Publicité

Le blogue de David Desjardins

Le blogue de David Desjardins

J’ai lu le livre à scandale de Phil Gaimon

Pendant que les avocats de Fabian Cancellara préparaient les mises en demeure, je finissais déjà de lire ce bouquin à scandale qui assène quelques taloches bien méritées au cyclisme pro.
Le blogue de David Desjardins

Il faudra encore trop de morts

Le décès du jeune Clément Ouimet m'enrage. Parce qu'il me rappelle que si notre imprudence en voiture n'est pas nécessairement criminelle, celle-ci relève d'un mode de vie où l'insouciance est devenue une excuse acceptable en toutes circonstances. Y compris lorsqu'on met la vie des autres en danger.
Le blogue de David Desjardins

Faire les choses à moitié

On peut bien déplorer le déplacement de la piste cyclable dans le Vieux-Port de Québec. Reste qu'il s'agit, comme pour plusieurs autres voies cyclables, d'un parcours du combattant qui témoigne soit d'un manque d'expertise, soit du manque de courage politique en matière de transport. À force d'essayer de faire plaisir à tout le monde, on n'aide personne.
Publicité
Le blogue de David Desjardins

Woods aux portes de l’Olympe

Michael Woods nous a tenu en haleine pendant toute la Vuelta. Au cours des trois semaines de cet enlevant Tour d’Espagne, il s’est maintenu dans les dix premières places d’un classement général de première classe. Et pendant tout ce temps, son équipe menaçait de partir en fumée. Entrevue.
Le blogue de David Desjardins

Les loups de la route

Les choses se passent de mieux en mieux sur nos routes. Mais il reste une meute de loups sanguinaires pour qui, perdre 30 secondes de leur vie vaut la peine d'attenter à celle des autres. Ma question, c'est: que se passe-t-il dans leurs têtes?
Le blogue de David Desjardins

C’est gratuit

Certaines personnes ne comprennent pas que je passe tout ce temps sur mon vélo. Elles me croient fou. Elles voient ces heures de selle comme un empêchement à cette efficacité qu'on réclame de nous dans ce monde obsédé par le travail. Mais c'est justement parce que le geste ne m'apporte rien de concret qu'il m'est si cher.
Publicité
Le blogue de David Desjardins

Icarus: les ailes brûlées du sport

Ce que révèle de documentaire Icarus n'est ni nouveau ni surprenant. Mais est-ce désolant? Très certainement, oui.
Le blogue de David Desjardins

Descendre est une drogue dure

La vitesse à vélo, c'est un fix. C'est de la drogue dure. Et c'est dans les grands cols que l'on manufacture le plaisir suprême de descendre. Ceci est une apologie de la vitesse. Un déclaration d'amour au plus beau des risques calculés.
Le blogue de David Desjardins

Lire la course

La prochaine fois qu'on vous demandera quel est le meilleur livre écrit en français à propos du cyclisme, vous pourrez affirmer, même sans l'avoir lu, qu'il s'agit de celui que vient de publier Olivier Haralambon: Le Coureur et son ombre.
Publicité
Le blogue de David Desjardins

Pour l’amour du Tour

J'entreprends toujours la couverture le Tour avec un sentiment d'ennui. Je n'ai que des reproches à lui faire. Trop prévisible. Trop d'étapes de plat. Pas assez de ceci, ou cela. Sans doute suis-je aussi critique parce qu'il s'agit du seul moment de l'année où le vélo est aussi important que les autres sports, où tout le monde assiste à ce qui, pendant les onze autres mois, constitue mon obsession.
Le blogue de David Desjardins

Grandeurs et misères à mi-parcours du Tour

C’est vraiment un étrange Tour, même s'ils le sont tous un peu, chacun à sa manière. Toute cette frénésie dans l’été où la chaleur convoque plutôt la torpeur. Et le vélo dont tout le monde se fout habituellement et qui devient si gros, si grand. Ça ne peut faire autrement que de lui monter à la tête. Ça explique peut-être toutes les choses, belles ou laides, qui y sont magnifiées. À commencer par l’humanité de ceux qui font la course. Sur le vélo, ou autour.
Le blogue de David Desjardins

Le Tour du carnage

Bilan d'une première semaine riche en émotions au Tour de France. Scandale, fractures, morceaux de courages et hémoglobine furent au menu. On passe tout ça en revue.