitions.

Publicité

À lire aussi

Reportage

Quand la techno simplifie la vie

Les avancées technologiques ont longtemps ciblé les cyclistes avertis. Le vent a tourné, et les tendances touchent un plus vaste spectre d’adeptes....
Gilles Morneau 28-04-2018
Reportage

Une étoile s’est éteinte

Comme dirait Charles Tisseyre de sa voix pateline: «Le monde du vélo est un univers... fascinant. Fascinant tant sur le plan technologique que...
Gilles Morneau 12-06-2014
Reportage

RAV, le nouveau golf

Plus qu’une chambre de commerce qui roule, le Regroupement d’affaires à vélo de Québec est une réussite sur tous les...
David Desjardins 19-09-2013